Google Analytics

Grand écran: "Echo", singulier Noël à l'islandaise en forme de miroir contemporain

Imprimer

bergmal_2_copy.jpgOn est loin des nanars du genre, hollywoodiens ou non, pleins de bons sentiments et de valeurs chrétiennes. Avec Echo, le réalisateur islandais Runar Runarsson propose, en 56 vignettes qui s’inscrivent entre les préparatifs de Noël et de Nouvel-An, une radiographie de son pays en particulier et de l’ensemble de notre société moderne en général.

Ces tableaux sans lien les uns avec les autres, prosaïques, poétiques, magiques, joyeux, tristes, beaux ou laids,  diffèrent également par leur longueur ou leur sujet. Comprenant autant d’éléments que possible, ils sont interprétés par... 330 acteurs, eux aussi déconnectés les uns des autres.

Traitant des fêtes tout en se penchant sur les à-côtés, l’auteur nous emmène d’abord dans une laverie automatique pour voitures où de grands balais s’animent progressivement au rythme d’une musique symphonique. Créant des contrastes, il passe du spectaculaire incendie d'une ferme abandonnée (photo) à une dispute ex-conjugale au téléphone, du corps d’un petit garçon dans son cercueil à une véritable naissance.

On navigue également d’une représentation enfantine de Noël à un concours de Miss Bikini, d’un abattoir où défilent des poules à une jeune fille dans un salon demandant à sa grand-mère d’essayer son casque de réalité virtuelle, d’une révolte d’employés de supermarché à un jeune homme noir dans un solarium. Non pas pour bronzer mais pour chasser une déprime provoquée par le manque de lumière en ces courtes journées nordiques.

Tout n'est certes pas pareillement réussi dans ce film collage singulier, visuellement soigné mais aux situations plus ou moins captivantes, où le réalisateur s'est fixé quelques règles comme une caméra fixe ou le fait qu'un acteur ne doit apparaître que dans une seule histoire, Il ne nous plonge pas moins dans une ambiance spéciale, en s'emparant à sa manière de la folie de Noël avec d'intrigantes saynètes entre drame, cynisme et humour.

maxresdefault.jpg«C’est un film sur de petits fragments de la vie qui, ensemble, représentent notre société. Certains aiment Noël et Nouvel-An, d’autres pas. Echo agit comme un amplificateur d’émotions d’un côté ou de l’autre», nous dit Runar Runarsson (photo) lors d’une rencontre à Genève. «Mon but n’est pas de critiquer cette période festive, mais avant tout d’observer. Pour moi, c’est un miroir où chacun peut voir un reflet de sa propre existence.»
.
Vous traitez d’une multitude de thèmes.

C’est normal. Tant de choses se produisent dans une semaine, voire quotidiennement. La vie, la mort, la naissance, la solitude, les sans-abri. Je n’ai rien inventé. Tout ce que je décris m’est arrivé en peu de temps ou concerne des gens qui me sont proches.

Vos 330 protagonistes sont des non-professionnels. Etaient-ils difficiles à diriger?

Non. Il y a eu un peu d’improvisation. J’exerçais un contrôle limité. Qu'ils soient non-professionnels me permettait d'ancrer le film encore davantage dans le réel. Certains d'entre eux ont suivi des études, mais n'ont jamais eu de rôle. De toutes façons, ce n'est pas très important car n'importe qui est capable de jouer la comédie ou de chanter. Il suffit d'essayer.

C’est votre troisième long-métrage et il est radicalement différent des deux précédents, disons classiques en comparaison. Allez-vous tenter quelque chose de nouveau pour le suivant ?

Je n’en sais rien. Je suis toujours mon cœur, mon instinct. Du coup, il est possible que je ne réalise plus d’autres films.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 25 décembre.

Lien permanent Catégories : Sorties de la Semaine 1 commentaire

Commentaires

  • Autrefois on vivait la douceur de Noël en se promenant parfois dans les bois. On regardait le nez bien en l'air s'il ne viendrait pas d'en haut un Ange se présenter avec, parfois, comme un baiser du ciel à nous accordé par un doux flocon de neige venant se poser sur le bord d'une paupière

    un jour, un second… puis, de nuit, nous sentions passer l'"esprit" de Noël qui nous reviendrait l'année suivante

    nous réjouir au plus profond de l'âme ou du coeur.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel