Google Analytics

Grand écran: "Elvis", fascinant biopic de Baz Luhrmann. Avec les formidables Austin Butler et Tom Hanks (18/06/2022)

«Très jeune, j’ai appris que sans chanter, on mourait. Alors je chante », déclare  Elvis vers la fin du film, colossal, spectaculaire, à la démesure de son héros. Normal de la part de Baz Luhrmann. Qui mieux que lui pouvait transposer à l’écran la vie impressionnante, unique, du roi du rock? Dans une Amérique conservatrice, le réalisateur australien évoque l’ascension fulgurante, en deux temps, de l’icône (Austin Butler), qui a bouleversé la culture populaire.
Une relation complexe et toxique

Baz Lurhmann se penche plus particulièrement sur les rapports complexes, agités, presque filiaux, voire amoureux, que le mythe a entretenus pendant une vingtaine d’années avec son impresario, le très controversé et mystérieux colonel Parker (Tom Hanks). Cette relation toxique va propulser le chanteur au sommet.

Disons-le tout de suite, les deux comédiens sont géniaux dans leur registre respectif. Plus vrai que nature, le superbe Austin Butler n’incarne pas, il est le King au sex-appeal stupéfiant, tandis que Tom Hanks méconnaissable, vieilli, se glisse à merveille dans le rôle de la crapule, qui a plumé l’idole sans vergogne.   

L'auteur n’oublie presque rien dans son biopic à la mise en scène bluffante, foisonnante, frénétique. Il raconte l’enfance pauvre de son héros au Mississippi et au Tennessee, marquée par le décès de son jumeau à sa naissance en 1935, son lien fusionnel avec sa mère, son coup de foudre pour Priscilla (Olivia Dejonge), ses shows aussi gigantesques que délirants à Las Vegas, son désarroi en apprenant la mort de Martin Luther King, puis de Bob Kennedy, Le cinéaste évoque aussi sans toutefois s’y attarder, son addiction aux médicaments, sa dangereuse fascination pour les armes à feu, sa déchéance...

Cette musique qui rendait le King heureux

Mais au-delà, Luhrmann incroyablement inspiré parle de musique, celle du King (qui n'aimait pas qu'on l'appelle comme ça) , la seule chose qui le rendait heureux, en-dehors de l’amour du public, contre lequel Priscilla ne pouvait lutter. La musique traverse et sublime ce long métrage opératique, passionnant, fascinant, fourmillant d’idées et à l’hagiographie assumée.

Le film est aussi politique dans la mesure où il n’est pas seulement le portrait d’une star et d'un homme, mais aussi celui de trois décennies d’une Amérique raciste, corsetée, puritaine. Choquée par les célèbres déhanchements d’Elvis le pelvis, qui n’arrivait pas à chanter sans se trémousser à un rythme d’enfer. Il rendait les filles folles en leur faisant goûter à ce qu’elles imaginaient être le fruit défendu, selon le colonel Parker, se délectant de la chose avec un rien de perversité..

Elvis, l’artiste solo qui a vendu le plus de disques dans le monde est mort à 42 ans, le 16 août 1977, chez lui à Graceland. Mais grâce à Baz Luhrmann, ce personnage au destin exceptionnel nous tient en haleine pendant 2h40 qu’on ne sent pas passer. Au point qu’on en redemande...

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès le mercredi 22 juin. 

18:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |