Google Analytics

Les Cinémas du Grütli chez vous avec "Snowpiercer", lutte des classes post-apocalyptique

Imprimer

snowpiercer_1280x720.jpgPour la cinquième semaine, les Cinémas du Grütli débarquent chez vous en proposant des films en streaming. Et notamment Snowpiercer du  cinéaste sud-coréen Bong Joon-ho qui, en mai dernier, triomphait à Cannes avec Parasite, remarquable, tragique et burlesque satire sur un monde d’injustice et d’inégalités.

En 2013, le lauréat de la Palme d'or nous offrait une autre vision de la lutte des classes en adaptant Le Transperceneige (Snowpiercer), la BD française éponyme de Jacques Lob et Jean-Marc Rochette. Il retrouvait alors la science-fiction, un genre qu’il avait brièvement exploré dans le tryptique Tokyo en compagnie de Michel Gondry et Léos Carax. 

Nous sommes en 2031, dans une ambiance de fin du monde. Dix-sept ans plus tôt, l’humanité a été pratiquement anéantie lors d’une catastrophe écologique et ses derniers représentants vivent dans un train gigantesque, tournant sans jamais s’arrêter autour d’une terre réduite à une vaste étendue gelée.

A bord de ce train perpétuellement en mouvement sur les mêmes rails, s'affrontent violemment les pauvres entassés à l’arrière dans l’obscurité et les riches se vautrant dans le luxe à l’avant. Chaque wagon représente une étape à franchir, prétexte à de nombreux rebondissements, pour passer de l’ombre à la lumière. Et surtout d’atteindre et de renverser l’ignoble dictateur, profitant de ce combat sauvage pour tirer les ficelles et régner sans partage.

Révolte jusqu’au-boutiste

Entre deux tueries sanglantes dans ce microcosme futuriste angoissant, la révolte jusqu’au-boutiste est menée par un personnage charismatique joué par Chris Evans. Opposant les esclaves désarmés à la redoutable milice du tyran, elle conduira jusqu’à l‘inévitable et symbolique déraillement du convoi.

Sur de somptueux paysages neigeux d’un blanc immaculé et des décors colorés illustrant l’univers paradisiaque des nantis, Bong Joon-ho propose une fable dystopique métaphysico-politique; une odyssée post-apocalyptique en forme de métaphore d’une humanité aux mains d’une force brutale et ultra-répressive. Apparaissent, aux côtés de Chris Evans, Ed Harris et une méconnaissable Tilda Swinton.

A noter que dans la distribution de "nourriture" aux laissés-pour-compte, Bong Joon-ho se permet un emprunt à Soleil vert de Richard Fleischer (1973), où une population miséreuse, faute de ressources naturelles, était contrainte d'ingurgiter une mystérieuse pastille avant d’en découvrir la terrifiante source…

Les Cinémas du Grütli en partenariat avec Cinefile.

 

Lien permanent Catégories : Cinéfil 1 commentaire

Commentaires

  • Je l'ai vu. Cela ne m'a pas beaucoup marqué. Les effets spéciaux étaient irréalistes. J'ai préféré la bande dessinée, plus tragique, plus fatale.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel