Google Analytics

Grand écran: Michel Piccoli, monument du cinéma français, est mort

Imprimer

0l0dIHOAawx86qZNJjYBt0.jpgAu cours d’une prestigieuse carrière riche de quelque 200 films, il a tout joué. Les séducteurs, les personnages troubles, les provocateurs, les escrocs et même un pape en plein doute chez Nanni Moretti, son dernier rôle important. Michel Piccoli, 94 ans, l’une des icônes du cinéma français, est mort lundi 12 mai des suites d’un accident cérébral.

Né à Paris le 27 décembre 1925 dans une famille de musiciens, il décide de devenir acteur à 18 ans et s’inscrit au cours Simon. Il fait sa première apparition dans Sortilèges, de Christian-Jaque, en 1945. C'est en 1963 qu’îl se révèle au grand public, aux côtés de Brigitte Bardot, dans Le mépris de Jean-Luc Godard, adapté du roman éponyme d’Alberto Moravia. Il y excelle. Après avoir tenu le rôle d’un Don Juan vêtu de cuir noir dans le téléfilm de Marcel Bluwal, il a été dirigé par tous les grands.

Prix d’interprétation à Cannes en 1980

Acteur fétiche de Luis Bunuel (huit œuvres), Marco Ferreri (huit également) Claude Sautet (cinq), il a également été dirigé par Jean Renoir, Claude Chabrol, Jacques Demy, Jacques Rivette, Manoel de Oliveira. Sans oublier Alfred Hitchcock (L’étau). Il obtient le prix d'interprétation masculine à Cannes en 1980 pour son rôle dans Le Saut dans le vide de Marco Bellochio. Il a également remporté l'Ours d'argent du meilleur acteur pour Une étrange affaire de Pierre Granier-Deferre en 1982, et le David di Donatello dans Habemus Papam. En revanche, malgré son impressionnante filmographie, il n’a jamais reçu de César, auquel il a plusieurs fois pu prétendre.

Michel Piccoli, s’est aussi illustré au théâtre. On l’a vu dans une cinquantaine de pièces, notamment dans des adaptations de Racine, Molière ou Shakespeare. Son interprétation du Roi Lear lui vaut deux nominations de suite pour le Molière du comédien. Il a également tâté de la réalisation avec deux courts, puis des longs métrages. On retiendra C’est pas tout à fait la vie dont j’avais rêvé (2005), où il met en scène un homme partageant sa vie entre l’appartement qu’il habite avec sa femme, celui qu’il occupe avec sa maîtresse et son club.

Les femmes de sa vie

Côté vie privée, Michel Piccoli épouse en premières noces l'actrice Eléonore Hirt en 1954. Ils ont une fille avec laquelle il se brouille, apparemment définitivement. En 2015, dans son autobiographie, il avouait avoir eu une liaison avec Romy Schneider avec qui il a partagé l’affiche à six reprises (La voleuse, Les choses de la vie, Max et les ferrailleurs, Le trio infernal, Mado et la passante de du Sans-Souci). Suite à cette idylle, il convole pour la deuxième fois avec Juliette Gréco en 1966, qui le quitte après 11 ans. En 1978, il se marie avec la scénariste Ludivine Clerc. Ils adoptent deux enfants, Inord et Missia, d'origine polonaise.

Le comédien avait le cœur à gauche. Il avait soutenu François Mitterrand lors des élections de 1974 et 1981 et, en 2007, appelé à voter pour Ségolène Royal. Sa conscience politique, confiait-il en 2000 dans une interview à l’Express, s’était éveillée lors de la Seconde Guerre mondiale en entendant tout d'abord Hitler à la radio, puis l'appel du 18 juin du général de Gaulle.

Lien permanent Catégories : Cinéfil 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel