Google Analytics

Grand écran: Captivant, "Le dernier duel" marque le retour impressionnant de Ridley Scott

Imprimer

Lady Marguerite (Jodie Comer)  accuse de viol Jacques Le Gris (Adam Driver), le meilleur ami de  son mari Jean de Carrouges (Matt Damon). Comme personne ne la croit, Jean  provoque Jacques en duel, l’ultime en France sanctionné par la loi. La jeune femme fait preuve d’un exceptionnel courage en dénonçant publiquement  l’auteur du crime et en réclamant justice.  

En effet,  Le dernier duel, basé sur des faits réels,  adapté du roman d’Eric Jager, se déroule au quatorzième siècle. Il est signé Ridley Scott, qui opère, ave ce  long métrage captivant au scénario  moderne, faisant écho au statut des femmes aujourd’hui, un impressionnant  retour quelques semaines avant House Of Gucci.

Le film ouvre sur la joute à mort qui s’annonce face au public et à Lady Marguerite que la potentielle défaite de son époux  vouerait à une mort atroce. Elle serait dénudée, rasée et brûlée vive. Car cela signifierait, prétendument au regard de Dieu,  qu’elle a menti. Comme le dévoile l’intrigue dans un grand flash back révélant la nature du conflit qui n’a cessé de s’envenimer entre les deux chevaliers, bons compères devenus adversaires féroces. 

Le dernier duel vaut tout d’abord par sa narration, les scénaristes Matt Damon, Ben Affleck et Nicole Holofcener ayant décidé de raconter les choses à travers différents points de vue. Chaque chapitre revient ainsi sur la version subtilement nuancée des trois protagonistes. Cela permet d’affiner le ressenti et les perceptions de chacun, mais également d’approfondir leur personnalité respective et la manière dont ils se considèrent.

Si Jean de Carrouges arrange son caractère de rustre macho pleurant sur son honneur bafoué, tandis que Jacques Le Gris nie sans surprise le viol, estimant qu’il a en réalité juste «troussé la dame», la seule version qui importe aux yeux de l’auteur (et aux nôtres)  est celle de la vraie victime, Marguerite. Qui prend donc un énorme risque en parlant au lieu de se taire. 

Bouleversante dans son humiliation, sincère dans son accusation,  l’attachante Jodie Comer lui rend hommage en volant la vedette à Matt Damon et Adam Driver, pourtant eux aussi impeccables dans leur prestation respective. La comédienne britannique, qui a accédé à la célébrité avec la série Killing Eve, fait partie, selon Vogue, des trente personnalités européennes de moins de 30 ans les plus influentes. On se réjouit de la retrouver en Joséphine de Beauharnais dans Kitbag, également réalisé par Ridley Scott.

A l’interprétation remarquable s’ajoutent l’excellence de la mise en scène, la fidélité de la reconstitution de l’époque qu’il s’agisse des décors, des costumes, de la violence et du réalisme des scènes de combat. Si bien qu’on ne sent pas passer les 2h30 de l’opus. C’’est dire si on est scotché au fauteuil !

A l’affiche dans les salles de Suisse romande depuis mercredi 13 octobre.

Lien permanent Catégories : Sorties de la Semaine 1 commentaire

Commentaires

  • Bof, un plagiat de Rashomon, sans le talent de Kurosawa.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel