Google Analytics

Grand écran: Anthony Hopkins et Jonathan Pryce s'affrontent avec passion dans "Les deux papes"

Imprimer

the-two-popes-photo-anthony-hopkins-jonathan-pryce-1096044-large.jpgEn principe, un pape meurt à la tâche. Il ne démissionne pas. A moins qu’il ne soit déposé, déporté, poussé ou contraint, comme neuf d’entre eux au cours des siècles, le dernier étant Grégoire XII en 1415. C’est pourquoi l’abdication de Benoit XVI, le 12 février 2013, a provoqué la stupeur générale.

Ouvrant une nouvelle page de l'histoire de l'Eglise catholique, cette renonciation et l’élection un mois plus tard de l’archevêque de Buenos Aires Jorge Bergoglio, servent de base à une nouvelle production Netflix, Les deux papes.

Inspirée de faits réels, l’œuvre est signée du Brésilien Fernando Meirelles, sur un scénario du dramaturge néo-zélandais Anthony McCarten. Elle réunit Anthony Hopkins dans le rôle de Benoît et Jonathan Pryce dans celui de François, sur fond de scandales pédophiles et de corruption. Rapidement évacués, il faut le dire.

Le film se concentre surtout sur la relation entre Joseph Ratzinger et Jorge Bergoglio. En 2012, ce dernier atteint par la limite d’âge avait demandé à Benoît XVI, qui le fait patienter, l’autorisation de se retirer. Il se rend ensuite à Rome où les deux hommes entament d'intenses conversations dans la résidence d'été du souverain pontife et la chapelle Sixtine. 

L’intrigue se fonde sur leur opposition de style. On découvre l’érudition, la méditation et le doute chez le conservateur Allemand, la volonté de réformer et de prendre des risques chez le progressiste Argentin.

Le film rappelle aussi que Joseph Ratzinger et Jorge Bergoglio ont connu chacun un passé dramatique, un éventuel engagement (démenti) au sein des jeunesses hitlériennes pour le premier et un rôle contesté lors de la dictature militaire argentine pour le second évoqué, lui en revanche, par des flashbacks en noir et blanc.

L’opus dont on retiendra la finesse des dialogues, mais qui ne brille pas par sa mise en scène et auquel on reprochera sa longueur, vaut surtout par la remarquable prestation des deux protagonistes qui se livrent corps et âme lors de leurs rencontres.

A côté d’Anthony Hopkins, Benoît cérébral tout en retenue, sinon coincé, mais d'une amabilité inattendue et se laissant aller à ses talents de pianiste, Jonathan Pryce campe un François physiquement plus vrai que nature, charismatique, plein d’humour, simple et modeste. Manifestant de surcroît un goût immodéré pour le tango et le football, passion qui donnera lieu à une scène jubilatoire.

A l’affiche à Genève au Cinérama Empire dès mercredi 4 décembre à raison de deux séances par jour,  "Les deux papes" sera diffusé sur Netflix à partir du 20 décembre.

Lien permanent Catégories : Sorties de la Semaine 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.