Google Analytics

Le Festival de Locarno innove avec une 73e édition hybride

Imprimer

j_37d496c894416ad06079772b04d692d9_CDT197844_MG2457837.jpgIl est amputé de la célébrissime Piazza Grande rameutant chaque soir quelque 8000 spectateurs, et de ses autres événements majeurs, compétition officielle de longs métrages, rétrospective ou encore Semaine de la critique. Le redoutable coronavirus ne l'a pourtant pas complètement mis à terre. C'est ainsi que le Festival de Locarno a décidé, sous l’impulsion de sa directrice artistique Lili Hinstin (photo), de fêter malgré tout sa 73e édition du 5 au 15 août. Intitulée For The future Of Films, elle aura lieu majoritairement en ligne, mais aussi physiquement bien que singulièrement réduite. Une bonne idée? Les avis divergent. A voir. 

C’est First Cow, western de la réalisatrice et scénariste américaine Kelly Reichardt, en compétition à la Berlinale de février dernier, qui ouvrira ce cru 2020 pour le moins hybride. Projeté mercredi soir au Grand Rex, avec la participation virtuelle de son auteure, il évoque à la fois de grands espaces ainsi qu’une amitié imprévue.

En clôture le 15 août une nuit de courts métrages. Avec, pour débuter, La France contre les robots du Français Jean-Marie Straub, lauréat du Léopard d’honneur en 2017. Il sera suivi de la Collection Lockdown by Swiss Filmmakers, neuf films courts de réalisatrices et réalisateurs suisses qui, pendant le confinement, ont décidé de raconter notre quotidien chamboulé.

Kelly Reichhardt fera par ailleurs partie du jury de trois membres qui départagera dix projets internationaux en décernant plusieurs prix. Il s’agit d’un volet appelé The Films After Tomorrow où on retrouve des cinéastes connus ainsi que de nouveaux talents et qui a pour but de soutenir la production de films interrompus par la pandémie de coronavirus.

L’édition en chair et en os, forte de 121 opus (longs et courts) dans six sections, se déroulera dans trois cinémas de la ville. Elle propose la seule compétition officielle maintenue les Pardi di domani, qui encourage la relève des réalisateurs aux plans national et international et Open Doors, programme dévolu aux cinématographies émergentes et consacré cette année à l’Indonésie, les Philippines et la Birmanie.

Enfin, alors que seront également projetés des classiques de l’histoire du festival choisis par des cinéastes, Lili Hinstin s’est fait plaisir en sélectionnant huit oeuvres qu’elle présentera dans le cadre des Secret Sreenings le soir au Grand Rex à 21 heures. Comme l’indique l’intitulé, ce sont des surprises que le spectateur ne découvrira qu’au dernier moment.

Quant à l’édition online, gratuite, elle comprendra 83 projections, des masters class, des débats, des tables rondes, et sera accessible des ordinateurs du monde entier. Les courts-métrages seront partagés en ligne sur réservation à 1590 internautes, chiffre correspondant au nombre de spectateurs qui auraient pu assister physiquement aux séances. A partir de novembre, ils seront proposés en salle à travers la Suisse.

Locarno 2020 For The Future Of Films, du 5 au 15 août.

Lien permanent Catégories : La griffe du léopard 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel