Google Analytics

20/12/2015

Coupe du monde de ski: quantité ne rime pas trop avec qualité côté français...

coupe-du-monde-de-ski-alpin-dames-lara-gut-s-impose-aspen-386751[1].jpgIls nous jouent plus ou moins le même air en ski qu’en tennis nos amis français. Particulièrement dans les disciplines techniques où, comme dans la petite balle jaune, ils sont un paquet d'enfer à s’aligner.

Du coup au début de l’épreuve, refrain connu, ils vont tout bouffer. Résultat d’autant plus probable qu’ils parviennent généralement à se mettre particulièrement en valeur lors de la manche initiale. Sinon à prendre la première place, à l’image de Victor Muffat-Jeandet dans le géant d’Alta Badia. Ce qui a évidemment provoqué les ululements déments des commentateurs et consultants hexagonaux en transes.

Ils ont même carrément frisé l’infarctus vu que Tessa Worley, "leur" meilleure slalomeuse du monde, caracolait en troisième position chez les dames à Courchevel, à 9 tout petits centièmes de la seconde, Lara Gut (photo). Mais caramba, tandis que la quasi impériale Tessinoise, déjà victorieuse à deux reprises sur les neiges françaises, maintenait la position et s’installait en tête du classement général coiffant au passage la reine Lindsay Vonn, la malheureuse Tessa s'arrêtait malencontreusement en route...

Vous imaginez l'intense frustration! Certes, le brave Totor réussissait à décrocher un troisième rang en Italie. Mince consolation toutefois en regard des immenses espoirs entretenus à grand renfort de glapissements frénétiques. Et c'est ainsi qu’en dépit de l’incroyable densité de l’équipe tricolore n'ayant bien sûr d’égal que l’incommensurable talent de ses représentants, on n’en a encore vu aucun tout en haut du podium.

Comme quoi question gagne chez les Bleus, la quantité ne fait pas franchement la qualité. A l’instar de la raquette. Vous me rétorquerez que côté suisse, si les filles ont plutôt la pêche, les garçons eux n’en mènent pas large. Un doux euphémisme dans la mesure où ils sont complètement largués. Mais à la différence de nos chers voisins, du moment qu’on n’en attend rien, on n’est jamais déçu!

17:05 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

22/11/2015

Masters de Londres: Novak Djokovic, who else?

648x415_joueur-serbe-novak-djokovic-lors-victoire-masters-londres-11-novembre-2013[1].jpgCe n’est pas franchement une surprise. Djokovic faisant le coup à ce pauvre Rodgeur depuis Wimbledon. Tout le monde est là en train de se dire que Dracula n’est pas très en forme, sinon qu’il se traîne carrément sur le court. Tandis que le Suisse crache le feu.

Et puis hop, voici le Serbe qui se réveille comme d’habitude en finale pour flanquer la pâtée à Guillaume Tell, subitement en panne de flèches, lui qui en avait plein son carquois dans toutes ses autres rencontres londoniennes. Y compris contre le saigneur des courts, qui n'avait alors pas à forcer son talent.

Bref, trop fort Djokovic, qui est au tennis ce que Nespresso est au café. Who else??? Et le Bâlois se doutait bien que sa bête noire ne continuerait pas à glander pour lui faciliter la tâche. Parce que ça commençait à bien faire ces Helvètes qui l’empêchent de marquer des records cette année.

Entre Wawrinka qui lui ôte la possibilité de réussir le Grand Chelem en carrière en le domptant à Roland Garros, Federer qui le stoppe dans sa série victorieuse en lui piquant un match de poule, le coq n’allait pas en plus permettre à la légende de le priver de la sienne à Londres en remportant un quatrième Masters de suite.

Il n’empêche que ce doit être drôlement frustrant de se faire breaker une seule petite fois pour savoir que vous allez perdre la partie. Quel que soit l’instant. Mais lorsque cela se produit au troisième jeu du premier set, dur dur de se battre comme un lion jusqu’au bout. D'autant que là, notre gloire nationale n'avait pas vraiment les crocs.

20:47 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

05/11/2015

Masters de Bercy: Federer sauvagement pilonné par le bombardier Isner

4444a[1].jpgLe tennis peut être d’une injustice crasse. Vous êtes éliminé sur un ridicule petit point au t-break de la dernière manche et pourtant vous avez finalement marqué un jeu de plus que votre adversaire. Vous me direz que cela arrive relativement fréquemment, mais quand Federer en est victime c’est d’autant plus rageant. En huitièmes de finale de surcroît, ce qui devient carrément humiliant.

Cela dit, cela semblait pratiquement couru d’entrée pour le maestro, même s’il m’a laissé un vague espoir en ravissant la seconde manche. A son habitude il n’est pas parvenu à convertir ses nombreuses balles de break contre le géant Isner. Et comme si cela ne suffisait pas, il a commis pas mal de doubles fautes et a souvent dû batailler jusqu’à égalité pour tenter de dompter le bombardier yankee, qui s'est employé à lui pourrir la vie en le pilonnant sauvagement avec une rare constance. 

Le king allait donc forcément, à l’image de ce qui s’était passé dans le premier, perdre un ou deux points dans l’ultime jeu décisif, alors qu’il ne pouvait absolument pas se permettre d’égarer le moindre service contre un tel serveur. Qui en plus évoluait en état de grâce. Mais voilà. On sait que notre héros national est coutumier du fait. Sauf qu’en général cela ne porte pas trop à conséquence.

Il me reste à espérer que Wawrinka, réussissant contre toute attente à battre le Serbe Troicki, continue à venger l'honneur de Sa Grâce et du tennis suisse en se hissant demain dans le dernier carré à Bercy. Un vœu pieux, vous pensez?

En attendant, il y en a un qui m'impressionne drôlement dans ce Masters, c’est Murray. La belette dévore tout sur son passage. En deux rencontres, Andy n’a laissé que quatre miettes en tout à ses deux opposants, infligeant même une roue de vélo au malheureux Goffin, qui a juste entendu les balles siffler à ses oreilles.

Djokovic, qui devrait logiquement affronter l’Ecossais en finale est averti. Certes Dracula a remporté un ixième match de suite en deux sets, mais il a quand même éprouvé quelque peine à se débarrasser du Français Simon qui s’accrochait à ses basques telle une tique à son chien…

 

20:14 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

01/11/2015

Federer s'offre Nadal à Bâle: normal pour une légende croisée avec un mythe dans un ATP 500...

scan_962339[1].jpg

Je ne vous cacherais pas que j’ai encore eu les pires craintes en écoutant Rosset. «On n’avait pas vu le meilleur Federer. En indoor c’est du solide, il réussit tout ce qu’il entreprend, rien ne vient dérégler la machine, je suis serein car il sert tellement bien… »

Autrement dit, pour Big Marc la chose était entendue après quelques jeux. Sa Grâce allait l’emporter en deux sets les doigts dans le nez. Sauf que rebelote. A l’instar de ses matches contre Kohlschreiber et Goffin, le king flageolait des gambettes et peinait ferme à boucler la seconde manche, laissant le soin au pitbull de terminer le tricot.

Mais finalement c’est l’Ibère qui a eu un coup de mou. Et le rêve est ainsi devenu réalité pour notre gloire nationale, qui a raflé son septième titre à Bâle à la barbe de l’Espagnol. Rien de plus naturel en somme pour une légende croisée avec un mythe dans un tournoi 500 où, contrairement à Wawrinka qui avait hérité d'un tableau d'enfer, il n’a eu de surcroît qu’un seul véritable rival à abattre. En l’occurrence Nadal, un chouia moins saignant qu’imaginé.  

Du coup, les choses risquent de se compliquer à Bercy, où Rodgeur fait évidemment figure de favori pour les afficionados. Car s’il a de nouveau davantage de chance au tirage que le malheureux Stan, l’opposition sera quand même plus relevée. Il pourrait rencontrer Isner en huitièmes, Ferrer en quarts, Murray ou Nishikori en demies et, s’il a la chance d’arriver jusque là, Djokovic en finale.

Une toute autre histoire que d’affronter Dracula, comme je l’ai lu en résumé dans un commentaire laissé sur mon blog précédent. J'approuve. Seule consolation en cas d’élimination prématurée, le tournoi parisien ne lui réussissant guère, le maestro perdra peu de points vu qu’il s’est arrêté en quarts l’an passé.  

21:00 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | | Pin it! |

31/10/2015

Tournoi de Bâle: finale de rêve Federer-Nadal. Cauchemar en vue pour la légende?

topelement[1].jpgIl est agressif conquérant, enfonce le clou, ne laisse pas respirer ses adversaires, les force à visiter sans cesse le court et ses environs…  Mais qui  est donc ce personnage hors du commun, ce redoutable Barbe bleue, cet Attila sauvage qui épuise ses rivaux, les use et finit par les achever sans pitié...

Mais c’est l’ogre de l’ocre bien sûr, porté soudainement aux nues par ceux-là mêmes qui le vilipendaient au début du tournoi. Je veux parler du tandem infernal Dupuis-Rosset, qui n’avait pas de mots assez durs et condescendants pour fustiger cette quasi nullité espagnole en indoor...

D’ailleurs c’est assez simple. Si vous voulez avoir une petite idée du déroulement des hostilités, sinon de qui va l’emporter, vous écoutez les deux rigolos au début de leur commentaire et vous êtes pratiquement certains de voir le contraire se produire.

Avec eux, ça marche en effet presque à tous les coups. Quelques exemples selon nos experts Plainpalais:  Wawrinka devait forcément  l’emporter après un set et un break, il a lamentablement perdu. Nadal risquait de ne pas passer le premier tour pour la raison invoquée plus haut, il est en finale. Kohlschreiber et Goffin, bien que très bons joueurs, n’avaient pas les armes et ne faisaient naturellement pas le poids face au mythe dans «son» tournoi bâlois.

Les rencontres allaient ainsi être une formalité pour Rodgeur contre ces seconds couteau, certes doués mais pas assez affûtés. Pourtant tous les deux, plus particulièrement le premier, ont rarement donné autant de sueurs froides au maestro et à ses fans en lui prenant un set. Ce qui en soi n’est pas franchement dangereux. Le problème, c’est que le Suisse, sans cesse sur le fil du rasoir, ne parvenait pas à rassurer.  

En fait la seule fois où le duo s’est montré vraiment impeccable, c’était dans sa certitude absolue que Jack Sock ne poserait pas de gros problèmes à la légende dans la seconde demi-finale du jour. Formidable analyse. Sauf que quiconque regardant un match de tennis pour la  première fois de sa vie n’aurait pas mis longtemps à constater l’inexistence du malheureux Américain.

Pour résumer, les amoureux de la raquette auront leur choc Federer-Nadal. Sauf que cette finale de rêve va forcément se terminer en cauchemar pour l’un des deux. Et à moins que Federer ne se reprenne enfin sérieusement, je ne vois pas comment le maître des lieux pourrait empêcher Rafa, qui semble avoir à nouveau tout du pitbull férocement accroché à son nonosse, de lui faire passer un sale quart d’heure.

20:45 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | | Pin it! |

28/10/2015

Tournoi de Bâle: Stan The Man tombe sans surprise sous les balles d'Aceman

2658192.image_-590x260[1].jpg

Et notre inénarrable tandem Dupuis-Rosset de se mettre une nouvelle fois pathétiquement le doigt dans l’œil. A l’entame de l'épreuve pour Nadal, les deux compères s’apitoyaient sur le sort du malheureux Ibère qui pédalait lamentablement dans la semoule.

Déjà qu'en indoor il ne vaut pas un clou, là il est l’ombre de lui-même nous serinaient navrés nos comiques, sûrs de leur incomparable science du tamis. Moralité le pitbull prétendument édenté l’a évidemment emporté. Et même s’il ‘est pitoyablement emmêlé les crocs dans le premier set face à un Rosol surrvolté, cela ne l’a pas empêché de boulotter Dimitrov lors de son deuxième match. En perdant son service à quatre reprises.

Mais rien n’arrête les experts Plainpalais dans leurs analyses foireuses. Sans surprise on a eu droit à un remake dans l’autre sens lors de la rencontre de Wawrinka contre le géantissime Karlovic qui ne devrait franchement pas avoir le droit de taquiner la raquette. Qu’il fasse donc du basket ou du volley, cet échalas!

Or donc le duo de choc n’en pouvait juste plus de porter Stanimal aux nues dans la mesure où il menait une manche à rien et un break contre Unbreakable dans la seconde. Avec un score pareil, c’est la victoire en poche, osait même Big Marc, allant jusqu’à imaginer le brave Stan affronter Federer en finale. Nonobstant les sérieux obstacles sur leur voie respective vers le sommet.

A croire que notre couple infernal regardait jouer Wawrinka pour la première fois. Car tous les simples pékins affalés comme moi dans leur fauteuil qui attendaient l’inévitable erreur avec angoisse, ne cultivaient hélas plus le moindre doute sur l’issue fatale de la partie pour le pauvre Vaudois, en le voyant misérablement rater le coche pour laisser l’implacable Croate revenir à sa hauteur à mi-parcours.

Dès lors ce fut une simple formalité pour ce dernier que de survoler cavalièrement le jeu décisif, avant de s’envoler définitivement, laissant son adversaire méditer sur une malédiction qu’il s’attire par ses propres errements coupables pour la quatrième fois consécutive. 

Il reste à souhaiter qu’Aceman ne se retrouve pas sur la route de Stan The Man à Bercy. Ou Isner, ou Anderson sa bête noire en chef. Vivement en somme le Masters londonien, où ces redoutables bombardiers ne figureront pas. Comme quoi les maîtres ne sont pas toujours ceux qu’on pense…
 

22:43 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

16/10/2015

Masters de Shanghai: Nadal écrabouille le fantôme de Wawrinka

topelement[1].jpgLa raquette helvétique se porte à merveille! Suivant le formidable exemple de Federer, Wawrinka s’est à son tour magnifiquement illustré à Shanghai en se faisant laminer par Nadal… Evitant tout juste la honte, mais pas l’humiliation, frôlant même la roue de vélo en deuxième manche après avoir perdu la bagatelle de neuf jeux de rang. 

Il n’empêche. Comme pour la légende, les experts qui n'ont toujours pas les yeux en face des trous, voyaient assez bien Stan The Man l’emporter dans leurs fines analyses d’avant match. Rappelant que si l’Ibère menait 12- 2 dans leurs duels, il s’était fait battre lors des deux derniers.

Etant donné les difficultés du Vaudois contre Troicki, puis Cilic, il n'avait pourtant pas de quoi cultiver de grandes illusions en affrontant le pitbull, qui semble de surcroît reprendre du poil de la bête en dépit de son bobo mental. Comme quoi il faut toujours se méfier d’un fauve blessé.

Certes, bien qu'il semble avoir mangé du lion, je n’irai pas jusqu’à dire que le taureau de Manacor s’est pleinement retrouvé. Il n'a en somme fait qu’écrabouiller le fantôme de Wawrinka, tout comme il avait lui-même joué l’ectoplasme face à Djokovic à Pékin, la semaine passée.

Et d’ici à ce que Rafa succombe à nouveau sous les coups dévastateurs de Dracula, il n’y a qu’un pas en forme de succès en demi-finale. A moins qu’il ne se mette un collier d’ail autour du cou ou qu’il laisse à Tsonga, lui aussi apparemment en regain de forme, l’option peu enviable de s’offrir en victime expiatoire au vampire serbe toujours plus assoiffé de victoires.

Il reste enfin à l’Espagnol l’espoir fou que Nole se laisse surprendre dans l'ultime carré par Murray, qui a également joué les terreurs en quarts de finale en dépeçant le malheureux Berdych. Mais il faudrait pour cela que la belette écossaise se mitonne une super potion magique à base de panse de brebis farcie!

 

16:02 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

13/10/2015

Masters de Shanghai: Federer au tapis d'entrée. Même pas une surprise!

4444a[1].jpg

Pas de problème pour le maestro selon les optimistes qui, l'espoir comme d'habitude chevillé au corps, l'imaginaient déjà croiser la raquette avec Wawrinka en demi-finale du Masters de Shanghai. Nonobstant quelques obstacles de taille sur son chemin.

L’intéressé lui-même ne cultivait pas le doute. J’ai passé de bonnes vacances, je me suis super bien entraîné et je suis prêt, clamait-il en substance à la veille de son entrée en lice.

Et pourtant, il n’a suffi que d’un mini-écueil nommé Albert Ramos-Vinolas pour lui couper brutalement la route. Ce qui a plongé les organisateurs et les fans dans une intense désolation. Mais ne constitue même pas, dépit de ses manifestations de bonheur, un exploit pour l’Espagnol. Bien qu'il ne figure qu’au 70è rang mondial et a enfin réussi à battre un top ten après quinze tentatives.  

La défaite apparaissait en effet douloureusement prévisible dès l’entame du match pour Sa Grâce qui en manquait singulièrement en l’occurrence. Errant misérablement sur le court, il se montrait le plus souvent incapable, sauf lors d’un deuxième set paradoxalement rapidement expédié, de retourner les balles de son adversaire. Sans oublier son exaspérante manie de ne pas convertir ses balles de break.

En réalité, étant donné la mollesse de Rodgeur, notamment illustrée par le fait qu’il a couru un kilomètre de moins que l’Ibère, on se serait cru devant le pitoyable match des Suisses contre l’Estonie. Sans hélas le coup de pouce du destin, qui a permis aux poussifs Helvètes de finalement l’emporter sans gloire.

L’ennui, c’est que Federer avait mille points à sauver puisqu’il avait empoché la mise l’an dernier. Un cuisant revers qui va sans doute voir Murray, à moins que la belette écossaise ne connaisse le sort de notre génie national, de se maintenir à distance respectable de son désormais poursuivant. Mais surtout de quoi laisser Djokovic s’envoler à des hauteurs stratosphériques. Le saigneur des courts n’a pourtant pas besoin d’aide si on consière son talent stupéfiant…

15:38 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

19/09/2015

Coupe Davis. le mythe un rien bouffé aux mites dans le double!

7093485[1].jpgLes pompiers de luxe ayant daigné se déplacers, l’affaire devait être bouclée les doigts dans le nez en neuf sets secs. Une promenade de santé donc pour nos cadors du tamis, Federer en tête face à une équipe hollandaise bout-de-bois privée de Robin Haase, son meilleur élément. 

Mais il a fallu rapidement déchanter, Wawrinka, le premier Helvète sur le court frisant le code, forcé de batailler jusqu’au bout du bout pour accoucher dans la douleur et par les poils d’un premier point pour la Suisse.

Les choses prenaient heureusement meilleure tournure ensuite, Federer corrigeant logiquement Jesse Huta Galung, son adversaire quasi inconnu, pour l’emporter en trois petites manches. Tricotées à la diable cependant, le maestro jouant parfois comme un pied entre deux fulgurances. Ce qui n’a pas empêché le traditionnel tandem de la RTS Dupuis-Rosset de hurler au miracle à chaque échange réussi par la légende.

Outre ces ululements limite insultants pour la légende, je trouvais que son jeu sur courant alternatif n’augurait rien de bon pour le double. Alors qu’il avait notamment en face un nommé Matwé Middlelkoop, matricule 583 à l’ATP (!), le mythe a semblé parfois bouffé aux mites tant il commettait d’erreurs que son compère Chiudinelli était incapable, malgré de louables efforts, de rattraper tout seul.

Dès lors la paire bâloise s’effondrait misérablement, évitant même de justesse la roue de vélo au cinquième set. C’est rageant et les occasions manquées me restent en travers de la gorge, a déclaré Federer en conférence de presse. Oubliant un peu, à l’image des experts de la chose et des fans de l'intouchable, de préciser qu'il en était souvent le premier responsable.

Du coup je suis vraiment désolée que cela tombe sur ce brave Marco. Pour une fois il aurait mérité de gagner ce double, dont il a même été le patron à une ou deux reprises. Enfin, comme l’espoir fait vivre, souhaitons que les gambettes de notre gloire nationale, massées car un chouïa lourdes pendant la rencontre, parviendront à le porter vers la victoire.

Sinon, il faudra attendre Wawrinka et là, très franchement, ce n’est pas gagné. Au cas inimaginable où, je ne sais pas si vous voyez la honte…

19:32 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! |

14/09/2015

US Open: La star Djokovic bat encore le tsar Federer

ap-djokovic-routs-defending-champ-cilic-in-us-open-semifinal[1].jpg

C’est déprimant, l’immensité de la déception le disputant à l’énormité de l’attente, mais je vous avouerais que je ne suis pas véritablement surprise par ce triste dénouement pour Rodgeur, à nouveau dominé en quatre sets par Djokovic. Je me suis même méfiée de cette issue au deuxième jeu de la première manche.

Eh oui. Trop, c’était trop. Trop de dithyrambes, trop de gens persuadés que tout plaidait en faveur du maestro. Délivrant un tennis flamboyant sans perdre le moindre set, il n’avait jamais été aussi fort, assurant lui-même qu’il n’avait jamais aussi bien joué.

Oui mais contre qui dans le fond, son plus dangereux adversire avant la finale ayant été Isner.  Oiseuses considérations toutefois, balayées d'un revers de phrase. Cette fois c’était la bonne. Le phénomène allait remporter son 18e Grand Chelem haut la main.

Non seulement un air de déjà vu et entendu à Wimbledon avec le résultat cuisant que l’on sait pour la légende. Mais en plus pareillement seriné concernant Serena Williams co-recordwoman désignée depuis des semaines. Et pourtant l’Attila féminine du tamis s’est pris les pieds dans le tapis en demi-finale déjà, face à une adversaire que personne ne prenait au sérieux. Quand on ne s’en moquait pas carrément.

A commencer par les Français pas contents que Roberta Vinci soit passée en quarts grâce au forfait d’Eugénie Bouchard. Ce qui selon eux, bien qu’ils nous aient pas mal bassinés avec le manque de résultats de la Québécoise, a largement contribué à la victoire de la Transalpine sur leur joyau nommé Kristina Mladenovic.

Certes, il n’y a pas de comparaison entre Vinci et Djokovic. Il n'empêche qu'une majorité faisait la moue en regard des prouesses très relatives du Serbe, imaginant en gros le saigneur du tamis à court d’hémoglobine. Peinant contre Bautista-Agut et Lopez jusqu’à leur laisser une manche à chacun. Avant de réveiller le fauve qui sommeillait comme toujours en lui en affrontant Cilic. Même si le Croate s’est révélé encore plus incapable que d’habitude à se sortir des griffes du tigre avec sa cheville blessée.

Mais le moteur était lancé et le Serbe n’a eu ensuite qu’à presser l’accélérateur. Raccourcis au fil de l’épreuve new-yorkaise, je ne vous raconte pas l‘état de mes ongles lors de la balle de match de la star pour achever le tsar. Et à en juger par  le jeu étincelant du king au top du top, c'est tout juste si on parvient à distinguer la hauteur où se situe Djokovic! 

De quoi déchaîner les applaudissements frénétiques des observateurs et experts de tout poil qui, après avoir noyé Federer sous un tombereau d’orchidées ont plus ou moins retourné leur veste en chœur pour déclarer sans vergogne qu’en somme, ils l’avaient bien dit. Rien de nouveau sous le soleil, en somme. Sauf que je vois de plus en plus mal notre gloire nationale se mettre encore un Majeur dans la poche.

Enfin, une fois de plus, heureusement qu'i y a eu Martina Hingis pour nous remonter le moral en décrochant deux nouveaux trophées pour porter sa petite collection à vingt. D'accord, c'est du double, mais en l'occurrence il serait malvenu de faire la fine bouche!  

04:49 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | | Pin it! |