Google Analytics

- Page 2

  • Roland Garros: Federer, le Wawrinka de Nadal...

    Imprimer

    Nadal-remporte-Rolland-Garros[1].jpgAprès la victoire de la légende contre Djokovic, tout le monde enquillait les superlatifs. Cela allait en gros de monstrueux à colossal en passant par pharamineux. Alors cette finale contre Nadal, il allait forcément la remporter, vu que l’Espagnol s’était montré un chouïa mou du genou dans ses premières confrontations, jouait hyper court, et s’était juste repris contre Murray. Mais pas de façon totalement convaincante, puisque la belette écossaise s’était bravement défendue en dépit d’une cheville en délicatesse.  

    Rodgeur en personne ne cachait pas qu’il caressait cet espoir fou. Assurant à Nelson Monfort, avant de pénétrer sur le court, qu’il ferait son maximum. Mais le maximum pour l’extraterrestre de vendredi a à peine représenté le minimun pour le galactique de dimanche. Bon d’accord j’exagère la moindre, dans la mesure où je n’aurais jamais cru qu’il remporterait le troisième set.  

    Mais problème, plus elles sont précises, plus les machines helvétiques se dérèglent pour une bricole. A l’image du Bâlois, sur le point de conclure confortablement la première manche à 5-2. Mais, plus maladroit que Jean-Claude Dusse dans son approche, il se plantait bêtement. Et c'en était hélas déjà terminé pour lui.

    Le pire, c’est que ce n’est pas étonnant. D’abord il apparaît assez clair que le malheureux souffre d’un complexe d’infériorité notable face au pitbull. Du moins sur terre, où il est incontestablement le Wawrinka de Nadal. Avec le trouillomètre à plus ou moins zéro.

    Le coup des Rouges chez la perfide Albion 

    En outre, il ne faut jamais négliger la puissance du syndrome helvétique. Car le mythe nous a carrément fait le coup de nos footeux en Angleterre, qui se sont laissé complaisamment remonter, histoire de gâcher définitivement leurs chances de qualification pour l’Euro 2012. Autant le premier que les seconds seraient bien inspirés de relire le lièvre et de la tortue!  

    Voilà évidemment qui n’empêche pas les commentateurs d’imaginer que cela demeure possible. Après nous avoir pourtant bassinés pendant des jours, en affirmant sur tous les tons avec la dernière des certitudes que si les Rouges ne d’imposaient pas chez les Rosbifs, mieux vaudrait tirer l'échelle.   

    Et puisque je vous en cause de nos brillants analystes, je ne vous raconte pas la valse hésitation incessante, comme d'habitude, du côté de ceux du tamis. Encensant follement le phénix pour son départ «tonitruant», l’enterrant vite fait au deuxième set, le redonnant possible vainqueur ou presque au troisième. 

    Mais le plus saugrenu dans le genre, je l'ai entendu à la TSR. Tandis que Federer venait de rater sottement l'inratable et se voyait coller cinq jeux d’affilée, le grand Marc Rosset se triturait les méninges en se demandant si par hasard le doute ne s’était pas insinué chez le maestro. Pour décider, alors qu’il paumait les deux suivants, qu’effectivement il semblait «douter un peu».

    Rassurez-vous, Pascal Droz lui tenait la dragée haute. Avec un deuxième break dans les dents, on n’est pas sûr que Federer puisse revenir…, déclarait-il en substance. Il était donc mené à cet instant 4-1 dans la quatrième manche par le taureau de Manacor, qui avait de surcroît enclenché le turbo.

    Reste que cette ixième cuisante défaite du phénix contre l’Ibère me réjouit malgré tout. Non seulement Djokovic, dont l’invincibilité était en somme très surfaite n’a même pas égalé le record de McEnroe, mais Dracula devra attendre avant de s’asseoir sur le trône. Qu’il aurait conquis sans vergogne dans un fauteuil, en ne jouant pas les quarts de finale et en pliant devant Sa Grâce dans le dernier carré.

     

    Lien permanent Catégories : Les pieds dans le plat 11 commentaires
  • Roland Garros: McEnroe et quelques autres remercient la légende!

    Imprimer

    topelement[1].jpgEh bien, finalement il n’est pas si mal ce Federer... Pour être honnête cependant, j’avoue que je n’y croyais pas, à sa victoire. Mais alors pas du tout. Car si j’avais entretenu un vague espoir suite à ses deux premiers sets miraculeux, pour moi, c’était plus râpé qu’une carotte après la perte de la troisième manche.

     Deux raisons à cela. D’abord il avait été tellement facile pour Djokovic d’arriver en demi-finale, frais comme un gardon. D'une part il n’a pas eu à jouer les quarts et s'est royaumé pendant cinq jours. D'autre part, l'opposition était quand même drôlement faible. Y compris Del Potro, la fusée tant redoutée et qui s’est logiquement révélée un pétard mouillé pour évidente méforme.

    Ensuite parce que deux célébrités de la raquette avaient mis une grosse pièce sur le Bâlois. Le Suédois Mats Wilander, qui outre son habitude d’enfoncer les portes ouvertes fait rarement le bon pronostic. La preuve c’est qu’il imaginait Robin Soderling se payer Nadal quasiment en deux coups de cuillère à pot.

    L’autre c’était  McEnroe. Or pour moi, il tentait simplement de conjurer le mauvais sort, tellement il avait envie de garder son record de quarante-deux victoires consécutives. Inutile de préciser qu'il doit un fameux merci à Rodgeur de le lui avoir bravement gardé au chaud pendant encore un bon bout de temps.

    Le pitbull de Manacor peut aussi rendre momentanément grâce à Sa Grâce. Non seulement il doit nettement préférer affronter le Suisse que Djokovic après avoir été saigné quatre fois de suite, dont deux sur terre par Dracula, mais l'échec du Serbe lui permet  de se maintenir au moins jusqu’à dimanche sur le trône. Mais gare à l’Ibère, car s’il perd, c’est galère…   

    Enfin, dans le genre immensément reconnaissants au mythe planétaire d’avoir séché son adversaire, il y a tous ceux qui doivent subir depuis le début de l’année les sarcasmes et l’arrogance des supermégafans de l’Express de Belgrade, se frappant la poitrine façon gorille, encore pire que leur idole.

    A part ça, ce qui m’amuse le plus suite à ce match masculin de rêve, ce sont les grands détracteurs de notre gloire nationale, qui en ont soudain plein la bouche de l’excellence excellentissime de ce prodigieux joueur. Au point de l’élever quasiment au rang d’extraterrestre galactique.

    Style l'inénarrable Patrick Mouratoglou. Il fallait l’entendre se délecter de la performance du phénix avec ses potes du talk show de Leconte sur Eurosport. Du coup pour lui cela crevait les yeux qu'il avait été gêné ces derniers mois par un problème physique. Alors que depuis un an, en tête de la meute, il le considérait carrément comme un papy tout juste bon à prendre sa retraite. Remarquez, avec ce genre de girouette, il suffira que l'Espagnol l'emporte pour qu'à ses yeux, l'Helvète redevienne quelconque.  

    Deux mots enfin sur ces dames. J’ai une pensée émue pour l’Italienne Francesca Schiavone, tenante du titre, qui a magnifiquement tenu son rang dans le dernier carré. Mieux, en battant Marion Bartoli, elle nous a évité un déferlement médiatique hexagonal dément. Voire une véritable condamnation à vie, si d’aventure la Française s’était non seulement hissée en finale, mais avait emporté le morceau…

    Lien permanent Catégories : A la volée 8 commentaires