Google Analytics

19/11/2013

Cinéma: "Tableau noir", ou quand l'enseignement devient un jeu doublé d'une leçon de vie

Yves_Yersin-002--672x359[1].jpgGrand retour à l’écran d’Yves Yersin, l’auteur adulé de Les Petites fugues en 1979. Après tout ce temps onaurait pu craindre qu'il ait perdu la main. Il prouve le contraire avec cette remarquable chronique scolaire à Derrière-Pertuis, un hameau perché sur les crêtes du Jura, dans le Val-de Ruz.

Pendant treize mois, le cinéaste a filmé une douzaine d’élèves de six à douze ans, partageant la même c lasse, dans une école condamnée, sous la houlette de Gilbert Hirschi, qui y a transmis son savoir pendant 41 ans. On pense évidemment à Etre et avoir, du Français Nicolas Philibert, qui avait entrepris une démarche semblable en 2002.

Mais Tableau noir tourné trois ans après et qui a nécessité quelque quatre ans pour venir à bout de 1200 heures de rush, n’a rien d’une copie. Il nous laisse découvrir un merveilleux instituteur, ses valeurs de portée universelle et avant tout sa manière exemplaire, unique, passionnante, inventive d’enseigner, mêlant constamment la théorie à la pratique.

De l’orthographe au calcul, de la physique à l’apprentissage de l’allemand en concoctant une salade de fruit, en passant par la découverte de la nature ou de la spiritualité, tout se transforme en un jeu doublé d’une véritable leçon de vie.

Toujours justes, naturels, spontanés, souvent irrésistibles, rarement têtes à claques mais au contraire ravis d’apprendre, les enfants sont évidemment les premiers acteurs de la réussite de ce documentaire original, qui vous fait passer deux heures de bonheur et d’émotion. Au point qu’on ne peut s’empêcher de verser une petite larme à la fin, quand l’école ferme et que l’instituteur s’en va, sur l’air d’"Adieu monsieur le professeur". C’est voulu, mais on marche.

Film à l'affiche dans les salles romandes dés mercredi 20 novembre. 

 

20:00 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Cinéma: "Les garçons et Guillaume à table!" Drôle, émouvant, jouissif

Les-Garcons-Et-Guillaume-A-Table_w256h176[1].jpgAvec ce premier film adapté de sa pièce de théâtre éponyme, Guillaume Galienne signe une comédie jubilatoire, désopilante et pétillante, qui avait fait un triomphe en mai dernier à Cannes lors de sa présentation à la Quinzaine des réalisateurs.

Les garçons et Guillaume à table! raconte l’histoire de sa vie, basée sur un malentendu. Toute son enfance et son adolescence, pourvu de deux frères qui sont son exact contraire, le garçon a été considéré comme une fille. Par sa famille en général, mais plus particulièrement par sa mère, grande bourgeoise cassante et sarcastique, vulgaire à l'occasion, qui l’a traité comme la fille qu'elle n'a jamais eue.  

Mais il ne lui en veut pas. Au contraire, comme il est en adoration devant elle, il s’applique à lui plaire. Facile, il aime Sissi, les mises en plis et déteste le sport. En revanche ce qu’il entreprend pour se convaincre de l’orientation sexuelle qu’on lui prête ne fonctionne pas. Pour la bonne raison qu’en réalité, il est hétéro. D'où une sorte de coming out à l'envers.

Le-garcons-et-Guillaume-A-table_w256h176[1].jpgDans son one-man-show, Guillaume Galienne interprétait tous les rôles, lui, sa mère, son père, ses frères, ses tantes. Dans ce film en forme d'objet théâtral dont le fil conducteur est une représentation, il se contente d'incarner lui-même et  sa mère (photo). Une oeuvre qui est aussi une grande déclaration d’amour à cette femme vénérée, à l’origine de sa vocation de comédien. Découverte grâce à cette confusion initiale alimentée par son comportement ambigu.   
 
Entre journal intime et autoanalyse, il atteint l’excellence, en se mettant à nu de manière à la fois drôle, émouvante et jouissive, explorant avec intelligence, finesse et élégance les situations et les sujets qui ont contribué à l’étiqueter homo. Faisant également preuve d’un extraordinaire et désarmant sens de l’autodérision.

Car Guillaume Galienne, acteur des plus éclectique, sociétaire de la Comédie française, s’exprimant aussi bien au cinéma qu’à la télévision et à la radio n’a nullement l’intention de régler des comptes. Délicieux, généreux et plein d’humour, cet homme dont le plus grand plaisir est de raconter des histoires nous le confirmait lors d’un récent passage à Genève.

220px-Guillaume_Gallienne_2012[1].jpg"Je voulais simplement faire une comédie sur la différence. A un moment, nous sommes tous enfermés dans des cases". 

-Etait-ce une forme d’exorcisme?

-Pas du tout. J’évoque la vie d’un gamin passif, qui avait peur de tout, encaissant des trucs, ne se sentant ni fille ni garçon, mais labellisé homo avant qu’il ait eu le temps de découvrir quoi que ce soit. Finalement il deviendra actif, au fil d’événements qui le pousseront à avancer.

-Il s'agit aussi une déclaration d’amour à votre mère.

-A ma mère oui, mais pas seulement. A toutes les femmes et même aux hommes.

-Comment a-t-elle réagi en se voyant à travers vous?

-Elle était morte de rire. Vous savez, elle est très drôle, fantasque et n’a aucune complaisance. Elle s'est reconnue. D’abord elle m’a dit qu’elle trouvait le film bien foutu, puis qu’il était plus émouvant que la pièce.

-On vous considère souvent comme un héritier de Blake Edwards, Billy Wilder et Woody Allen. Plutôt lourd à porter?

-Pas vraiment dans la mesure où je suis bien conscient de ne pas leur arriver à la cheville. Mais il est certain qu’ils m’ont formé.

Alors que Guillaume Galienne enfile le costume de Pierre Bergé dans Yves Saint Laurent, le biopic de Jalil Lespert sur le célèbre couturier qui doit sortir le 8 janvier prochain, il parle de son prochain film. Il s'agit du destin d'une femme dont on lui a parlé il y a quelques années et qu'il a envie de porter à l'écran depuis lors. 

Film à l'affiche dans les salles romandes dès mercredi 20 décembre.

 


 

17:03 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

12/11/2013

Cinéma: "Evasion" avec Stallone et Schwarzie dans un face à face bien peu punchy!

The-Tomb-Movie-Picture-01[1].jpgSpécialisé dans la construction de prisons hyper hi-tech, l’ingénieur Ray Breslin teste lui-même leur efficacité en s’y laissant enfermer et trouve toujours la faille pour s’en échapper. Jusqu’au jour où il se retrouve piégé dans un bâtiment ultrasecret, ultramoderne et ultrasécurisé, par des gens qui ne lui veulent vraiment pas du bien. A commencer par un directeur sadique et un gardien corrompu. Seule solution pour s’en sortir, s’allier avec un codétenu…

Et c’est ainsi que Sylvester Stallone et Arnold Schwarzenegger sont réunis pour la première fois à l’écran dans des rôles-titres grâce à Evasion (Escape Plan) de Mikael Hafstrom. Enfermés dans une même prison,ils sont donc forcés de coopérer pour avoir une chance de s'évader de ce lieu hostile où règne la violence. Une rencontre qui avait en principe de quoi  titiller les fans des deux géants du film d’action yankee, vu que la chose s’annonçait comme un thriller carcéral sous tension.

Mais on est très loin du compte dans cette histoire sans intérêt, bourrée d’invraisemblances, manquant singulièrement de rythme et de punch. Du coup c'est logique, cet affrontement au sommet entre les deux tas de muscles de la pellicule hollywoodienne ne fait pas davantage tinter le tiroir-caisse que le Cartel de Ridley Scott.

Film à l'affiche dans les salls de Suisse romande dès mercredi 13 novembre. 
  

19:00 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Cinéma: "Cartel", casting cinq étoiles pour un thriller façon boui-boui...

movies-the-counsellor-cameron-diaz-penelope-cruz[1].jpgPour son premier scénario, le romancier américain à succès Cormac McCarthy, lauréat du prix Pulitzer et dont plusieurs livres ont été adaptés au cinéma dont notamment No Country For Old Men des frères Coen, n’a pas franchement mis dans le mille avec Cartel (The Counsellor pour le titre original). Un thriller réalisé par Ridley Scott, lui aussi à côté de la plaque. Résultat, des critiques sévères et un gros flop financier Outre-Atlantique .

Ce qui n’a rien d’étonnant au vu de cet opus évoquant la lente descente aux enfers d’un ambitieux avocat. Attiré par l’appât du gain, ce pénaliste pourtant véreux  se laisse entraîner comme un bleu dans un dangereux trafic de drogue dirigé par un couple des plus douteux. Et se retrouve évidemment dans de  sales draps.

On ne peut guère en dire davantage, car à  partir de là on nage en plein brouillard dans cette intrigue laborieuse, bavarde, outrancièrement tarabiscotée et aux dialogues impénétrables. Pour tout dire, un truand n’y retrouverait pas sa came, ce qui nuit quand même fâcheusement à un suspense qui se veut dramatique.

Seul éventuel intérêt de l’affaire un casting cinq étoiles. Avec chez les hommes le très séduisant Michael Fassbender qui met donc naïvement le doigt dans l’engrenage pour avoir de quoi épouser sa petite amie, Javier Bardem, malfrat ridicule qui aurait fourré lui un doigt dans la prise en se coiffant le matin et Brad Pitt, un mystérieux intermédiaire mollasson qui se fait décapiter par une machine infernale pour avoir bêtement dragué la mauvaise personne.

Côté féminin, on a Penelope Cruz, la future femme genre oie blanche du beau Michael, apparemment trop grassouillette pour apparaître en entier. Face à elle Cameron Diaz, plastique d’enfer, se glisse dans la peau d’une sulfureuse femme fatale. Dont on retiendra surtout le spectaculaire grand écart sur le capot d’une Ferrari, avant de se frotter suggestivement la chatte sur le pare-brise du bolide. Le tout sous les yeux ébahis d’un Bardem au look capillaire plus ananas que jamais.

Alors d’ici à en déduire, comme certains, que Ridley Scott assassine Hollywood avec ses obsessions noires et ses affreuses visions d’une Amérique préfigurant l’Apocalypse, et cela grâce à la complicité de l’auteur d’un script diabolique, il y a une sacrée marge. On a plutôt l’impression qu’il a fumé la moquette en compagnie de McCarthy

Film à l'affiche dans les salles romandes dès mercredi 13 novembre.

16:59 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

07/11/2013

Cinéma: "En solitaire" avec François Cluzet à la barre

en-solitaire_4522096[1].jpgLe Vendée Globe, autrement dit le tour du monde à la voile en solitaire, c’est le rêve de tout navigateur qui se respecte. Yann Kermadec voit le sien se réaliser en remplaçant au pied levé un concurrent ami blessé. Autant dire qu’il est farouchement déterminé à saisir sa chance. Avec un seul objectif, gagner.

Au début tout baigne, mais les choses se gâtent quand il est victime d’une grave avarie qui le force à s’arrêter pour réparer. Et plus encore quand, parvenu à rallier la course, il découvre dans sa soute un jeune passager clandestin. Damned, il risque la disqualification.

D’un crédible! Mais au-delà de l’invraisemblance, c’est tout le film qui prend l’eau, l’une des plus redoutables odyssées sportives virant au mélo larmoyant et conformiste. Avec à la barre un marin bougon au grand cœur luttant avec sa conscience pour décider ce qu’il va faire de cet empêcheur de triompher en rond.

A la décharge du chef opérateur Christophe Offenstein, qui livre sa première réalisation avec En solitaire, on relèvera quelques images spectaculaires et un François Cluzet qui ne se débrouille pas trop mal au moulin à café dans la tempête. Mais c’est loin de suffire, personne ne trouvant son compte dans cette épreuve d’endurance tronquée et cette aventure humaine d’un nunuche achevé.  

15:10 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

06/11/2013

Cinéma: Martin Provost fait revivre Violette Leduc. Une réussite

5229c1058e3fb[1].jpgPendant la Deuxième Guerre mondiale, Violette Leduc fait du marché noir. Rien alors ne destinait cette femme, née bâtarde 35 ans auparavant et morte en 1972, à une carrière littéraire. Réfugiée en Basse-Normandie, elle vit avec l’écrivain homosexuel Maurice Sachs, qu’elle aime sans être payée de retour, et publie des articles dans les journaux. 

Sur ses conseils, elle commence à écrire ses souvenirs d’enfance et remet le manuscrit à Simone de Beauvoir, dont elle tombe immédiatement amoureuse. Une passion non partagée. Mais la célèbre philosophe et essayiste est convaincue, en dépit du flop initial de Violette Leduc avec L’Asphyxie, d’avoir découvert un écrivain hors norme chez celle qu’elle appelait la femme laide. Elle l’exhorte, sinon lui ordonne de continuer à travailler. Et l’aidera toute sa vie, préfaçant La bâtarde, son premier succès. 

C’est entre ces livres que se déroule le film. Très réussi, il évoque à la fois cette relation entre les deux femmes basée sur l’écriture et le combat que Violette Leduc, écorchée vive, souffrant d’avoir été reniée à sa venue au monde, mène contre elle-même pour s‘en sortir.

Magnifiquement interprété par Emmanuelle Devos (Violette) Sandrine Kiberlain ( Simone de Beauvoir) entourée d’une brochette d’excellents acteurs comme Catherine Hiegel, Olivier Goumet, Jaques Bonnaffé, Olivier Py, il est signé Matin Provost (photo), auteur il y a cinq ans de Séraphine. Il racontait l’histoire d’une peintre autodidacte visionnaire, femme de ménage chez un marchand d’art allemand et morte à 78 ans dans un asile psychiatrique. Le réalisateur a coécrit à la même période Violette, avec son biographe René de Ceccaty qui lui a fait découvrir la talentueuse romancière.

Martin+Provost+NhNQG1MVE6Km[1].jpgAprès ces deux portraits de femmes très à l’avant-garde dans leur époque, Martin Provost en imagine un troisième. "Peut-être une musicienne, je cherche encore", nous a-t-il confié lors d’un récent passage à Genève.

– Qu’est-ce qui vous fascine tant chez Séraphine de Senlis et Violette Leduc, héroïnes oubliées du grand public?

-Je ne suis pas vraiment fasciné. Je veux surtout montrer que des êtres humains en marge, des femmes, ont œuvré, même dans l’ombre,  pour évolution de l’art. Violette est la première à avoir pratiqué ce que l’on appelle aujourd’hui l’autofiction la première à s’exprimer ouvertement sur  l’homosexualité féminine, à décrire un pénis avec des mots extraordinaires.

-Vous semblez d’ailleurs parler de vous à travers Violette Leduc.

-C’est vrai. Comme j’ai traversé des années difficiles, il y a une identification forte. Je suis arrivé très jeune à Paris avec ma valise. J’ai vécu dans une chambre de bonne. J’aurais pu être délinquant. Mais j’ai eu de la chance. Je pense que la richesse de Violette, c’est d’avoir été bâtarde et rejetée. Je suis également quelqu’un de très féminin. J’ai été élevé par des femmes. Ce que je suis me vient de ma mère, dotée d’un formidable potentiel, mais une artiste frustrée. J’ai réalisé ce qu’elle n’a pas osé faire. A cause de mon père. C’est du moins ce qu’elle disait.

-Comment avez-vous choisi vos deux comédiennes principales?

-J’ai écrit le rôle de Violette pour Emmanuelle Devos comme j’avais destiné celui de Séraphine à Yolande Moreau. Emmanuelle a accepté de s’enlaidir, de mettre un nez postiche. C’est aussi elle qui m’a suggéré Sandrine Kiberlain pour jouer Simone de Beauvoir. Beaucoup d’actrices refusent de l’incarner par crainte de ne pas être à la hauteur. Pas Sandrine. Elle était déterminée et y est allée à fond.

Film à l'affiche dans les salles romandes, dès mercredi 6 octobre.

 

 

 

17:09 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

05/11/2013

Cinéma: "Quai d'Orsay", dans les coulisses de la diplomatie fraçaise

b00889f2-5a50-11e2-922f-0c1a40f503f3-493x328[1].jpgTombé sous le charme de la BD éponyme de d’Abel Lanzac et Christophe et Blain, Bertrand Tavernier signe sa première satire politique avec Quai d’Orsay, adapté du premier tome. Le jeune Arthur Vlaminck est engagé au service du ministre des Affaires étrangères Alexandre Taillard de Worms. Au contact de ce grand homme charmeur, survolté et virevoltant, il découvre, et nous avec lui, les coulisses de la diplomatie française.

Diplômé de l’ENA, Arthur, brillamment interprété par Raphaël Personnaz, doit donc écrire les discours du maître des lieux, jusqu’au plus célèbre d’entre eux, celui contre la guerre en Irak, applaudi aux Nations-Unies le 14 février 2003. 

La  tâche est dantesque dans la mesure où chaque mot est pesé dans des phrases remaniées à l'envi par le ministre jamais satisfait. Et où "la plume", humiliée plus souvent qu’à son tour doit on seulement remettre sans relâche son ouvrage méprisé sur le métier, mais également composer avec les susceptibilités, les hypocrisies, les coups fourrés et les ambitions de chacun, au sein d’une équipe constamment sous stress. 

Cette comédie du pouvoir est emmenée tambour battant par un bluffant Thierry Lhermitte, qui ne craint ni l’outrance ni l’exubérance en enfilant le costume de l’extravagant, théâtral, séduisant et agaçant maître des lieux, inspiré par de Dominique de Villepin. Evitant de tomber dans le piège de l'imitation, mais se délectant à l’évidence de son personnage aux tics de langage, citant Héraclite et vouant une passion immodérée au Stabilo Boss jaune, il s’amuse comme un petit fou.

Le contraste est saisissant entre son énergie débordante et la placidité de Niels Arestrup, excellent dans son rôle le de directeur de cabinet à la voix douce et traînante, tentant d’apaiser les tensions avec un détachement et calme qui confinent à l’apathie.

Un film intelligent, tourbillonnant, bien maîtrisé, en dépit de son côté un peu caricatural. On regrette par ailleurs quelques scènes débordant du cadre en nous emmenant dans l’intimité de la "plume".   Alourdissant l’intrigue, elles parasitent inutilement un univers dingue, dont les protagonistes dévoués corps et âme à leur fonction vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sont censés n’avoir aucune vie privée. (Photo: Bertrand Tavernier au centre entre Thierry Lhermitte et Raphaël Personnaz).

Film à l’affiche dans les salles romands dès mercredi 6 novembre.   

19:00 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Cinéma: "Inside Llewyn Davis", la virée folk des Coen à Greenwich Village

the-title-character-of-inside-llewyn-davis-mdash-and-the-cat-thats-not-actually-his[1].jpgAvec Inside Llewyn Davis, les frères Coen opèrent une plongée dans le New York musical des sixties, avant Bob Dylan, pour évoquer une semaine de la vie d’un jeune chanteur folk. Habité par sa passion et ses rêves, il débarqué guitare à la main dans Big Apple pour tenter sa chance. Aide de quelques amis, il survit en se produisant à Greenwich Village et en acceptant n’importe quel job.

Mais l’hiver est rude et les obstacles insurmontables pour le malheureux Llewyn, dont l’aventure commence par un douloureux passage à tabac. Galères, tribulations et désillusions se succédent pour notre loser errant de bars en clubs plus ou moins déserts, jusqu’à une improbable audition pour le géant de la musique Bud Grossman. Avant d’être rendu à son anonymat...

A travers le portrait de cet homme, prétexte à un hommage nostalgique, émouvant, un peu triste, un rien déjanté mais très drôle, les Coen portent un regard critique sur un monde mercantile imperméable à la créativité et au talent. Tout en déclarant leur flamme à la musique en particulier et à l’art en général.

Cette histoire originale, servie par une remarquable photographie, révèle par ailleurs un formidable acteur, Oscar Isaac, dans le rôle de ce musicien à la fois doué, pleurnichard, maladroit, insupportable par moments. Lui donnent la réplique Carey Mulligan et Justin Timberlake, qui a mis sa griffe musicale en retravaillant notamment quelques morceaux traditionnels. 

Un chat nommé Ulysse

A noter qu’à part eux, on trouve une autre star en la personne d’un chat roux nommé Ulysse qui ne cesse de s'enfuir, au grand dam de Llewyn qui s'escrime à le rechercher (photo). Un clin d’oeil joliment " homérique" pour cette odyssée américaine en forme de comédie burlesque, peuplée de personnages loufoques et aux dialogues souvent irrésistibles.

Le tout sur fond de gags, de chansons, d’humour noir, d’introspection et de quête existentielle  pour le protagoniste principal au comportement autodestructeur. Rappelons qu'Inside Llewyn Davis, en compétition à Cannes en mai dernier, avait décroché le Grand Prix du jury vingt ans après la Palme d’Or remportée par les deux frères pour Barton Fink.

Film à l'affiche dans les salles romandes dès mercredi 6 novembre.

15:41 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

30/10/2013

Cinéma: "Blood Ties", l'aventure américaine de Guillaume Canet

blood-ties-clive-owen-mila-kunis-600x400[1].jpgDécidément, je me demanderai toujours pourquoi des réalisateurs s’obstinent à jouer les copistes. Après nombre de ses confrères, c’est Guillaume Canet qui s’y colle, reprenant Les liens du sang de Jacques Maillot pour concocter un remake tourné aux Etats-Unis, co-écrit avec James Gray et intitulé Blood Ties. Histoire, pour le cinéaste césarisé grâce à Ne le dis à personne de montrer qu’il peut faire son trou outre-Atlantique.

Nous sommes donc à New York en 1974. Après plusieurs années derrière les barreaux suite à un règlement de comptes sanglant, Chris la cinquantaine séduisante est libéré pour bonne conduite. Franck son jeune frère flic est venu le chercher. Espérant qu’il a changé, il veut lui donner une nouvelle chance, en dépit d’une rivalité nourrie par la préférence que leur père a toujours eue pour son aîné. 

Les choses semblent sur la bonne voie. Chris trouve du travail, renoue avec ses enfants et son ex-femme, en rencontre une autre…Mais hélas malfrat un jour, malfrat toujours. Son passé le rattrape et il replonge dans les eaux troubles de la pègre. Trahi dans sa confiance, Franck ne veut plus en entendre parler, quitte la police et s’installe avec l’ex-compagne d’un dangereux criminel. Mais c’était compter sans les indéfectibles liens du sang…

Guillaume Canet avoue avoir passé quatre ans de sa vie pour parvenir à réaliser Blood Ties. Dommage que le résultat ne vaille pas les efforts consentis. Dans sa tentative de livrer un thriller à la Scorsese le réalisateur propose un polar façon seventies, certes louable dans sa reconstitution de l’époque, mais laborieux, appliqué, convenu. Et interminable.

Côté casting, on a droit à Cive Owen, Mila Kunis (photo), Billy Crudup, James Caan, qui font ce qu’ils peuvent pour élever le niveau. Ce n’est pas le cas de l’inévitable Marion Cotillard. Mère de deux enfants, accro à la drogue et réduite à faire la pute, elle n’a sans doute jamais été aussi mauvaise.

Film à l’affiche dans les salles romandes dès mercredi 30 octobre. 

07:04 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

29/10/2013

Cinéma: Valeria Bruni Tedeschi se raconte dans "Un château en Italie"

critique-un-chateau-en-italie-de-valeria-bruni-tedeschi,M110968[1].jpgAprès Il est plus facile pour un chameau...et Actrices, Valeria Bruni Tedeschi livre le troisième volet avec Un château en Italie, toujours largement imbibé de son histoire familiale. Seule femme prétendante à la Palme d'Or cannoise de mai dernier, elle avait été assez logiquement boudée au palmarès.

Fofolle, loufoque, volontairement choquante, limite hystérique parfois, Valeria alias Louise raconte la maison, le déracinement, sa mère avec qui elle entretient une relation tumultueuse, la perte de son frère adoré décédé du sida en 2006. Une maladie dont il lui a été longtemps pénible de parler.

Le tout se déroule sur fond à la fois fantaisiste, triste et burlesque d’un monde qui se termine et d’un amour qui commence avec Nathan. Un garçon qui a presque vingt ans de moins qu’elle et dont elle veut désespérément un enfant pour donner à la fois une réponse à l'angoisse de la mort et un sens à son existence.

Valeria a écrit le scénario avec ses deux complices de toujours Noémie Lvosky et Agnés de Sacy qui, à son image, s’inspirent de la réalité qui les entoure. Toutes trois mettent leur patte, leurs idées, leur imaginaire, leur vision des choses dans cette autopsie d’une famille en crise où se mélangent le réel et le faux, mais qui se veut un cri de vérité. 

Pas de Carla dans le tableau

Disons-le tout de suite, sa célèbre sœur Carla, ex-mannequin et chanteuse, n’apparaît pas dans le tableau. Pas de secrets révélés donc sur l’épouse de Nicolas Sarkozy. Ou l’ancien président. Pour la réalisatrice récemment rencontrée à Genève, "Carla n’est pas présente car je voulais raconter l’histoire d’un frère et d’une sœur. La présence d’une autre sœur aurait brouillé le couple". Il faudra se contenter de cette explication un rien sibylline.

Lorsqu’on lui demande si elle a éventuellement cherché à régler quelques comptes par le biais de cette biographie nombriliste pus ou moins autofictionnelle, aux allures de comédie romantico-dramatique où le drôle alterne avec le tragique, Valeria s’en défend. "Je ne règle pas beaucoup de comptes dans ma vie. Je me confesse, j’avoue des choses. Comme si j’enlevais un voile"

A l'instar de ses deux films précédents, elle s’entoure de ses proches, faisant jouer Louis Garrel son compagnon d’alors (photo) et sa mère, Marisa Borini, à qui elle a réservé des scènes parfois cruelles. "Elle aime beaucoup tourner. C’est une vraie Rolls. Elle se montre très naturelle. Et comme c’est une pianiste accomplie, elle est également très concentrée",

La cinéaste aime l’humour. «C’est très agréable. Le rire vous donne de l’oxygène. Il permet non seulement de parler de choses graves mais de les supporter. Ainsi que notre condition humaine. J’essaye d’en faire bon usage dans mon travail. Ce travail, dont elle dit qu’il la rend libre. "Dans la vie je me sens coincée".

Film à l'affiche dans les salles romande dès mercredi 30 octobre.

22:06 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |