Google Analytics

Grand écran: film à procès intrigant, "La fille au bracelet" révèle une actrice, Melissa Guers

Imprimer

1148017.jpgLise, une adolescente de 16 ans, passe l’après-midi à la plage avec son père, sa mère et son petit frère. Un moment troublé par le débarquement de trois hommes, dont deux gendarmes qui emmènent Lise après une curieuse discussion qu’on n’entend pas.

On s'interroge avant de la retrouver deux ans plus tard. Elle vit dans un quartier résidentiel, vient d'avoir son bac. Mais elle est en liberté surveillée et porte un bracelet électronique, car elle est accusée d'avoir assassiné sa meilleure amie.

Son procès va commencer et c’est au cours de celui-ci que seront énoncés les faits du crime, sordide. Tout semble accabler Lise. Sa nuit passée chez la victime après une fête, la seule présence de ses empreintes génétiques sur le corps de cette dernière, l’absence de l’arme. Mais ce n'est pas l'essentiel...

Pour La fille au bracelet, Stéphane Demoustier, s’inspire du scénario d’Acusada, de l’Argentin Gonzalo Tobal. La comparaison s'arrête là. Au spectaculaire et aux effets de manches, le réalisateur français privilégie l’épure, les joutes verbales entre la procureure et l’avocat de la défense.

Contrairement à son collègue sud-américain, il adopte le point de vue de ceux qui entourent Lise et ses proches, évoquant les conséquences du procès sur la famille, dont le noyau sera brisé. A travers ce fait divers où il aborde par ailleurs les mœurs de la jeunesse actuelle, le sexe "pour se faire du bien", sans émotions ou sentiments, le passage banalisé d’un partenaire à un autre, il montre surtout le fossé entre les générations. C’est ici que se situe l’enjeu principal.

L'incompréhension, la méconnaissance qui mènent à la complexité des relations entre parents et enfants sont symbolisées par le mystère qui entoure Lise, coupable ou non, son mutisme, son visage impénétrable, son manque de justification et d’implication, en dépit de ce que cela pourrait lui coûter.

En choisissant Melissa Guers pour incarner l’adolescente, Stéphane Demoustier révèle une actrice. Elle est à la fois secrète, intense, intrigante, déconcertante de naturel. Ses parents sont incarnés par Roschdy Zem et Chiara Mastroianni. La sœur du réalisateur, Anaïs Demoustier, a elle enfilé le costume de la jeune procureure. Elle est en-dessous de l’excellente prestation d’Annie Mercier, dans le rôle de l’avocate nettement plus âgée. Mais c’est paradoxalement d’elle que Lise se sent le plus proche.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès le 5 février.

Lien permanent Catégories : Sorties de la Semaine 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.