Google Analytics

Grand écran: "Sous la peau" suit trois ados en quête de leur véritable identité

Imprimer

sous-la-peau.jpgAprès une première sortie gâchée, voire annulée en mars dernier  pour cause de  coronavirus, Sous la peau, du Genevois Robin Harsch, revient dans les salles. Le documentaire raconte l'histoire d'Effie Alexandra, Söan et Logan nés dans le mauvais corps. Avec des attributs qui ne correspondent pas à ce qu’ils sont. 

Pendant plus de deux ans, l’auteur, se mettant à la place du spectateur, du parent ou du jeune qui se pose une foule de questions, a suivi ces trois adolescents sur le long et douloureux chemin de la transition, le grand bouleversement  qu’elle provoque chez eux, leurs parents, les difficultés qu’elle entraîne à l’école et dans la société.

Mais il est surtout question d’une quête de leur véritable identité. De cette identité enfouie au plus profond de chacun d’eux. «Aujourd’hui on parle de LGBTI, mais il  n’y a pas, dans l’alphabet, suffisamment de lettres pour décrire toutes les différences de l’humanité», explique Effie, qui ne s’est jamais senti un garçon. «J’étais une fille avec des organes génitaux différents. Je dirais même que j’avais un pénis de fille et que peut-être il allait tomber un jour. Je suis libre depuis que j’ai des seins. Mon corps m’appartient.»

«Dès que j’arrivais, on me disait “T’es un garçon ou t’es une fille ?” remarque Söan. « Que ça, tout le temps… Du coup, il y a un moment où j’ai basculé à l’opposé. Je me maquillais, j’avais un sac à main… Ce que je ne ferais plus jamais de ma vie aujourd’hui… » Pour Logan, c’est juste le haut qui le dérange beaucoup. «Comme une prison que t’as envie d’arracher.».

Auteur de plusieurs courts métrages et de documentaires pour la télévision, Robin Harsch, 42 ans, s’est lancé dans l’aventure par hasard. En 2015, une amie lui parle de la création du Refuge à Genève, un centre qui permet à des adolescents LGBTIQ+ de venir parler de leurs problèmes en lien avec leur préférences sexuelles ou leur identité de genre. Il s’est alors dit que cela ferait un bon thème.

Il a vu plusieurs gays, mais aucun ne voulait être filmé à visage découvert. «J’ai donc laissé tomber le projet et décidé, deux ans plus tard, de me concentrer sur les trans, grâce à Effie Alexandra qui avait envie de parler. J’ai ensuite rencontré Söan et Logan »… (Voir la suite de l’interview du réalisateur dans notre note du 8 mars.)

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 21 octobre.

 

Lien permanent Catégories : Sorties de la Semaine 3 commentaires

Commentaires

  • Pour consoler une petite minorité d'être mal dans sa peau, on fait perdre leurs repères à tous.
    Un certain nombre d'ados peuvent être dans le doute au sujet de leur identité sexuelle, mais dans la plupart des cas, ce doute ne dure pas. Il est irresponsable de les pousser à prendre des décisions définitives en matière de comportement ou de transformation physique.

  • Ce soir, jai une pensée très émue pour ce petit garçon de 5 ans qui a perdu son père, Samuel Patty, père qui était le seul à s'occuper de lui. Pauvre petit orphelin, orphelin par la faute du laxisme et de la bienpensance qui nous étouffe encore dans tous les médias et ailleurs, et de tous les lâches qui ont rendu possible ce crime odieux!

    https://www.youtube.com/watch?v=ER1NjK8jMe4

  • Quand t'as 6 ans et que le sentiment dure une décennie, c'est pas de la fabulation d'ado.

Les commentaires sont fermés.