Google Analytics

29/08/2016

Grand écran: "Kiki-l'amour en fête" joue à briser quelques tabous entre deux fantasmes

akiki.jpgUn couple fait l’amour tandis que défilent sur une partie de l’écran des scènes de copulation entre animaux. C’est bien parti pour la célébration de la diversité sexuelle dans une comédie érotico-festive jouissive, où on oublie les préjugés. Cinq histoires drôles et déjantées, aux trames indépendantes mais parallèles s’entrecroisent, nous embarquant dans différents milieux sociaux, en plein cœur d’un torride été madrilène.

Kiki-l’amour en fête, est le troisième long-métrage du Sévillan Paco Leon, notamment sous influence originelle d’un Pedro Almodovar remuant et provocateur que l’on a un peu perdu ces dernières années. Remake du film australien La petite mort de Josh Lawson, sorti l’année dernière, l'opus a connu un gros succès en Espagne.

Paco Leon se penche sur les fantasmes de ses protagonistes, prétextes à parler de leurs problèmes, les uns et les autres faisant plus ou moins écho aux nôtres..Une femme ne jouit que si elle est victime d’une agression violente, une deuxième quand elle voit son mari pleurer, une troisième, sourde et particulièrement excitée par les tissus, quand elle touche de la soie. Et une quatrième, se découvrant des tendances lesbiennes lors d’une chaude soirée dans un club échangiste, ne prend désormais son pied que dans un ménage à trois.

Chacun invente des stratagèmes pour rallumer la passion, tomber enceinte, se faire demander en mariage, imaginer un concept…A l’image de cet homme qui parvient à atteindre l’orgasme seulement quand sa femme dort. Et comme elle refuse toute relation après un accident qui lui a paralysé les jambes, il lui donne chaque soir des gouttes pour arriver à ses fins, sans qu’elle ne se rende compte de rien.

S’inspirant de la réalité, de son vécu, de choses racontées, de dialogues entendus dans la rue ou les transports publics, le réalisateur s'amuse à briser quelques tabous, évoquant pour notre pus grand plaisir les petits délires sexuels de ses contemporains, sans céder à la vulgarité.

Cette retenue contribue à la réussite du film, qui tient évidemment aussi à l’interprétation de ses comédiens. Atouts majeurs, ils sont excellents, à l’image d’Alex Garcia, Natalia de Molina, Belén Cuesta, Luis Callejo, Candela Pena, Anna Katz, Alexandra Jimenez et…Paco Leon lui-même. Il dit laisser une large part à l’improvisation, en ne donnant pas le scénario aux acteurs, mais en le leur racontant. Une façon de travailler qui là, fait ses preuves.

A l'affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 31 août.

19:12 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

24/08/2016

Grand écran: "Mohenjo Daro", du grand spectacle pour cette foisonnante épopée bollywoodienne

adaro.jpgLong-métrage bollywoodien épique, Mohenjo Daro a clos il y a une dizaine de jours le Festival de Locarno, enchantant les milliers de spectateurs de la Piazza Grande. Il est signé de l’Indien Askutosh Gowariker, qui avait fait un malheur sous les étoiles tessinoises avec Lagaan en 2002. Il avait par ailleurs été nommé pour l’Oscar du meilleur film étranger. Sans le décrocher pourtant. 

Son troisième opus se déroule en 2016 avant Jésus Christ dans la vallée de l’Indus. Il met en scène Sarman (la star Hrithik Roshan), un simple fermier beau comme un dieu qui se rend dans la cité de Mohenjo Daro et tombe fou amoureux de la créature de rêve Chaani (Pooja Hedge un célèbre mannequin), issue d’une caste supérieure. Mais elle est fiancée au fils du chef du Sénat, un homme cruel, cupide, ivre de vengeance, qui maintient les habitants sous le joug et menace la ville de destruction. Au péril de sa vie, Sarman va alors s’opposer au tyran pour sauver la civilisation. Et sa belle bien sûr…

De l’aventure qui renvoie au péplum, de Spartacus à Quo Vadis en passant par les Dix commandements, de l’action, des combats, de la romance, des chants, de la danse. Le tout parfaitement réglé, rondement mené et visuellement magnifique. C’est coloré, exotique, foisonnant, kitsch. En résumé, on ne s’ennuie pas une minute au cours de cette fresque spectaculaire qui en compte cent cinquante!

Nerve, un thriller pour ados dénonçant les dangers d'internet

anerve.jpgOn reste en 2016 mais… après Jésus Christ, avec un film dénonçant les dangers d’internet. Vee et Ian participent à Nerve, un jeu qui diffuse en direct des challenges filmés pouvant rapporter gros, si on a les nerfs suffisamment solides pour s'y attaquer.

Dans Nerve, on est soit joueur soit voyeur. Les deux jeunes, évidemment joueurs et devenus accros, s’associent pour relever les défis les plus risqués et gagner toujours plus d’argent. Mais ils s’aperçoivent qu’ils sont complètement manipulés par les voyeurs. Ils veulent arrêter. Impossible. Et le cauchemar commence. Mais qu’on se rassure…

Efficace, rythmée, la mise en scène de ce thriller pour ados est plutôt réussie, notamment dans l’intégration des images de smartphone aux images réelles ou dans la réalisation de certains obstacles à surmonter. En revanche, bien qu’il ait l’intention louable de critiquer la popularité les réseaux sociaux, on n‘en dira pas autant du scénario. Se révélant aussi convenu que prévisible, il réserve de surcroît un dénouement carrément ridicule. Quant aux comédiens, ils sont un peu mûrs pour leur rôle respectif. A commencer par Emma Roberts. Une lycéenne de 25 ans c’est plutôt rare

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 24 août.

16:29 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

23/08/2016

Grand écran: "Toni Erdmann", une comédie burlesque mêlant satire sociale et chronique familiale

aaerd.jpgDès sa projection à Cannes en mai dernier, Toni Erdmann avait rallié tous les suffrages. Sauf, malheureusement pour sa réalisatrice l’Allemande Maren Ade, ceux du jury qui ne lui a pas réservé la moindre place au palmarès.

Il y en avait pourtant pour cette comédie formidablement interprétée par Sandra Hüller et Peter Simonischek (photo), évoquant l’intrusion d’un père, le farceur Winfried, alias Toni Erdmann, dans l’existence très réglée de sa fille Inès. Femme d’affaires psychorigide de 37 ans, cadre supérieure dans une grande société allemande basée à Bucarest, sacrifiant tout à son boulot et à l’économie de marché, elle ne supporte pas le moindre désordre.

Autant dire que la working girl toujours impeccable dans ses tailleurs stricts, n’apprécie pas du tout la visite de ce paternel sexagénaire encombrant, artiste idéaliste, adepte de coussins péteurs, prof de musique et clown dans des maisons de retraite. Son exact contraire qui, de surcroît,déboule dans son club de cols blancs affublé d’une horrible perruque et d’un dégoûtant dentier qu’il ne cesse d’enlever et de remettre. Elle en a honte, le courant passe mal et leurs relations, déjà tendues, ne s'arrangent pas. 

A son grand soulagement, Toni prétend alors repartir pour l’Allemagne. Mais en réalité, toujours plus facétieux, il s’incruste et squatte des cocktails où se rend sa fille. Se prétendant consultant, à tu et à toi avec les grands de ce petit monde de l’argent, il donne la (dé)mesure de ses talents de guignol, en multipliant les blagues douteuses, lourdes et ringardes. Non seulement ça marche, mais il exerce une curieuse fascination sur ceux qu’il mystifie. 

Une farce grinçante pimentée de scènes irrésistibles

Maren Ade se sert de ce bouffon déchaîné pour proposer un long-métrage parfaitement tenu en forme de farce grinçante, farfelue, sensible et très originale. Surfant sur le conflit de générations, elle mêle à la satire sociale où elle se moque du pouvoir ultralibéral et de ses jeux, de loin plus vulgaires que les gamineries  de Toni, un émouvant rapport père-fille. Dans la reconquête de l’amour d’Inès, il fait tout pour l’aider à retrouver le bonheur et un sens à sa vie.

La cinéaste pimente aussi son étude incongrue de l’intime et de l’univers capitaliste de scènes irrésistibles. Dont celle déjà culte d’un brunch censé ressouder l’équipe d'Inès et où les participants doivent arriver complètement nus… Un bémol toutefois. En dépit de toutes ses qualités faisant souffler un vent de renouveau sur le cinéma allemand, on reprochera à Maren Ade une tendance un rien fâcheuse à la répétition, allongeant ainsi inutilement la durée de son film.  

 A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 24 août.  

22:33 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Grand écran: Alain Guiraudie évoque ses thèmes chers et ses angoisses dans "Rester vertical". Interview

avertical.jpgSe maintenir debout pour résister, vaincre la peur, pour que rien ne nous arrive, dit Alain Guiraudie dans son dernier film Rester vertical, situé dans les Causses, en Lozère.

Sorte d’alter ego du cinéaste, Léo, (Damien Bonnard), la trentaine fauchée, doit un scénario à son producteur. Mais il ne cesse de remettre la chose et se promène dans la campagne à la recherche du loup. Il rencontre Marie (India Hair), fille d’un éleveur qui,garde ses moutons avec un fusil en cas d’attaque du prédateur.

Sodomie et accouchement en direct

Léo et Marie s’aiment et font un enfant Mais elle n’en veut pas. Resté seul avec son bébé, Léo croise régulièrement trois hommes plus ou moins gay: Yoan (Basile Meilleurat), un adolescent sauvage qui le repousse, Jean-Louis (Raphaël Thiéry), un paysan bourru d’âge mûr dont il refuse les avances et le vieux grincheux agonisant Marcel (Christiian Bouillette), fan des Pink Floyd qu’il va sodomiser, lui procurant une fin douce.

En-dehors de cette scène choc, à l’image d’un accouchement en direct ou de gros plans de sexe féminin. Alain Guiraudie, livre, entre rêve et réalité, comédie et tragédie, plans drague foireux, un émouvant conte social, rural, existentiel, métaphorique. Rencontre avec l’auteur lors de son récent passage à Genève.

aaguiraudie.jpg"C’est un film écrit en dilettante, même si je couchais chaque jour une ligne, deux phrases, un paragraphe sur le papier. Que je pouvais jeter le lendemain. Mais j’aimais m’imposer cette discipline quotidienne. A l’époque, entre 2013 et 2014, j’adorais voyager et j'ai commencé le scénario entre Melbourne et Dubaï. J’ai tourné autour de tous les débats qui avaient lieu en France, le mariage pour tous, l’homoparentalité, la théorie des genres, le suicide assisté"

-Votre héros Léo, en perte de repères et en quête de sens, part à la recherche du loup, face auquel il ne faut pas courber l’échine. Pourquoi cet intérêt ?

-C’est un animal mythique par excellence, un prédateur, une réalité sociale. Et puis il est de retour sur le sol français. J’ai rencontré des éleveurs très emmerdés par le loup. Cela m’a passionné au point que j’ai eu un projet de documentaire.

-La grande question du loup rejoint celle du sexe féminin. Dont vous privilégiez les gros plans.

-Il y a une relation dans le sens du primitif, de l’originel. Le loup fait peur. Le sexe de la femme fait peur. Parce que c’est l’autre, le grand trou noir. Pour les homos, mais également pour les hétéros. C’est l’inconnu, le mystère, l’objet de désir et de vie, l’origine du monde, D’où l’envie de le voir de plus près et donc les gros plans.

-Venons-en à deux scènes choc. La façon de filmer un accouchement en direct, sans doute comme jamais au cinéma, et ensuite la sodomie d’un agonisant. De simples provocations?

-C’est d’abord l’évocation des deux jalons, la naissance et la mort. L’accouchement est un moment très existentiel et je l’ai représenté de la manière la plus organique qui soit, sans mise en scène, juste en cadrant. Quant à la sodomie, c’est effectivement une provocation, mais surtout parce qu’il s’agit de suicide assisté, d’euthanasie, sujets très controversés en France. Après c’est une scène d’amour. Certes peu habituelle, mais belle. J’aimerais assez mourir en faisant l’amour. On pourrait appeler cela la jouissance absolue.

-Vous aimez jouer avec la norme, renverser la vapeur. Par exemple une mère n’aime pas forcément son enfant.

-Je trouve que l’instinct maternel n’existe pas forcément. J’ai signé une pétition pour soutenir les femmes qui craquent et n’ont pas spécialement envie d’élever leurs enfants,. En France, il y en a 3000 an qui décident de ne pas s’en occuper. Il y a aussi cette notion répandue de filles-mères qui veulent un bébé pour elles seules. Je ne vois pas pourquoi un homme n’aurait pas cette même envie d’un enfant pour lui tout seul.

-Vous montrez aussi qu’un hétéro qui couche occasionnellement avec un mec n’est pas forcément gay.

-Elle me plaît bien, cette idée. On est dans un monde où on est assigné à être quelque chose. Je ne sais pas comment on devient hétéro ou homo. Pour moi ce n’est certainement pas inné, cela dépend surtout des rencontres que l’’on fait. J’ajouterais qu’aujourd’hui cela ne reste facile nulle part d’être gay. Pas plus dans un milieu bourgeois qu’ouvrier, comme on veut le croire. 

-Vous brassez des thèmes de société comme paternité, misère sexuelle et sociale, détresse paysanne, écologie. Cela vous tient à cœur ?

-Ces thèmes me sont en effet très chers. C’est un peu ma banalité. J’y ajoute mes angoisses, le monde agricole qui disparaît, le sexe, la mort, la solitude. Et j’essaye de mixer ma petite histoire avec la grande autour du monde en m’inspirant du milieu je connais le mieux, la campagne où je suis né, chez des paysans.

A l'affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 24 août.

 

 

21:01 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

17/08/2016

Grand écran: Diane chasseresse dans "Moka", Emmanuelle Devos traque Nathalle Baye

aemadevos.jpgPour son deuxième thriller après Complices, Frédéric Mermoud met face à face Emmanuelle Devos et Nathalie Baye, réunies pour la première fois à l'écran. Emmanuelle joue Diane Kramer, une mère qui s’échappe d’une clinique lausannoise pour se rendre à Evian, munie de quelques affaires et d'un pistolet qu’un petit trafiquant lui a procuré.

Car suite à un drame qui a bousillé sa vie, Diane, qui a fait appel à un détective privé, rumine sa vengeance. Obsédée, folle de douleur, elle veut absolument retrouver le conducteur ou plutôt la conductrice d’une Mercédès couleur moka, qui a pris la fuite après avoir renversé et tué son fils. 

Trouvant que la police piétine, elle a décidé de mener sa propre enquête. Et va alors rencontrer, espionner et traquer Marlène (Nathalie Baye), patronne d'une parfumerie-salon de beauté, la soupçonnant d’avoir une responsabilité dans ce tragique accident. Mais les choses, on s'en doute, se révèlent plus sinueuses et compliquées qu’il n’y paraît...

Librement adapté d’un roman de Tatiana de Rosnay, Moka est un drame banalement traité, avec de belles images entre lac et montagnes. Côté comédiens, vêtue d'une parka verte, indépendante, énergique, et quelque peu exaltée, Emmanuelle Devos qui est de tous les plans, se montre convaincante en ...Diane chasseresse. 

Davantage que Nathalie Baye, quelconque en dame blondissime manucurée. Difficile de voir la créature attachante et mystérieuse imaginée par l'auteur, dans la compagne empruntée d'un homme de treize ans son cadet, maman par ailleurs d’une adolescente un rien trouble et rebelle, rêvant de monter à Paris.

Moka n’en a pas moins trouvé des admirateurs. Lors du récent Festival de Locarno, il a décroché le Variety Piazza Grande Award, décerné par un jury de critiques du célèbre magazine américain.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 17 août.

18:39 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

03/08/2016

Grand écran: "Sieranevada", un huis-clos roumain racontant la famille et le monde

apuiu.jpgNous sommes à Bucarest, un samedi, trois jours après l'attentat contre Charlie Hebdo et un an après la mort du père de Lary, issu de la moyenne bourgeoisie. Brillant neurologiste de 40 ans de retour de Paris, il doit se rendre avec sa femme chez sa mère où, selon une vieille tradition, la famille se réunit pour une veillée et un repas en l’honneur du défunt.

Suite à l’office du prêtre orthodoxe et aux chants religieux, enfants et proches se retrouvent ensemble pour se mettre à table. Au propre et au figuré, car les choses dégénèrent rapidement. Les discussions font place aux disputes, règlements de compte et autres conflits de générations.

Le tout sur fond de passé communiste qui traverse l’œuvre du réalisateur Cristi Puiu, comme il continue d’alimenter la plupart des films roumains. Mais si certains regrettent le régime de Ceaucescu, d’autres sont obnubilés par les théories du complot et se lancent dans un débat passionné sur les attentats du 11 septembre 2001 à New York. Tout cela retarde le moment du dîner, allongeant d’autant la durée du film, qui s’étale du coup sur près de trois heures

Sieranevada est signé Cristi Puiu, à qui l’on doit La mort de Dante Larazarescu et Aurora. Chaque fois sélectionné à Cannes dans Un certain regard, il se retrouvait en mai dernier pour la première fois en compétition, en compagne de son compatriote Christian Mungiu, Palme d’or en 2007 pour 4 mois, 3 semaines, 2 jours, et qui proposait, lui, Baccalauréat. Tous deux forment la nouvelle vague du cinéma de leur pays.

Inspiré de sa propre expérience

Pour le réalisateur qui s’inspire de sa propre expérience de deuil, Sieranevada est prétexte à explorer les tensions, les passions, les rancoeurs, les névroses, les non-dits qui existent au sein d’une famille et la place que chacun y occupe, mais sert également à évoquer le monde avec ses enjeux socio-politiques. Et tout cela dans un espace fermé.

En effet, outre le début où Lary et sa femme s’engueulent dans une voiture pour une banale histoire de courses, ce drame mâtiné de cynisme, surfant parfois sur le burlesque, se déroule exclusivement dans un petit appartement. Cela place Cristi Puiu face à une redoutable gestion de ce huis-clos exigu, des mouvements et des déplacements de ses personnages.

Ce qu’il exécute de façon magistrale. Toutefois, en dépit de sa mise en scène virtuose, Sieranevada aurait gagné à être plus court. Car les 173 minutes, on les sent quand même bien passer…

A l'affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 3 août.

18:36 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

28/07/2016

Grand écran: "la couleur de la victoire" ou l'irrésistible ascension de Jesse Owens

aowens.jpgAlors que s’ouvrent le 5 août prochain à Rio les 31 Jeux Olympiques, "La couleur de la victoire", signé Stephen Hopkins retrace l’extraordinaire histoire de Jesse Owens, quadruple médaillé d’or à Berlin en 1936.

Né le 12 septembre 1913 en Alabama, le sprinter noir sort du ghetto de Cleveland dans l’Ohio, où il a passé son enfance. Luttant au quotidien dans un pays en pleine ségrégation raciale, il est repéré lors des championnats universitaires pour son exceptionnel talent, tandis qu’approche l’été 1936.

Déterminé, il se prépare pour les Jeux, mais les Etats-Unis hésitent à rallier la grand-messe organisée par l’Allemagne nazie et qui doit servir de vitrine à Hitler. Très réticent à l’idée de participer à la consécration du régime, le président de l’Union des athlètes amateurs, Jeremiah Mahoney, s’oppose vivement au grand industriel, l’ambigu Avery Brundage.

Au bout du compte, l’Amérique décide d’en être et Jesse Owens s’embarque dans l’aventure. Une sélection en forme d’apothéose pour le jeune Afro-américain qui raflera les médailles d’or du 100 et 200 mètres, du relais 4 x 100, ainsi que celle du saut en longueur.. Une qualification acquise dans ce dernier domaine grâce à l’aide de Carl "Luz" Long, Bien que champion du Führer, Long n’hésite pas à s'en distancer. 

Ce gigantesque pied de nez à deux systèmes à l’époque aussi racistes l’un que l’autre fut l’un des plus hauts faits de l’olympisme, égalé en 1984 dans les mêmes disciplines par un autre athlète noir, Carl Lewis. L’histoire veut que le chancelier furieux ait refusé de féliciter Owens. De son côté le président Franklin D. Roosevelt a dédaigné rencontrer à la Maison-Blanche l’emblématique héros de l’Amérique ségrégationniste des années trente...

Entre réserves et fascination

En dépit d’une reconstitution soignée, le film de Stephen Hopkins n’est pas toujours à la hauteur de l’irrésistible ascension de l'athlète. On reprochera à l’auteur une mise en scène scolaire sinon lourdingue et manquant d’ampleur, des séquences mièvres entre Owens et sa femme, une certaine absence de point de vue, des thématiques peu approfondies, alliant le racisme, le nazisme, la politique et le sport.

Ces réserves n’empêchent toutefois pas l’opus, misant surtout sur l’épopée humano-sportivo-romanesque de se révéler efficace, et même aussi passionnant qu’émouvant dès que Jesse Owens pose le pied dans la capitale du Reich. On a des frissons en le voyant pénétrer dans l’immense stade olympique, avant de vibrer aux fantastiques exploits d’un athlète particulièrement attachant.

Outre la fascination des épreuves, s’ajoutent des moments intéressants comme l'accueil d'Owens par Berlin et les autres concurrents américains, racisme oblige, les tiraillements à propos de son entraîneur Larry Snyder indésirable dans le staff américain, les démêlés, avec Goebbels, de la réalisatrice allemande Leni Riefenstahl, égérie de la propagande nazie. Son célèbre documentaire "Les Dieux du stade" sur les JO de Berlin en est l’un des piliers.

L’interprétation est inégale dans cette production canado-allemande. Bien que trop beau gosse, Stephan James se montre parfaitement crédible en Jesse Owens, tout comme Jason Sudeikis, pourtant abonné au registre comique, en Larry Snyder, ou encore William Hurt, en Jeremiah Mahoney, prônant le boycott de la manifestation. 

On n’en dira pas autant de Jeremy Irons en Avery Brundage, De son côté Carice Van Houten ne convainc pas vraiment en campant une Leni Riefenstahl trop édulcorée et on oubliera carrément Barnaby Metschurat, bien mal inspiré dans le rôle d’un Goebbels d’une rare insignifiance.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 27 juillet.

14:33 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

20/07/2016

Grand écran: pas franchement géant, le dernier Spielberg!

ageant.jpgAdapté du classique de Roald Dahl, Le Bon Gros Géant permet à Steven Spielberg, qui venait de nous offrir Le pont des espions, de renouer avec le conte pour enfants 34 ans après le cultissime E.T. Son dernier opus n’en a malheureusement pas la magie.

Pour résumer, le BGG enlève la petite Sophie (Ruby Barnhill) dans un orphelinat londonien à la Dickens et l’emmène dans sa grotte. D’abord effrayée, la gamine ne tarde pas à s’enticher de ce colosse vieillissant à l’air de chien battu, pas bien malin et gentil comme tout, à qui Mark Rylance (héros avec Tom Hanks du Pont des espions) prête sa voix et ses traits.

Il faut dire que malgré ses 7m50, c’est quasiment un microbe face aux neuf affreux et titanesques ogres du pays des Géants qui lui mènent la vie dure. Deux fois plus imposantes que lui, mangeuses d’humains en général et d’enfants en particulier, les énormes créatures voient en Sophie un mets de choix. Il s’agit donc pour les deux nouveaux amis de leur échapper. Et pourquoi pas en s’adressant à la reine Elizabeth?

De la peine à convaincre

En dépit d’un indéniable savoir-faire, d’effets spéciaux plutôt réussis, de savoureux mots-valises façon Mary Poppins, cette fable mièvre, aussi pleine de bons sentiments que de longueurs, se déroulant sur un rythme pépère pour ne pas dire poussif, peine à convaincre.

Bref, pas géant le Spielberg! On s’ennuie jusqu’à la dernière demi-heure, où le BGG et Sophie se rendent à Buckingham Palace. Le réalisateur se lâche en nous offrant enfin une séquence jouissive et burlesque de petit- déjeuner homérique, suivi d’un concours de pets en présence de Sa Majesté britannique conquise, qui n’hésite pas à participer.

C’est quand même peu pour un projet qui a mis 22 ans à se concrétiser. "Un vrai défi", relevait même le cinéaste aux trois Oscars lors de sa conférence de presse à Cannes où le film était présenté hors compétition, tout en avouant un fort penchant pour l’imaginaire.

"Cela m’a rappelé mes débuts. En plus, j’ai grandi avec ce livre et mes enfants l’adoraient. Tous mes choix sont basés sur des expériences personnelles Le film porte par ailleurs des valeurs de tolérance. L’amitié entre Sophie et le BGG montre comment des êtres très différents peuvent créer des relations fortes. En réalité, c’est ma première histoire d’amour".

Film à l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 20 juillet.

16:30 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

28/06/2016

Grand écran: "L'effet aquatique", un film posthume pour fêter la vie et l'amour

aeffet.jpgSamir, la quarantaine, le regard candide, est un grand garçon aussi doux que maladroit. Grutier à Montreuil en banlieue parisienne, il est victime de l’effet aquatique. Autrement dit, il a le coup de foudre pour la brune Agathe, une petite femme croisée dans un café.

Contrairement à lui, cette boule d’énergie est du genre méfiant et inabordable, rembarrant sec un importun qui ose lui tourner autour. Carrément fasciné, Samir veut absolument la retrouver. Alors quand il apprend qu’elle est maître-nageuse à la piscine du lieu, il trouve la solution: prendre des cours avec elle.

Mais il sait très bien nager et Agathe, qui n’aime pas les mensonges, est furax quand elle découvre qu’il l’a menée en bateau pour se rapprocher d’elle. Ce pourrait être la fin de l’histoire. Il en faut pourtant davantage pour décourager Samir qui, en dépit de sa timidité, n’hésite pas à suivre l’objet de sa flamme jusqu’en Islande, où elle s’est envolée pour représenter le département au 10e Congrès international des pros de la natation. De quoi transformer, espère-t-il, les sentiments de la bougonne sirène à son égard.

L’effet aquatique, film posthume de la réalisatrice Solweig Anspach, morte en août dernier d’un cancer, est une célébration de la vie et de l’état amoureux. Utilisant les codes de la comédie romantique, l’Américano-islandaise Française d’adoption livre ainsi, entre légèreté, drôlerie, poésie et humour, un film en deux parties, passant de la chaleur du bain municipal aux froids paysages enneigés de l’Islande. La première est mieux réussie que la seconde.

Pour l’interprétation, Solweig Anspach a choisi de reconstituer le tandem Sami Guesmi et Florence Loiret-Caille, formant là un couple particulièrement mal assorti. Ces deux êtres que tout sépare sont autant de prétextes à les plonger dans des situations absurdes. A côté des deux protagonistes principaux, on retrouve des personnages secondaires plutôt loufoques, à commencer par l’improbable personnel de la piscine, dont le farfelu Philippe Rebbot qui amuse avec ses plans drague foireux.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande, dès mercredi 29 juin.

 

 

17:15 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Grand écran: "La tortue rouge", une émouvante fable poético-écologique

atortue.jpgUn naufragé échoue sur une île déserte tropicale, peuplée de tortues de crabes et d’oiseaux et va devoir survivre avec les ressources du coin. A travers son aventure, le Néerlandais  Michaël Dudok De Wit propose La tortue rouge, un film sur le cycle de la vie en quelques étapes, initiation, rencontre, naissance, vie à trois et vieillesse.

La tortue rouge est un premier long-métrage ambitieux qui a pris du temps, le réalisateur ayant commencé à écrire le scénario en 2007 déjà. Il a été notamment coproduit par le célèbre studio d’animation japonais Ghibli, qui travaille pour la première fois avec un réalisateur européen.

Au début, on assiste aux tentatives vaines et désespérées du héros de gagner le large à bord d’un radeau qu’il s’échine inlassablement à construire et reconstruire. Epuisé, il finit par abandonner,  vaincu par un ennemi invisible mais décidé à communier avec la nature plutôt que de continuer à se battre inutilement. Il se résout alors à vivre sur cette île finalement moins hostile que prévu et la découvre peu à peu, franchissant des rochers abrupts, s’exposant à des dangers parfois oppressants pour le spectateur claustrophobe…  

Son île est également pleine de mystère, permettant à Michaël De Wit d’ajouter une touche de fantastique, avec la présence d’une grande tortue rouge qui se transformera en femme. Le naufragé en tombe amoureux, ils font un enfant et ils vivront ensemble jusqu’à la mort. Le réalisateur raconte qu’elle est une réalité  à laquelle l’homme a tendance à vouloir s’opposer, à en avoir peur, à lutter contre elle. Ce qui est sain et  naturel, relève-t-il.

L’important c’est aussi ce message sur  transmission, avec les générations qui se suivent, les enfants qui répètent les gestes des pères,  les valeurs qu’on leur inculque, qu’on leur laisse. Touchante, cette fable métaphysico-poético-écolo au dessin minimaliste, qui avait reçu le Prix spécial de la section Un Certain Regard au dernier Festival de Cannes, est par ailleurs quasiment muette. Outre la musique, seuls quelques sons et onomatopées traduisent les sentiments des personnages. Plus émouvants que les mots.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 29 juin.

08:47 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |