Google Analytics

La griffe du léopard

  • 74e Festival de Locarno: l'Indonésien Edwin décroche le Léopard d'or

    Imprimer

    Le cru locarnais 2021 a souri au réalisateur indonésien Edwin, cinéaste chéri des festivals européens, qui repart avec le Léopard d’or pour  Vengeance Is Mine, All Others Pay Cash. Situé dans la société machiste des années 1980, le film brosse le portrait d’un jeune voyou tourmenté par son impuissance qui, pour se venger, ne cesse de chercher la bagarre, y compris avec sa future femme. Et comme une bonne partie de l’opus consiste en une série longuette de tabassages en règle, on a un peu de mal à saisir le choix de lui offrir le précieux métal…

    Le prix spécial du jury est justement allé, lui, à A New Old Play, fresque grandiose et ludique du Chinois Qiu Jiongjong , évoquant 50 ans d’histoire tumultueuse de la Chine du XXe siècle. De son côté Abel Ferrara reçoit l'immérité prix de la mise en scène pour Zéros And Ones, tourné à Rome pendant la pandémie et où le héros va tenter de découvrir l’ennemi qui menace le monde. 

    Le prix de la meilleure actrice va à  Anastasiya  Krasovskaya pour Gerda de la Russe Natalya Kudryashhiva, tandis que celui du meilleur acteur est décerné ex-aequo à  Mohamed Mellali et Valero Escolar pour Sis dies Corrents de l’Espagnol Neus Ballus. Quant au Suisse Lorenz Merz (Soul Of A Beast) et l’Espagnol Chema Garcia Ibarra (Espiritu Sagrado), ils se voient remettre chacun une mention spéciale.

    Ce n’est rien de dire que nous ne partageons pratiquement aucun des goûts du jury. A part la médaille remportée par le Chinois Qiu Jiongjong et le lot de consolation décroché par Lorenz Merz, on n’aurait pas pu se tromper davantage dans nos pronostics. Il est vrai qu’ils servent surtout à rappeler les oeuvres que l'on a préférées, dans ce concours peu exaltant dans l’ensemble. 

    On regrette ainsi beaucoup que les Français comme notre  favori  Bertrand Mandico (After Blue/Paradis sale), ou Axelle Ropert (Petite Solange), soient repartis les mains vides, ou que le prix d’interprétation masculine ait récompensé deux acteurs d’un  long métrage calamiteux. Et enfin que l’abscons Zeros And Ones soit gratifié d’un prix pour la seule raison que son auteur s’appelle Abel Ferrara.  Un rien pathétique, cette soumission du jury… 

    Mais peu importe et vivement l’année prochaine, sans coronavirus, sans masque et autres mesures sanitaires, sans billetterie électronique! Un rêve qu’on espère voir devenir réalité dans la 75e édition, qui se tiendra du 3 au 13 août 2022.

    Lien permanent Catégories : La griffe du léopard 0 commentaire
  • Festivla de Locarno: à qui le Léopard d'or? Verdict samedi soir sur la Piazza Grande

    Imprimer

    La chasse est terminée et les jeux sont faits. Place au jury, présidé par Eliza Hittman, qui doit décerner le Léopard d’or et les Léopardeaux de cette 74e édition. Les candidats ne se bousculent pas au sein d’une compétition comptant 17 films. Dans l'ensemble moyenne, ce qui ne change pas fondamentalement de l'habitude.

    S’en détachent plus ou moins sérieusement six,  à notre avis. Notre premier choix se porte sur After Blue (Paradis sale) du Français Bernard Mandico.  On aime son histoire fascinante et hors norme de planète habitée uniquement par des femmes, sous forme de western futuriste, cosmique, érotique, visuellement exubérant. 

    Il est suivi de près, par A New Old Play du Chinois Qiu Jiongjong avec sa fresque grandiose, foisonnante et ludique de trois heures où, mêlant l’histoire de l’art à celle de la Chine du XXe siècle, il  en raconte cinquante ans d’événements tumultueux.

    Petite Solange, de la Française Axelle Ropert, portrait d’une adolescente,  gaie, curieuse mais fragile et dont le monde s’écroule face au divorce de ses parents, mérite également de figurer au palmarès. Par exemple, en récompensant sa jeune actrice Jade Springer, une véritable découverte.

    On parle par ailleurs beaucoup d’ Al Naher /The River ) du Libanais Ghassan Salhab, qui nous offre  le voyage sensoriel, sensuel, métaphysique, d’un homme et d’une femme, cherchant leur chemin dans un pays désert.

    Soul Of A Beast, oeuvre personnelle, physique, formellement captivante et sous influence japonaise pour le récit du Suisse Lorenz Merz pourrait séduire, Tout comme Luzifer de l’Autrichien Peter Brunner, opus sombre et glauque dont on salue la qualité de la mise en scène et la performance de Franz Rogowski,, candidat valable au prix d’interprétation masculine.  

    En revanche il y a des films qu’on souhaiterait vraiment ne pas voir récompensés, comme l’Espagnol Spiritu Sagrado, l’Italien I Giganti, le Serbe Nebesa, le Nigerian Juju Stories, ou encore Zeros And Ones d'Abel Ferrara. Mais comme on dit, le jury dispose. Verdict samedi soir sur la Piazza Grande. 

    Lien permanent Catégories : La griffe du léopard 0 commentaire
  • Festival de Locarno: une tête de Léopard pour le Chinois "A New Old Play"

    Imprimer

    L’ultime film en compétition ,A New Old Play est signé du documentariste Qiu Jiongjiong, Premier long métrage de fiction de cet artiste visionnaire, grand nom de l’art contemporain chinois pictural, théâtral et cinématographique. Il se révèle un concurrent sérieux à un Léopard. On ne sait pas lequel, mais à défaut du principal on pourrait en tout cas lui décerner celui de la mise en scène.

    L'ultime film en  compétition, A New Old Play, est signé du documentariste Qiu Jiongjong. Premier long métrage de fiction de cet artiste visionnaire, grand nom de l'art chinois contemporain, pictural, théâtral, cinématographique, il se révèle un prétendant sérieux à un Léopard. On ne sait pas lequel mais à défaut du principal, on pourrait n tout cas lui décerner celui de la mise en scène.

    Ce récit, dont le réalisateur dit que c’est une tranche de sa propre vie et de celle de sa famille, en même temps qu’un voyage de ménestrels dans ce monde et l’autre, se construit à travers la mémoire d’un clown de la célèbre troupe de l’opéra de Sichuan. 

    Il est accueilli à a porte de l’au-delà. Et, tandis qu’il revit une dernière fois ses souvenirs avant d’y entrer, cinquante ans d’art, de lutte et d’amour pour une terre chargée de culture, se jouent dans  le contexte des événements tumultueux de la Chine du 20ème siècle. 

    Dans A New Old Play, synthèse saisissante en trois parties,, l’auteur livre une réflexion sur l’histoire de l’art imbriquée dans celle du pays. Il en résulte  une épopée ludique,  une fresque ambitieuse pour une œuvre grandiose, foisonnante et intense  Elle se déroule sur trois heures sans que l’on sente le temps passer

    Abel Ferrara s'égare dans l'abscondité

    On n’en dira pas autant de Zeros And Ones d’Anel Ferrara, qui a déçu proportionnellement à l’attente suscitée, dans la mesure il s’agissait du seul réalisateur vedette en compétition.

    Tourné pendant la pandémie, de 18 heures à l’aube, dans une Rome déserte, "c'est un film .de confinement et de guerre, de danger et d'espionnage, de soldats américains, d'intermédiaires chinois, de saints hommes du Moyen-Orient, de provocateurs, de diplomates, d'éléments voyous de la CIA et du KGB", a déclaré Ferrara.

    Nous suivons donc JJ un soldat américain stationné à Rome alors que la ville est en état de siège. Portant un masque et se lavant soigneusement les mains, il va tenter de découvrir l’ennemi inconnu qui menace le monde. Toute cela entre peur, paranoïa et, accessoirement. obligation de féconder une femme une arme pointée sur lui! 

    Ce  militaire est incarné par Ethan Hawke, qui joue aussi son frère, un révolutionnaire sous LSD en plein délire. L’idée c’est de donner deux points de vue, déclare l’acteur dans une vidéo de présentation.  On aurait bien aimé en avoir au moins un, l’opus se révélant à la fois abscons thématiquement et obscur visuellement. 

    En d’autres termes, on est aussi paumé qu’Ethan Hawke. Nous gratifiant d’une deuxième vidéo en fin de générique, il avoue n’avoir pas vraiment compris, en recevant le scénario,  où Ferrara voulait en venir. Mais qu’il avait envie d’en être… Et quand on demande au cinéaste pourquoi son héros a jugé utile cette double prise de parole, il répond en gros qu’il ne sait pas trop… C’est dire si on n’est pas plus avancé!

    Lien permanent Catégories : La griffe du léopard 0 commentaire
  • Festival de Locarno: tandem gay pour "Cop Secret", comédie d'action islandaise

    Imprimer

    Petit tour en compétition qui touche à sa fin, avec d'abord l'Islandais  Cop Secret, Bussi est un superflic, le meilleur de Reykyavik, le genre bad boy expéditif et violent qui mène la vie dure aux criminels. Plus particulièrement à Nikki, le plus dangereux des psychopathes, ancien mannequin à la tête d’une bande de voleurs, qui braquent des banques sans rien voler. Cachant leur but réel, ils sont d'autant plus inquiétants... 

    Mais alors que Bussi enquête sur un nouveau casse énigmatique, son partenaire est blessé et il s’en voit assigner un nouveau, l’élégant, riche, cultivé Hordur Bess, aussi coriace que lui et autoproclamé pansexuel. Il en tombe amoureux mais refuse de le reconnaître. Commence alors un dur combat contre lui-même pour accepter son homosexualité. ..

    Cette comédie d’action policière avec déchaînements de fusillades, folles poursuites en voiture et combats homériques est signée Hannes Þór Halldórsson. L’homme est surtout connu comme gardien de but de l’équipe nationale d'Islande, célébré dans son pays pour avoir repoussé un pénalty de Messi dans le match contre l’Argentine lors du Mondial de 2018. 

    A première vue, on aurait plutôt imaginé Secret Cop (Leynilögga) sur la Piazza Grande qu’en concours, Mais tout en pastichant avec beaucoup d’humour et de culot les clichés hollywoodiens, le réalisateur va au-delà du cinéma popcorn. Et livre une critique du machisme avec cet étonnant tandem de flics gay, peu inhérent au genre dans la Mecque de la pellicule. 

    De Luzifer à Espiritu Sagrado 

    Johannes, un homme retardé mental, vit isolé dans un refuge alpin avec sa mère Maria, tatouée de partout, ancienne toxicomane devenue une fervente et radicale fidèle de Dieu. Connectés à la nature, ils sont étrangement liés, se vouant l'un à l'autre un amour inconditionnel. La prière et les rituels règlent leur quotidien. Mais La modernité fait soudain irruption dans leur monde divin et le développement touristique risque de réveiller le diable qui peut désormais s'incruste partout.

    Si le sujet, inspiré de l'histoire vraie d'un exorcisme, se révèle modérément enthousiasmant, on relèvera la qualité de mise en scène de Luzifer, quatrième long métrage de l'Autrichien Peter Brunner, produit par le provocant et dérangent Ulrich Seidl.

    Côté comédiens, l'excellent Franz Rogowski, récemment vu à cannes en homosexuel traqué dans Grosse Freiheit, donne la réplique à Susanne Jensen. Actrice non professionnelle, artiste et pasteure luthérienne, elle se montre à la hauteur dans le rôle de la mère. 

    Virée décevante chez les férus d'ufologie

    Pour sa part, l'Espagnol Chema Garcia Ibarra nous entraîne chez des férus d'ufologie d'une rare naïveté avec Espiritu Sagrado, son premier film. José Manuel et les autres membres de l'association Ovni-Levante, se réunissent chaque semaine pour échanger des informations sur les messages extraterrestres et les enlèvements. 

    Mais voilà que Julio, leur chef, meurt subitement, les laissant orphelins et José Manuel seul détenteur du secret cosmique qui pourrait changer l'avenir de l'humanité. Parallèlement, la police ibérique recherche une fillette disparue mystérieusement quelques semaines auparavant.

    L'idée paraissait bonne. Hélas, l'esprit saint prend de drôles de chemins pour raconter cette histoire qui se résume finalement à une sordide affaire de pédophilie qu'on voit venir à des kilomètres, doublée d'un affreux trafic de cornées retirées des globes oculaires des enfants pour être transplantées chez de riches aveugles. L'ensemble est  très mal traité. 
     

    Lien permanent Catégories : La griffe du léopard 0 commentaire
  • Festival de Locarno: la Piazza Grande entre le réel et le virtuel

    Imprimer

    Rien de plus adéquat que l’écran géant de la Piazza Grande pour projeter Belle le film d’animation du Japonais Mamoru Hosada et Free Guy, le blockbuster de Shawn Levy.  Belle, c’est l’histoire de Suzu. Lycéenne discrète, complexée et triste suite à la mort de sa mère, elle intègre l’univers virtuel de U, réseau gigantesque en ligne avec plus de cinq milliards d’abonnés. 

    Elle choisit un avatar de chanteuse intergalactique (Belle) et devient une icône musicale aux cheveux roses, une superstar adorée de ses fans, plus populaire que la plus jolie fille de son école. C’est là qu’elle va rencontrer un monstre mystérieux traqué par les milices. S’engage alors un chassé-croisé entre Belle et la Bête au bout duquel Suzu va découvrir qui elle est. 

    Comme on navigue entre le monde réel et le virtuel, l’esthétique est différente. Dans le premier, celui où vit Suzu, le style est traditionnel, dans le second, celui de Belle, Hosoda laisse libre cours à son imagination et à son inventivité, pour livrer une partie visuellement foisonnante, exubérante, dans un déferlement de couleurs. Dommage que l’opus, oscillant entre la fable et le film pour ados, pèche par son scénario bancal et le choix des chansons.

    Free Guy, une feel good comedy 

    De son côté Shawn Levy met en scène la ville virtuelle, cynique et brutale de Free City où Guy (Ryan Reynolds), personnage non jouable (PNJ) est caissier de banque. Menant une vie simple, d’un optimisme à tout crin, il salue tous les matins son poisson rouge et se brûle les lèvres avec son café, insensible au chaos qui règne autour de lui. Son meilleur pote c’est Buddy, autre PNJ, agent de sécurité de l’établissement régulièrement braqué.

    Tandis que les avatars des joueurs haussent leur niveau en se montrant ultra-violents, les choses changent avec le débarquement, dans la vie de Guy, de Molotov Girl (Millie en vrai) incarnée par Jodie Comer. Il en tombe amoureux, mais elle lui fait prendre conscience de son existence artificielle. Il décide alors de quitter ce rôle de PNJ, de réécrire sa propre histoire et d’en devenir le héros. Evoluant désormais dans un monde sans limites, il mettra tout en œuvre pour le sauver, en s’engageant à faire le bien 

    Le duo Ryan Reynolds-Jodie Comer fonctionne bien. il y a par ailleurs de l’humour potache, un brin d’émotion, quelques scènes à l’eau de rose cucul la praline dans cette feel good comedy. Mais le réalisateur s’emploie à nous glisser un mot sur la question de l’acceptation de son sort et de la liberté de choix, et le dépassement de soi. En revanche il nous soûle à force d’explosions, de fusillades et de déluges d’effets numériques. Mais les jeunes aimeront. Comme Belle, à n'en pas douter.

    ..Free Guy à l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 12 août.

    Lien permanent Catégories : La griffe du léopard 0 commentaire
  • Festival de Locarno: "La place d'une autre", un drame bien mené avec Lyna Khoudri et Sabine Azéma

    Imprimer

    Alors qu’on se trouve à la moitié de la compétition, les films français continuent à tenir la corde, avec des propositions variées de cinéma. Après Petite Solange, comédie dramatique d’Axelle Robert, After Blue (Paradis sale), western futuriste érotique de Bertrand Mandico, Aurélia Georges s’attaque au drame historique avec La place d’une autre. Le film est librement inspiré du roman The New Magdalen de William Wilkie Collins, écrivain britannique de l’époque victorienne.

    Si l’auteur a situé son intrigue durant la guerre franco-allemande de 1870, la réalisatrice l’a déplacée en 1914. Nélie Laborde ( Lyna Khoudry), jetée à la rue, échappe à une existence misérable en devenant infirmière auxiliaire sur le front. Elle y rencontre Rose Juillet (Maud Wyler), une jeune femme promise à un avenir meilleur.

    Un jour, Rose est frappée par un obus et Nélie la voit mourir sous ses yeux. Profitant du chaos ambiant, elle n'hésite pas à se faire passer pour elle. Elle se présente à sa place chez une riche veuve Eléonore ( Sabine Azéma), qui l’accueille chaleureusement et dont elle devient la lectrice. Le mensonge fonctionne au-delà de ses espérances… 

    Aurélia Georges nous embarque dans une affaire de vol d’identité et de bataille contre la mauvaise conscience de son héroïne en proie à de violentes émotions. Le tout compliqué par les us et coutumes de l’étiquette sociale et un rebondissement totalement inattendu qu’on taira évidemment. Il donne du piment à cet opus de facture classique, mais bien mené et bien porté par ses trois actrices. 

    En concours on retiendra aussi Gerda, de la Russe Natalya Kudryashova, derrière et devant la caméra,  qui évoque l’histoire d’une jeune femme dont l’âme se souvient de la perfection métaphysique dont elle a été témoin avant de s’incarner. La réalisatrice pose alors toutes sortes de questions sur l’âme, comment elle se sent dans ce monde charnel et cruel, pourquoi chacune a son chemin unique…  Un récit un peu tarabiscoté qui promet plus qu’elle ne peut tenir. Mais ça se laisse voir. 

    Lien permanent Catégories : La griffe du léopard 0 commentaire
  • Festival de Locarno: Gaspar Noé livre un film bouleversant sur la fin de vie. Avec trois comédiens extraordinaires

    Imprimer

    Adepte de la transgression, on se souvient d’Irréversible qui avait fait scandale, de Love avec ses scènes de sexe non simulées, de Climax fête dégénérant en délire épileptique, le provocateur Gaspar Noé, loin de ses ambiances sulfureuses, revient avec Vortex, un film poignant sur la fin de vie. Traitant plus particulièrement du fléau de la maladie d’Alzheimer, il est adressé à tous ceux dont le cerveau se décomposera avant le cœur. Une dédicace à prendre au premier degré dans la mesure où c’est ce qui attend beaucoup de gens.  

    L’œuvre, projetée sur la Piazza Grande, s’ouvre sur le générique de fin, suivi d’une une citation La vie est une courte fête qui sera vite oubliée, puis de Françoise Hardy sublime qui chante Mon amie la rose, nous rappelant qu’on est bien peu de choses... Et puis l’écran se sépare, on découvre un couple âgé qui se réveille le matin et le réalisateur nous embarque pour une immersion de 2h20 dans le quotidien bouleversant de ces deux personnages perdant peu à peu leurs repères, voués inéluctablement à une lente décrépitude.

    Françoise Lebrun, Dario Argento et Alex Lutz 

    Sans concession, n’éludant rien des ravages physiques et mentaux de la maladie et du grand âge, le film à la mise en scène dépouillée est porté par trois comédiens extraordinairement bons et justes. Ils sont plus qu'ils incarnent leurs personnages.
     Ancienne psychiatre de gauche soixante-huitarde victime d’Alzheimer, elle (mythique Françoise Lebrun), sombre de plus en plus dans la démence. Lui (Dario Argento, pour la première fois à l’écran), critique de cinéma, essaye au début de gérer les choses tout en travaillant à la rédaction d’un ambitieux ouvrage. Mais sa santé très fragile l’empêche de faire face à une situation qui ne cesse de se dégrader. .  

    Ils ont un fils unique (Alex Lutz), irresponsable et toxicomane, ce qui permet au cinéaste de parler, parallèlement à la sénilité, de l’extrême précarité des junkies dans les quartiers nord de Paris. Désemparé, impuissant il tente de  persuader ses parents de se laisser prendre en charge dans une clinique spécialisée, En vain. Ils refusent de quitter leur appartement bordélique, plein de tout ce qu’ils ont accumulé au cours de leur vie. 

    Evoquant deux solitudes partagées, Vortex est tourné intégralement en split screen, en étant constamment d’un côté avec le père et de l’autre avec la mère. «Je n’avais pas prévu de le faire entièrement de cette façon, mais en constatant que cela fonctionnait, je me suis lancé», explique Gaspar Noé à la conférence de presse.  «C’est assez hypnotique, on ne sait pas toujours s’il faut regarder à gauche ou à droite. Et en même temps cela crée des moments magiques ».

    Le choix des acteurs

    Le cinéaste, qui avait envie de faire un film sur les vieux depuis des années après avoir vu sa grand-mère et sa mère perdre la tête raconte aussi comment il a choisi ses acteurs «Je suis fasciné par Dario Argento et Françoise Lebrun. Au départ Dario n’avais pas très envie. Comme le tournage de son film a été retardé, j’ai appelé sa fille Asia, qui m’a aidé à le convaincre. Mais il voulait que son personnage ait une maîtresse.Je lui ai dit ok, pas de problème, deux, trois si tu veux… »

    En ce qui concerne Françoise Lebrun, l’auteur a tout de suite pensé à elle parce qu’il adore sa performance dans La maman et la putain. «Je la trouve absolument impressionnante. Je rêvais de la rencontrer et de la prendre dans mes bras. J’étais aux anges quand elle a accepté. Quant à Alex Lutz, je l’ai découvert avec ses talents de performeur dans son film Guy. Par ailleurs, alors qu’il joue plutôt les comiques, il est tellement mélancolique dans la vie. Il y a chez lui quelque chose de brisé».

    Lien permanent Catégories : La griffe du léopard 0 commentaire
  • Festival de Locarno: Le "Paradis sale" de Mandico aura-t-il un "effet Titane" sur le jury?

    Imprimer

    Après Les garçons sauvages (2017), Bertrand Mandico s’est fait attendre. Le voici en compétition locarnaise avec son fascinant deuxième long métrage After Blue (Paradis sale). Des communautés ont quitté la Terre pour une autre planète. Un monde qu’elles espèrent meilleur, sans informatique, sans machine, préconisant une osmose avec une nature où des plantes mystérieuses interagissant avec les humains. 

    Dans ce nouvel endroit également sans hommes, éliminés par un virus, les femmes sont inséminées pour donner la vie. C’est là que vit Roxy (appelée aussi Toxic),  remarquablement incarnée par Paula Luna Breitenfeld, une jeune actrice inconnue d’origine allemande. Roxy comment la fatale erreur de libérer une femme ensevelie sur une plage qui, à peine dégagée de sa prison de sable, abat froidement plusieurs personnes. 

    Roxy et sa mère Zora, tenues pour responsables du meurtre, sont bannies et condamnées à traquer la tueuse pour l’éliminer. En compagnie d’un cheval, elles sillonnent les lieux à sa recherche. Les deux femmes ont une trajectoire différente. Tandis que Zora s’empêtre dans un rapport communautaire, Roxy a tous les sens en éveil. Mais elles finissent par se retrouver, 

    Inspiré par un rêve de Fellini, Bertrand Mandico bouscule à nouveau toutes les normes, Il propose un western cosmique, futuriste, érotique, sensuel mais pas sexuel, formellement et visuellement exubérant, sur fond d’utopie biologique, de fable ésotérique. Un récit sombre dans l’ensemble, fourmillant d’étrangetés, tout en laissant de la place à l’humour absurde qu’affectionne son auteur. 

    Son double titre anglo-français est révélateur. After Blue, c’est le monde d’après la Terre et Paradis sale, un nouvel Eden inévitablement destiné à devenir un paradis perdu, dans la mesure où il y a des humains qui vont forcément le tacher, Cela dit, si Bertrand Mandico nous invite sur sa planète écolo sans hommes où les femmes sont inséminés, ce n’est pas du tout ainsi qu’il voit le monde de demain, explique-t-il en conférence de presse. 

    «Pour moi, c’est un jeu, J’ai imaginé des règles peu habituelles, en ouvrant mon histoire pour concevoir un univers singulier qui tienne la route. Je suis parti d’un western dont j’avais laissé le scénario de côté. Je l’ai repris en l’adaptant à ce que je suis aujourd’hui. Beaucoup plus baroque, Mon regard est celui d’un animal  qui regarde une espèce qu’il ne connaît pas». Tout cela va-t-il avoir un « effet Titane » sur le jury ?

    Soul Of A Beast, du Suisse Lorenz Merz

    On reste du côté des bêtes avec Lorenz Merz, seul Helvète en concours. Il opère un retour à Locarno avec Soul Of A Beast après son  premier film Cherry Pie en 2013. Dans la chaleur de l’été, on suit Gabriel (Pablo Caprez), un père adolescent qui tombe amoureux de Corey (Ella Rumpf) la petite amie de son meilleur ami.  Entre la volonté de prendre soin de son fils et son désir de suivre Corey au Guatemala, il nous entraîne dans un trip hallucinatoire (une dose de mescaline n’y est pas étrangère) à travers Zurich et son zoo.

    Créant un univers à l’aide d’effets spéciaux, assez captivant dans sa forme et sous influence japonaise dans son récit, le réalisateur livre une œuvre personnelle, physique, où il faut rentrer sans intellectualiser les choses ou se poser trop de questions. Bref, se laisser aller à la magie du cinéma.

    Lien permanent Catégories : La griffe du léopard 0 commentaire
  • Festival de Locarno: "Petite Solange" marque la compétition et révèle une actrice

    Imprimer

    La chasse au Léopard d’or ne fait que commencer, mais on a déjà un coup de cœur pour Petite Solange d’Axelle Ropert. Après La famille Wolberg (2009), Tirez la langue, Mademoiselle (2013), déjà en compétition à Locarno en 2016 avec La prunelle de mes yeux, la réalisatrice française propose cette fois le portrait d’une adolescente de 13 ans, un peu timide, fragile, mais gaie, enthousiaste, curieuse de tout. 

    Par ailleurs, elle adore ses parents. Mais tandis qu’ils viennent de fêter leurs vingt ans de mariage, ils se disputent et commencent à s’éloigner l’un de l’autre. La séparation menace. Pour Solange, c’est le coup de massue. Trop tendre, trop sentimentale, elle voit son monde idéal s’effondrer. Elle qui voudrait tant que l’amour dure toujours, va faire l’expérience de la douleur.  

    Axelle Ropert propose un joli film, simple et riche, moins léger qu’il n’y paraît, au parfum vintage et à la mise en scène rigoureuse de chaque situation. Une obsession pour la cinéaste qui avoue être allée piquer une idée dans Une étoiile est née de George Cukor... Petite Solange se déroule à Nantes avec un plus italien venant du temps où l'auteure regardait les longs métrages de Raffaello Matarazzo sur les enfants perdus. Sans oublier bien sûr L’incompris de Luigi Comencini. 

    Jade Springer, une découverte 

    L'oeuvre est portée par l’étonnante Jade Springer, une révélation de 14 ans qui séduit dès son apparition à l’image. Elle n’avait jamais joué mais, complètement liée à l’émotion du personnage sans toutefois aucune connivence autobiographique, elle s’en sort comme une pro. Face à elle ses parents incarnés par l’excellente Léa Drucker et l’inclassable Philippe Katerine. Amoureux du monde et des gens, sentant intensément les choses, il est en osmose parfaite avec cette très jeune fille à fleur de peau en proie à ses tourments intérieurs..

    «C’est le vieillissement qui m’a poussée à la  réalisation de cette histoire», confie Axelle Ropert. «A presque 50 ans j’avais envie de me pencher sur mon enfance, de montrer quelque chose que je n’avais pas perçu à l’époque. Il y a eu un grand bouleversement dans les familles, on commençait à divorcer. Ce que je raconte est d’une banalité totale. Mais c’est un sujet important, périlleux, délicat, évoquant des adultes qui se font du mal, qui aiment qui trahissent et qui font souffrir leur progéniture».

    Rose avec Françoise Fabian sur la Piazza Grande

    Toujours côté français, on est moins emballé par Rose, signé Aurélie Saada. Projeté sur la Piazza Grande, il se déroule dans le milieu juif tunisien de Paris. Rose, 78 ans, vient de perdre un mari quelle adorait. Mais quand l’amour de la vie et ses pulsions l’emportent sur son chagrin, l'équilibre de la famille et de ses trois enfants (Aure Atika, Grégory Montel et Damien Chapelle) en est complètement chamboulé

    Si le film peine à nous convaincre, on aime en revanche la solaire Françoise Fabian, 88 ans, immense figure du septième art hexagonal avec plus de 70 films à son actif. Elle nous émeut dans le rôle principal de cette vieille dame un rien indigne, qui se retrouve et se redéfinit femme entre l’institut de beauté et les bras de Pascal Elbé. S’émancipant ainsi de l’insupportable tutelle d’un fils installé chez elle à demeure et qui ne cesse de vouloir la contrôler.

    Lien permanent Catégories : La griffe du léopard 0 commentaire
  • Festival de Locarno: "Beckett", chasse à l'homme sur fond de complot politico-mafieux

    Imprimer

    Ouverture dans l’action du 74e Festival de Locarno avec Beckett thriller italo-brésilien de Fernandino Cito Filomarino, qui revient au Tessin 11 ans après Diarchy, Projeté sur la Piazza Grande, ce film Netflix qui sortira sur la plateforme le 13 août, commence par le batifolage amoureux d’un jeune couple américain en vacances en Grèce, formé de John David Washington et Alicia Vikander.

    Les deux touristes visitent ensuite quelques vestiges antiques dans les montagnes et reprennent la route, de nuit. Fatigué, Beckett s’endort au volant, la voiture s’envole et s’écrase dans une maison en contre-bas. Un accident aussi spectaculaire que tragique. Sa compagne meurt et il se réveille dans un lit d’hôpital. Anéanti par la nouvelle, il répond aux questions d’un policier du coin, lui disant notamment avoir vaguement vu une femme blonde avec un gamin aux cheveux roux.  

    Indication funeste. Soudainement le malheureux se retrouve mêlé à un redoutable complot politico-mafieux sur fond de kidnapping d’enfant, et devient la cible d’une impitoyable chasse à l’homme par les flics véreux déterminés à l’abattre. Complétement perdu, Beckett ne voit qu’une seule issue à ce cauchemar, gagner l’ambassade américaine pour demander de l’aide.

    Dans la surenchère 

    Alors il se met à courir. Mais les chemins pour y parvenir sont plus que tortueux. Et c’est là que si on avait pu par exemple imaginer une comparaison avec l’hitchcockien North By Northwest, l'opus malheureusement s’égare. Sans cesse dans la surenchère en sortant chaque fois son héros cabossé de partout, de manière façon hautement improbable de situations des plus invraisemblables, il gâche ce qui aurait pu être un excellent film. Il reste toutefois divertissant, même si John David Washington, en homme traqué constamment ahuri, séduit moins qu’en policier infiltrant le Ku klux Klan dans BlacKkKlansman de Spike Lee.

     

    Lien permanent Catégories : La griffe du léopard 0 commentaire