Google Analytics

31/07/2017

Cinéma: Jeanne Moreau, la mort d'une icône

aaaaaaaaaaaaaaamoreauj.jpgFemme libre, incarnation du cinéma, personnalité hors du commun, sensuelle, envoûtante, inoubliable, sublime...Sur les réseaux sociaux les hommages pleuvent et se ressemblent, du président Macron et de sa ministre de la Culture à Brigitte Bardot, de Line Renaud à Jack Lang, de Plantu à Benoît Hamon, de Pierre Lescure à Claude Lelouch, de Jean-Pierre Mocky à Bruno Le Maire.

Venus du monde politique ou de la culture, ils se sont tous réunis pour saluer l’immense talent de Jeanne Moreau, actrice, chanteuse et réalisatrice, trouvée morte lundi matin 31 juillet à son domicile parisien. Elle avait 89 ans.

Séductrice  à la voix grave inimitable, héroïne moderne, intelligente et sulfureuse, elle est  née le 23 janvier 1928  à Paris d’une mère danseuse anglaise et d’un père restaurateur, qui la chasse de la maison lorsqu’elle se prend de passion pour le théâtre. Elle fait ses  débuts à la Comédie française  à 19 ans après le Conservatoire. Dans la foulée elle découvre le cinéma en 1949, dont elle deviendra l’icône.  

aaaaaaaamoreau.jpgUn gage de qualité

Provocante, avant-gardiste, féministe, éclectique dans ses choix, aussi populaires qu’auteuristes, elle a tourné dans plus de 130 films, rassemblant des millions de spectateurs. Bankable avant l'heure, sa présence était un gage de qualité  Elle a ainsi travaillé avec les plus grands, Louis Malle (Ascenseur pour l’échafaud en 1957, ou Les Amants en 1958), Michelangelo Antonioni  (La Notte 1961) Orson Welles (Le procès en 1962), Luis Bunuel (Le Journal d’une femme de chambre en 1964),  Joseph Losey (Eva en 1962) Jacques Demy ( (La baie des anges en 1968), Bertrand Blier (Les valseuses en 1974, qui  déclenche un scandale).

aaaaaaaprasis.jpgEt on n’oubliera  évidemment pas sa célèbre collaboration avec François Truffaut pour Jules et Jim (1961), l’histoire d’un triangle amoureux où, maîtresse affranchie,  elle interprète le mémorable Tourbillon de la vie. Une chanson éternelle, reprise en duo avec Vanessa Paradis, dans une scène culte (photos) qui a marqué la cérémonie d’ouverture à Cannes  en 1995.

Ces longs métrages lui valent ses meilleurs rôles qu’elle incarne auprès d’acteurs magnifiques comme Maurice Ronet, Anthony Perkins,  Marcello Mastroianni, Stanley Baker, Michel Piccoli, Patrick Dewaere, Gérard Depardieu. On peut y ajouter  Touchez pas au grisbi, de Jacques Becker avec Jean Gabin en 1953, Viva Maria de Louis Malle avec Brigitte Bardot en 1965, ou encore La mariée était en noir de François Truffaut en 1968 avec notamment Claude Rich, également décédé récemment.

Les récompenses

En 65 ans de carrière Jeanne Moreau, auteure elle-même de Lumière, L’adolescente et Lilian Gish, a collectionné les récompenses.

aaaaaaaaaamoderatoc.jpgPour son rôle au côté de Jean-Paul Belmondo dans Moderato Cantabile de Peter Brook (photo), elle obtient le prix d’interprétation féminine en 1960 au Festival de Cannes, qu’elle est par ailleurs la seule comédienne à avoir présidé deux fois, en 1975 et 1995. 

Deux ans plus tard elle reçoit le César de la meilleure actrice pour La Vieille qui marchait dans la mer de Laurent Heynemann. En 1998, Holywood lui remet un Oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière et en 2008, elle décroche  un  Super César d’honneur.

 

Les hommes qui ont compté dans sa vie 

Indépendante, anticonformiste dans sa vie professionnelle, l’actrice l’est pareillement dans sa vie privée. Elle se marie avec l’acteur et réalisateur Jean-Louis Richard dont elle a eu un fils Jérôme, et dont elle divorce en 1951. Em 1977, elle épousé le cinéaste améri­cain William Fried­kin. Ils se quittent au bout de deux ans.

Parmi les hommes qui ont compté dans sa vie, selon les connaisseurs du sujet, il y a Jean-Louis Trintignant, Sacha Distel, François Truffaut, Louis Malle, George Hamil­ton, Tony Richardson, Georges Moustaki. On lui prête une rela­tion avec Marcello Mastroianni et elle a séduit le grand couturier Pierre Cardin avec qui elle a vécu une histoire d’amour de quatre ans.

22:26 Publié dans Cinéfil | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

03/07/2017

Grand écran: "Una mujer fantastica", le combat dune transgenre face à l'hostilité sociale et familiale

aaaaaaaaaaaaaaaaaaamujer.jpgAprès le triomphe de « Gloria », une divorcée de 58 ans déterminée à braver l’âge et la solitude, le Chilien Sebastian Lelio s’est lancé, avec « Una mujer fantastica » (Une femme fantastique) , dans le délicat sujet du transgendérisme. Cette femme, c’est Marina. Loin des regards, elle vit avec Orlando, son aîné de vingt ans. Ils s’aiment, malgré tout ce qui les sépare, les années et la différence de Marina.

Toujours désireux de lui plaire, Il décide de l’emmener aux célèbres chutes d’Iguazu, situées entre le Brésil et l’Argentine. Mais le voyage ne se fera pas. Terrassé par un malaise, Orlando meurt quelques heures plus tard. Privée de son amour, de sa bienveillance, de sa protection, Marina se retrouve en butte à l’hostilité de la société et de ses proches, rejetant tout ce que représente cette personne à «l’identité douteuse».

Marina lutte pour conquérir son droit au respect

Tandis que la police la soupçonne de meurtre et que l’inspectrice des moeurs la soumet à une humiliante visite médicale, la famille d’Orlando, mêlant la cruauté ordinaire à la mesquinerie crasse, veut chasser ce «monstre», cette «prostituée vénale» de l’appartement d’Orlando et va jusqu’à l’interdire d’obsèques. Seule face à la violence, la colère, la défiance et l’animosité de tous, Marina ne baisse pas les bras. Dotée d’une force et d’une énergie à tout crin, elle va au contraire se battre pour conquérir son droit au respect et à la dignité.

Entre retenue et tension, passant du mélodrame à une forme de thriller, Sebastian Lelio évite le militantisme, le pathos, pour développer son intrigue avec subtilité, intelligence et délicatesse, le «cas» de Marina devenant alors surtout un sujet pour les autres protagonistes. Une réussite à laquelle contribue son héroïne interprétée avec passion par la talentueuse et charismatique Daniela Vega (photo), une vraie femme transgenre. Comme le souhaitait le réalisateur qui, de Berlin où il habite désormais, nous en dit plus sur le point de départ de son cinquième long métrage.

«Je voulais explorer de nouveaux territoires»

« Gloria représentait à la fois une fin et un commencement. Suite à son succès, j’ai eu envie d’explorer de nouveaux territoires, de trouver une histoire qui me forcerait à avancer. C’est ce qui m’excite dans mon métier. Alors que j’étais en train d’écrire avec mon coscénariste Gonzalo Maza, je me suis demandé ce qui se passe pour celui ou celle qui reste quand quelqu’un meurt dans ses bras. Après avoir imaginé plusieurs possibilités, j’ai eu l’idée d’une femme transgenre. Mais je n’en connaissais pas et je sentais que j’avais la tête farcie de clichés ».

-C’est alors que vous avez décidé d‘en rencontrer ?

- Effectivement. Nous en avons vu plusieurs à Santiago, que j’ai trouvées très inspirantes. Mais sans que je les imagine en comédiennes. Jusqu’à ce qu’on me recommande Daniela Vega». J’ai alors réalisé qu’il me fallait une actrice transgenre. Pour moi c’était impératif. Sinon, je n’aurais pas fait le film.

- «Una mujer fantastica» n’est pas militant dans la mesure où vous ne traitez pas spécifiquement du problème de la transition, de la difficulté à s’assumer, mais avant tout de la façon dont Marina est considérée et traitée pour ce qu’elle représente.

-Je crois que le cinéma a vocation à être plus complexe qu’exposer ou défendre certaines causes. Un moyen de les surmonter, de les transcender. La présence de Marina nous emporte ailleurs. On est à la fois dans un musical, une fantaisie, un documentaire. En dépit d’un certain aspect réaliste, le film n’est pas réaliste en soi.

- Vous posez plus de questions que vous ne donnez de réponses. Notamment à propos de votre héroïne.

-C’est vrai. Révélateur, reflet, miroir, pierre angulaire, elle est plus ou moins énigmatique. On ne sait pas exactement qui elle est. Elle demeure un mystère. Je suis comme elle. Si je ne nie pas avoir une fascination pour le féminin, Je refuse d’être catalogué.

-Votre film a une dimension politique. Est-il une représentation du Chili aujourd’hui?

-C’est inévitable, puisqu’il en émerge. Il est révélateur d’un aspect d’une société chilienne très conservatrice dans un pays à démocratie limitée où continue à régner l’injustice sociale.

A l'affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 5 juillet.

 

 

17:00 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

21/06/2017

Grand écran: "Le Grand Méchant Renard et autres contes", irrésistiblement drôle et émouvant

aaaaaaaaaarenard.jpgBenjamin Renner avait fait un carton, en remportant le César du meilleur film d’animation en 2013 avec Ernest et Célestine, tiré du livre de Gabrielle Vincent et coréalisé avec le duo belge Patar et Aubier. Il récidive en adaptant de sa propre BD Le Grand Méchant Renard et autres contes,qui lui avait valu le Fauve d’or en 2016 à Angoulême.

Drôlerie, émotion, humour et tendresse, inversion des rôles et détournement des genres, délicatesse du dessin sont au rendez-vous dans cette irrésistible comédie animalière patticulièrement bien écrite, composée de trois actes. Le premier met en scène une cigogne futile et sans-coeur, chargée de livrer un bébé. Mais la paresseuse s’en débarrasse en le confiant à un lapin, un canard et un cochon. Un trio d’andouilles certes sympathiques, mais qui aura toutes les peines à mener à bien sa précieuse et délicate mission.

Le second acte s’articule autour d’un renard qui donne son titre au film mais qui a bien du mal à l’assumer. Il n’a de grand méchant que le nom et du coup sa réputation de prédateur carnivore en prend un drôle de coup. Le malheureux ne sait qu'inventer pour effrayer les poules. Il se fait même copieusement injurier et rosser dès qu'il pénètre dans le poulailler

Il se rabat alors sur les œufs destinés à devenir de petits poussins délectables. Héla pour lui, sortis de leur coquille, ceux-ci l’appellent maman et ne cessent de lui prouver leur amour. Moralité de cette fable qui rappellet La Fontaine, tout le monde peut dans le fond être mère.

Le troisième conte reprend le trio lapin-canard-cochon qui, craignant d’en avoir tué le père, tente de sauver Noël. Il est un peu faible comparé aux deux premiers, mais les enfants n’en bouderont pas leur plaisir pour autant. Les adultes non plus.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 21 juin.

18:32 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

15/06/2017

Grand écran: avec "Ce qui nous lie", l'urbain Cédric Klapisch se frotte à la ruralité

aaaaaaaaaaaaaaaaavignes.jpgNotamment auteur du désopilant Un air de famille (1996), de la fameuse trilogie débutant par L’Auberge espagnole (2002), du choral Paris (2008) et producteur de la série Dix pour cent, le Parisien Cédric Klapisch nous transporte cette fois en milieu rural pour un film tourné sur quatre saisons.

Dix ans après avoir quitté sa famille pour faire le tour du monde, Jean (Pio Marmaï) revient chez lui en apprenant la mort imminente de son père, propriétaire d’un vignoble au cœur de la Bourgogne.

Le trentenaire prodigue retrouve sa sœur Juliette (Ana Girardot) et son frère Jérémie (François Civil) pour faire les vendanges, repenser l’avenir du domaine et retisser des liens familiaux distendus par l’absence de Jean. Il n’avait pas donné de nouvelles depuis quatre ans, ni même daigné se manifester lors du décès de leur mère.

Si Jérémie un brin rancunier lui garde un chien de sa chienne, Juliette est trop émue de le revoir pour rester fâchée. Les sentiments fraternels l’emportent sur des conflits d’enfance remontant à la surface et les choses finissent rapidement par s’arranger.

Contrairement à l'opus. Il déçoit avec une intrigue tournicotant autour de divers thèmes mal exploités comme la transmission, un sujet de prédilection pour l’auteur, l’héritage, l’attachement à la terre, le temps qui passe.et les problèmes de couple.

Ce qui noie l’enjeu principal de la chose. Du coup, en dépit de deux ou trois bonnes idées, Klapisch livre un film paresseux, sans surprise, peu inspiré, manquant d’incarnation et de rythme, écrit avec le scénariste Santiago Amigorena. Il souffre par exemple de la comparaison avec Tu seras mon fils de Gilles Legrand qui décrivait la mauvaise volonté crasse d’un père à faire confiance à son fils pour fa reprise du domaine familial.

Côté comédiens, Pio Marmaï s’en sort plutôt bien avec son indéniable charme. En revanche on n’est pas bouleversé par la prestation des deux autres. François Civil, l’Hippolyte de Dix pour cent est transparent et Ana Girardot a du mal à convaincre en patronne dans ses vignes. Bref, à consommer avec modération…

A l’affiche dans les salles de Suisse romande depuis mercredi 14 juin.

19:56 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

16/05/2017

Grand écran: "In Between", la soif d'émancipation de trois Palestiniennes à Tel-Aviv

aaaaanour.jpgLayla, Salma et Nour, trois jeunes femmes palestiniennes, partagent un appartement à Tel Aviv et aspirent à la liberté. Mais le chemin pour y parvenir n’est pas simple.

Les deux premières sont délurées  et frondeuses, tandis que la troisième se révèle bien sage. Mais chacune est à son tour victime de l’intolérance de ses proches. Belle avocate fêtarde à ses heures, Layla décide de quitter son copain qui, malgré un passage dans le cinéma à New York, demeure très rétrograde. Salma, elle aussi amatrice de fumette et ne crachant pas sur l'alcool, se heurte à l’hypocrisie de sa famille chrétienne, cherchant absolument à la marier parce qu’elle est lesbienne.

Contrairement à Layla et Salma, Nour, originaire d’un bastion musulman en Israël, est voilée et très pieuse, Etudiante en informatique à l’université, elle va pourtant également se débarrasser de son fiancé, un gros nul macho et violeur, voulant convoler au plus vite pour la cantonner dans le rôle immuable d’épouse et mère au foyer.

Premier film de la Palestinienne Maysaloun Hamoud, In Between (Je danserai  si je veux) est une œuvre politique, militante, drôle, émouvante, qui lui a valu une fatwa. Son «crime»: montrer le quotidien de ces trois jeunes femmes et leur difficulté à mener leur vie comme elles l’entendent. Mais qui ne plient pas, cherchant farouchement à s’émanciper dans une société patriarcale, où les tabous et les traditions ont la vie dure. Du coup, les hommes en prennent pour leur grade!

Courageuses et attachantes héroïnes

La charge est certes appuyée, l’échantillonnage féminin assez stéréotypé et les situations pas très originales. La réalisatrice ne nous laisse pas moins découvrir de courageuses héroïnes face à l’obscurantisme, à la discrimination, au sexisme, ainsi qu’à la violence qu’elles provoquent par leur soif d’émancipation.

En colère, attachantes, pleines de vie, d’énergie et d’humour, elles sont de surcroît portées par des comédiennes charismatiques et convaincantes. Carrément impliquées dans une impérative transgression. Car comme chantait Cookie Dingler en 1984, être une femme libérée tu sais, ce n‘est pas si facile. Malheureusement ça le reste!

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 17 mai.

18:03 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

14/05/2017

Grand écran: "L'éclipse du bonheur", un mélo pour retrouver l'espoir

aaaaaagluck.jpgAppelée dans la nuit à se rendre au chevet d’Yves, la psychologue pour enfants Eliane Hess s’attache à ce garçon de huit ans rescapé d’un terrible accident de voiture où toute sa famille a péri.

Bouleversée, elle veut absolument aider ce petit être détruit, pour l’aider à retrouver l’espoir et affronter son destin. Mais elle ne tarde pas à perdre sa distance professionnelle...

Parallèlement les choses se compliquent dans sa propre famille: deuil, non-dits autour d'un adultère, révolte adolescente, crise de couple, sans oublier l’importance de la peinture, en contrepoint mystique et esthétique de la condition humaine. La multiplication des thèmes ne contribue pas franchement à la fluidité du récit, bien que ce mélo en forme de parabole sur la vie soit propre à faire sangloter dans les chaumières.

Tiré d’un roman de Lukas Hartmann, L‘éclipse du bonheur (Finsteres Glück) est signé Stefan Haupt. Né en 1961 à Zurich, il devient instituteur, mais il ne lui faut que deux jours pour savoir que ce n’est pas sa voie. Aujourd’hui cinéaste, scénariste et producteur, cet auteur de documentaires et de fictions, s’est notamment fait connaitre avec Der Kreis (Le Cercle), quartz du meilleur film suisse en 2015. Un film sur l’apogée et le déclin d’un magazine helvétique gay, internationalement distribué, pionnier de l’émancipation homosexuelle.

aaaastef.jpgLe réalisateur énormément touché par l’histoire

Lorsque Lukas Hartmann lui a envoyé son livre en 2010, Stefan Haupt, qui n’avait jusqu’ici jamais adapté de roman, ne se voyait pas vraiment en faire un film. «Mais en le lisant, j’en ai eu très envie, même si je m’y suis attaqué après Sagrada et en parallèle avec Le Cercle. Cet enfant perdu, jeté dans le monde avec une telle difficulté à vivre son deuil et que la psy doit aider à surmonter son traumatisme, m’a énormément touché», nous dit-il.

Il a été également très ému par l’histoire de cette femme mère de deux filles, qui a elle aussi subi la perte d’un être cher et dont la relation ne marche pas. «Elle doit serrer les dents. A Zurich, j’en ai rencontré de ces femmes modernes, autonomes, seules avec des enfants. Elles ont raison d’aspirer à la liberté. En même temps, toujours lutter pour la conserver, c’est lourd».

Côté comédiens, c’est la femme de Stefan Haupt, Eleni, qui joue la psy. Elle obtient pour la première fois un rôle principal dans un film de son mari. Quant au jeune Yves, il est interprété par Noé Ricklin. «Nous avons vu une cinquantaine de garçons, mais il s’est imposé très vite. Comme il s’agit d’une partition délicate, nous avons parlé avec les parents. Nous avons tout fait pour que Noé se sente à l’aise et en sorte indemne. Mais en réalité, il n’a jamais été aussi équilibré que pendant le tournage».

A l'affiche dans les salles de Suisse romande depuis le mercredi 10 mai.

 

18:48 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

13/05/2017

Grand écran: "A German Life" pour lutter encore et toujours contre l'oubli

aaaaaagerman.jpgMorte à 106 ans le 27 janvier dernier à Munich, Brunhilde Pomsel a travaillé de 1942 à la fin de la guerre comme sténographe au service du ministre de la propagande Joseph Goebbels. Ce dernier témoin de la machine du pouvoir nazi vue de l’intérieur livre ses ultimes confidences dans A German Life (Une vie allemande), un documentaire autrichien réalisé par Christian Krönes, Florian Weigensamer, Roland Schrotthofer et Olaf S. Müller

On est impressionné, fasciné, par cette femme filmée en gros plan. Le visage parcheminé, à la peau de crocodile, le regard vif et clair, elle nous place face à l’histoire, nous renvoie à nous-mêmes en nous forçant à nous poser des questions sur ce que nous aurions fait. "Je ne suis pas le genre qui résiste. Je n’osais pas, je fais partie des lâches".

Comme nombre d'Allemands de sa génération, elle affirme n'avoir rien su des crimes nazis, en particulier des camps de concentration et d'extermination au coeur du génocide juif. "Tout le monde pense que nous savions tout. Nous ne savions rien, tout était gardé secret. Nous étions nous-mêmes dans un gigantesque camp de concentration", dit-elle en référence à la répression et à l'omnipotence de la police politique.

Un constat plus qu’un aveu de faiblesse de la part de Brunhilde Pomsel, éduquée à la dure, incarnant la majeure partie de ses compatriotes qui cherchaient simplement à mener leur vie. Pour qui la propagande était un boulot comme un autre. A 31 ans, elle a accepté le poste parce qu’elle était bien payée. "Je ne faisais que taper à la machine dans le bureau de Goebbels", Un homme qu’elle décrit comme "petit, mais qui se tenait bien et qui était gentil avec elle".

Ce film à quatre mains qui vous prend aux tripes est entrecoupé par des ’images d’archives reconstituant le discours de l’époque, mais également par les hésitations, les silences, les moments de réflexion de sa protagoniste, qui garde à son âge avancé une extraordinaire facilité à s’exprimer, à s'analyser. Elle ne cherche pas à se justifier, ni à se cacher, mais rappelle qu’il est facile de juger et de s’imaginer en résistant a posteriori.

On peut évoquer une autojustification tardive. Mais l’essentiel est ailleurs. Lutter encore et toujours contre l’oubli. Et c’est ce que voulait Brunhilde Pomsel. Dans un entretien en juin 2016 à l’AFP, elle assurait "avoir la conscience tranquille et s’être prêtée à ce documentaire pour informer la nouvelle génération de toutes ces choses comme il y a de moins en moins de témoins".

A l’affiche dans les salles de Suisse romande depuis mercredi 10 mai.

12:59 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

10/05/2017

Grand écran. "Un profil pour deux", pathétique trio amoureux. Avec Pierre Richard

aaaaaaprofil.jpgLe réalisateur Stéphane Robelin surfe façon numérique sur le thème de Cyrano dans Un profil pour deux, où Pierre, veuf et retraité se terrant dans son logis, découvre les joies et les plaisirs d'internet grâce au jeune Alex, loser patenté.

Sur un site de rencontre, Pierre fait alors la connaissance de la ravissante Flora qui, séduite par sa poésie, lui propose un rendez-vous. Tombé amoureux, le vieux charmeur revit. Mais sur son profil il a mis une photo d’Alex, qu’il doit persuader de voir Flora à sa place.

Une comédie romantique qui se veut drôle tendre, attachante mais, en dépit d’une ide de base de base originale. se révéla aussi convenue et pathétique que laborieuse et poussive, en multipliant les vieux quiproquos vaudevillesques,

Côté comédiens, ce n’est guère plus engageant. En roue libre pour son retour, Pierre Richard peine à nous arracher quelques sourires. Peut-être aura-t-il quand même la chance de plaire à ses fans. 

Rien à sauver en revanche chez Yaniss Lespert. Le frère de Jalil est d’une telle mollesse qu’on se demande ce qui a bien pu convaincre Stéphane Robelin de lui confier le rôle d’amoureux de substitution. En l’occurrence, une huître aurait eu plus de charisme…

A l'affiche dans le salles de Suisse romande dès mercredi 10 mai. 

23:00 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Grand écran: "Court" dénonce le système judiciaire indien. Un constat édifiant

aaaaaacourt.JPGUn ouvrier du traitement des eaux est retrouvé mort dans un égout. Narayan Kamble, un chanteur sexagénaire contestataire, dont les textes appellent à se lever, à connaître son ennemi, évoquent la crise et fustigent la suprématie de l’argent, est arrêté alors qu’il se produit sur scène.

On l’accuse d’avoir poussé l’homme au suicide par le biais d’une de ses compositions. Commence alors un interminable procès qui s’enlise dans l’absurde.

Pour son premier film situé à Bombay dans les années 90, Chaitanya Tamhane, réalisateur indien de 27 ans dénonce les dérives judiciaires, décrivant en détail un système qu’une police harceleuse et les lenteurs extrêmes de la procédure font tourner en rond,

Le cas de l’ouvrier décédé sert de fil rouge. D’autres se succèdent, soulignant les limites entre le droit, la morale et la religion. Suivant le juge, l’avocat et la procureure lors des audiences et dans leur vie privée, le réalisateur propose un constat édifiant sinon effrayant entre documentaire et fiction, drame social et film à procès sous tension, traversé par un constant sentiment d’injustice.

Une radiographie subtile

Impeccablement mis en scène, Court inspiré d'histoire vraies, pointe les arrestations arbitraires, le manque de preuves, le développement d’arguments fallacieux, les explications farfelues, ubuesques, les pressions sur les témoins. Par exemple celle d’un témoin oculaire "habituel", dans la mesure où il est présenté à la barre dans quatre autres affaires, sur lesquelles enquêtent les mêmes policiers... 

Chahitanya Tamhane livre ainsi une radiographie subtile de la société indienne. Il en analyse la complexité, la violence latente, la proscription de la liberté d’expression ou de l’engagement politique.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 10 mai.

21:09 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Grand écran: "Alien:Covenant", un sixième épisode sans suspense. Décevant

aaaaaaliencon.jpgL’intrigue se déroule dix ans après les événements de Prometheus, préquel de l’Alien de 1979. Dans cette suite nous sommes en 2104, à bord du vaisseau spatial Covenant, transportant plus de 2000 terriens cryogénisés et de nombreux embryons vers une lointaine galaxie. Comme d’habitude, l’ équipage est alerté par un mystérieux signal…

En dépit d’une belle séquence d’ouverture où David (Michael Fassbender) méprisant rejeton bio-mécanique rencontre son créateur dans un lieu très esthétisant, du retour à l’origine de la saga avec un début prometteur, ou d’un monstrueux Alien dégoûtant, ce sixième épisode de la saga, troisième de Ridley Scott et premier volet d’une trilogie, se révèle assez décevant.

Le principal problème, c’est qu’il n’y a plus de suspense dans cet Alien:Covenant. Dès l’instant où l’équipage en route vers Origae-6 décide de modifier sa trajectoire et de se poser sur le lac d’une autre planète offrant a priori d'intéressantes similitudes avec la terre... c’est la galère. Non seulement attendue, mais déjà vue. Il suffit que de petites bactéries se faufilent dans l’oreille et le nez de deux membres d’équipage pour que tout soit dit ou presque.

Comme dans Life en somme, très décrié mais que dans le fond je préfère presque. Alors certes le réalisateur développe un univers contemplatif et cérébral, les décors sont soignés, les paysages magnifiques, les vaisseaux réalistes, tout comme l’équipement high tech.

Mais le scénario se révèle inutilement compliqué pour ne pas dire carrément bordélique, les dialogues pédants, bourrés de références à Milton, Shelley, le mythe de Prométhée rejoignant celui de Frankenstein sur fond d’Entrée wagnérienne des dieux dans le Valhalla. L’auteur convie les mythes, multiplie les thématiques (la création, l’intelligence artificielle, la conscience, l'origine), sans pour autant donner plus de chair et de corps à son récit.

aaaaaalien.jpgManque d’incarnation des personnages

De leur côté, les personnages pas du tout incarnés se révèlent du coup sans grand intérêt, Juste des êtres sacrificiels, soumis  à la voracité meurtrière des affreux et impitoyables Aliens, dont un Ridley Scott sans état d’âme se débarrasse dans des mares d’hémoglobine. Histoire de nous donner des cauchemars en nous glaçant le sang.

C’est plus ou moins réussi, si on admet un petit sursaut à la première apparition horrifique. A l’image de la performance des acteurs peu convaincants. Katherine Waterston nous fait amèrement regretter Sigourney Weaver et pas seulement à cause de ses envies quasi helvétiques de chalet au bord du lac dans sa nouvelle vie…

Véritable héros du film le beau Michael Fassbender est meilleur en androïde mais n’échappe pas au ridicule quand Ridley Scott l’affuble sadiquement d’une moumoute à la Brice de Nice ou le force à enseigner la flûte à bec à son double...

A l'affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 10 mai.

13:09 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |