Google Analytics

19/06/2008

Gazon maudit!

J’ai écrit le contraire hier parce que j’étais en colère. Aujourd’hui, sans mes Bleus, je suis inconsolable. Dément, ce mauvais sort qui s’est acharné sur eux. Rappelez-vous la chaleur excessive du premier match, les vestiaires trop petits du second, la crainte de la triche au troisième. Logique qu’ils nous aient rejoué gazon maudit. Comme en 2002!
Et la dignité de ces médias que je n’aurais jamais imaginés français si je ne l’avais pas su. Se contentant d’avaler des couleuvres, évoquant sobrement la blessure de Ribéry et l’expulsion d’Abidal. Ignorant quasiment les ressources profondes des Tricolores. Aussi profondes qu’invisibles à l’œil nu, je l’admets. Sauf celui, très exercé, de Domenech... Mais ce n’est pas une raison de se montrer cruel envers le coach, tellement helvétique que je l’engagerais volontiers à la place d’Hitzfeld. Histoire de ne pas dépayser les Suisses.
En plus, il n’est pas vraiment responsable de la cacade. A l’image du président Ford, incapable de descendre les escaliers et de mâcher du chewing-gum en même temps, le brave Raymond ne pouvait simplement pas gérer à la fois son équipe et son mariage…

00:28 Publié dans Vipère au pied | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

18/06/2008

Champions d’opérette

C’était drôlement mieux de voir gagner les Bleus italiens que les Bleus français. Si les tifosi vont certes pavoiser à mort, les Azzurri devraient, eux, avoir le succès un poil plus modeste. Et pour cause. Champions d’opérette jusqu’ici. Quand on vise le titre, une malheureuse victoire dans le premier tour est loin de représenter le minimum syndical.
Pour en revenir aux Tricolores, quoi de plus normal que cette élimination miteuse! Même s’ils s’y sentent très supérieurs et que leurs experts en crampon s’en sont copieusement moqués, il était clair dès le début que les Suisses et les Autrichiens n’avaient rien à envier à ces footeux de pacotille, qui peuvent finir derniers du tournoi. Pour citer le très stimulant et dynamique Köbi, ils ont simplement joué au maximum de leurs possibilités.
Mais comme dit le proverbe, à toute chose malheur est bon. Au lieu de se le coltiner jusqu’au prochain Mondial, nos chers voisins seront enfin débarrassés du suffisant Domenech. Et je ne vous parle pas du soulagement des commerçants du Mont-Pèlerin, dont les caisses n’ont cessé de se vider à cause de la stupide tactique «secret défense» de l’insupportable boss hexagonal. Edmée

16:27 Publié dans Vipère au pied | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | | Pin it! |

16/06/2008

Bonnet d’âne évité!

Typiquement helvétique, cette petite victoire pour beurre contre les Portugais. Cela dit, les Suisses avaient déjà échappé au bonnet d’âne de l’Euro en le filant aux Grecs. Egalement éliminés au deuxième match du premier tour, les Hellènes n’ont eux pas marqué de but.

Dommage pour les Rouges. Se retrouver pénultièmes se révèle d’un commun. Alors que derniers, à l’image des Tricolores en 2002, procure une certaine jouissance. Personne ne vous oublie…
Puisqu’on en parle, des Bleus, je ne vous raconte pas l’ambiance au Mont-Pèlerin! Les vieux et les jeunes coqs se déchirent grave. Mais Domenech l’ignore. Certain que ça baigne dans le poulailler, il espère confiner ses volailles le plus longtemps possible avant le choc de demain à Zurich. Histoire qu’ils gloussent à l’unisson, signe de ponte… Toutefois, comme c’est chacun pour sa gueule depuis le début du tournoi, la tactique de l’enfermement ne devrait pas suffire à dégripper la machine!
Vraiment trop, ce brave Raymond. Tout en cultivant «des doutes sur ses certitudes», il veut que ce France-Italie laisse une trace. Le duel pourrait dépasser ses espérances. Les séquelles risquent même d’être
indélébiles…

03:31 Publié dans Vipère au pied | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |