Google Analytics

23/05/2010

Palmarès cannois: un ovni thaï délirant pour détrôner le Britanique Mike Leigh?

L’an dernier les choses étaient claires, deux perles, « Le ruban blanc » de Michael Haneke et « Un prophète » de Jacques Audiard, se détachant nettement du reste de la compétition. Cette année, c’est un peu la bouteille à encre sur la Croisette. De bons films, mais pas de ceux qui vous scotchent au fauteuil. Signe d’un  cru honnête, sans éclat en somme. Du coup, côté Palme d’Or, je suis bien empruntée. S’il ne tenait qu’à moi,  il n’y en aurait pas.
Mais puisqu’il faut en donner une, je pencherais pour un cinéaste dont le nom file des sueurs froides aux gens de radio et de télévision. Apichatpong Weerasethakul. Tout comme le titre de l’œuvre: « Oncle Boonmee celui qui se souvient de ses vies antérieures ». Un ovni magique, mystérieux et  un rien languissant. Avec deux ou trois scènes délirantes comme cette princesse qui fait l’amour avec un poisson-chat, ou l’apparition à la table familiale de fantômes, tels un singe noir aux yeux rouges et une épouse défunte.  Revenus  pour accompagner l’homme dans la mort. Car atteint d’une insuffisance rénale, il n’en a plus pour longtemps.
Les méditations du réalisateur thaïlandais sur fond de répression brutale dans le pays suffiront-elles à détrôner Mike Leigh, déjà palmé pour «Secrets et mensonges» en 1996? Pas sûr, son film divise beaucoup les critiques dans le Film Français et la revue Screen.  Alors qu’avec un seul petit point noir, le cinéaste britannique, bardé de palmes et d’étoiles, continue  de mener la meute des prétendants grâce à  «Another Year» , réflexion à la fois funèbre, cynique et sarcastique déclinée enquatre saisons, sur les choses de la vie et le temps qui passe.
Les grands favoris et les autres
Il devance deux candidats à la récompense suprême, eux aussi solidement  installés dans le trio de tête depuis leur passage à l’écran. Il s’agit d’Alejandro Gonzales Inarritu avec «Biutiful» et de  Beauvois avec «Des hommes et des dieux». Le premier suit un homme rongé par un cancer et qui tente de trouver la paix, tandis que le second revient sur le massacre de sept moines français en Algérie en 1996. Parmi les papables,  on trouve encore «Poetry», du Coréen Lee-chang dong. Un film tout en délicatesse, évoquant une jolie grand-mère qui découvre la première fois le charme et la beauté de la poésie. La vie se chargera de la ramener à la réalité.
Parmi mes préférés, je citerais encore l’avant-dernier du concours «Un garçon fragile- Le projet Frankenstein», du  Hongrois Kornél  Mundruczo. Un réalisateur se rend compte,  à la faveur d’un casting, que le garçon étrange devant la caméra est son fils. Un monstre qu’il a lui-même engendré dix-sept ans auparavant. J’ai enfin un faible pour « The Housmaid » du Coréen IIm Sangsoo, qui nous a tricoté un drame à la Chabrol, magnifiquement mis en scène.
Hors-la-loi, beaucoup de bruit pour rien
A Cannes, on a toujours droit à un événement particulier. Avec ou sans paillettes. Vendredi dernier c'était la mise en action du plan vigipirate.300 policiers mobilisés, la Croisette bouclée, des festivaliers soigneusement filtréset fouillés avant l’entrée dans les salles. Tout ça pour éviter des débordements, qui n’ont finalement pas eu lieu,  lors de la projection de »Hors-la-loi», de Rachid Bouchareb, qui avait rameuté 1300 anciens d’Algérie en colère aux abords du Palais.
On se souvient de la polémique déclenchée par l e député UMP Lionnel  Luca, parlant de révisionnisme alors qu’il n’avait même pas vu le film. Il n’a pas changé d’avis après, mais la controverse est bien vaine. Comme dirait Shakespeare, beaucoup de bruit pour rien, à la vision de cette longue fresque académique  linéaire et plutôt laborieuse, mise à  part l’impressionnante séquence du massacre de Sétif le 8 mai 1945. Les choses commencent en 1925 pour s’achever sur  des images de l’indépendance algérienne. Avec un saut à Genève et un plan sur le jet d’eau. ..
Entre film noir et western, Bouchareb s’attache surtout à montrer, au-delà du contexte historique, le destin tragique de trois frères chassés de leur pays et qui font tout pour y retourner. Ils sont interprétés par Jamel Debbouze, Roschdy Zem et Sami Bouajila pas au mieux de leur forme.
La palme de la nullité au Japonais Kitano !
Voici qui ne devrait pas changer la donne en ce qui concerne le palmarès qui sera annoncé ce soir à Canal +. Encore que l’on ne sait jamais. Le journaliste propose et le jury dispose. En tout cas, je peux vous assurer d’une chose. S’il m’est difficile d’élire un film pour la Palme d’Or, je n’ai en revanche aucun problème pour celle de la nullité. Le Japonais Takeshi Kitano la décroche haut la main avec «Outrage», pitoyable retour aux sources avec de sanglants règlements de comptes entre yakuzas plus couillons les uns que les autres.Edmée Cuttat

11:41 Publié dans Cannes dans Chassé-Croisette, Cinéfil | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

25/05/2009

la Palme à Haneke, un vrai bonheur


C’est rien de dire que je suis contente. Je suis même aux anges. La Palme d’or à Michael Haneke pour «Le ruban blanc», le Grand prix du jury à Jacques Audiard pour «Un prophète» et une médaille exceptionnelle pour Alain Resnais et ses «Herbes folles». Les trois films du festival que j’ai le plus aimés. Sans compter un prix du jury à l’excellent «Nuits d’ivresse printanière» du Chinois Lou Ye, dont je vous avais parlé au tout début mais que j’avais oublié dans ma liste.

 

Même voir Charlotte Gainsbourg sacrée meilleure actrice m’a fait plaisir pour cette comédienne à la fois exigeante et fragile, secrète et timide.

Lire la suite

08:33 Publié dans Cannes dans Chassé-Croisette, Culture | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

23/05/2009

Mes pronostics: la Palme d'or à Michael Hanele

haneke460.jpgA quelques heures de la distribution des prix, les prétendants à la Palme d’or doivent piaffer d’impatience.  D’autant que cette fois, il y aura de grands cinéastes sur le carreau. On l’a dit et répété sur tous les tons dans tous les médias,  Cannes 2009 est un supercru. D’où la difficulté de nommer le gagnant à coup sûr.  Certains d’ailleurs ne s’y risquent pas. Audacieux mais pas téméraires. Ce n’est pas comme à Roland-Garros, où Nadal  est tellement favori qu’à la limite, je me demande s’il est bien nécessaire de faire jouer le tournoi.

Une chose semble pourtant certaine. Contrairement à la cuvée précédente où Laurent Cantet, ultime candidat  à se présenter sur la ligne de départ avait dépassé en souplesse tous ses rivaux avec  « Entre les murs »,  le dernier opus en lice, « Visage » du Taïwanais Tsai Ming-Liang, n’est pas à mon avis taillé pour la victoire finale. Parce qu’à part la médaille de l’ennui…

Je cesse de tergiverser  et je me lance en vous livrant mon préféré.

Lire la suite

21:28 Publié dans Cannes dans Chassé-Croisette, Culture | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Je suis en plein mélo psychédélique avec Gaspar Noe

soudain le vide.jpgL’un des films les plus attendus de la compétition, c’était «Soudain le vide», du très controversé Gaspar Noe. Vous vous en souvenez, il avait scandalisé la Croisette pour rien avec «Irréversible» il y a sept ans. Là il nous propose un trip expérimental suivant l’esprit d’un jeune agonisant dans un Tokyo apocalyptique, avec visions pré-mortem chaotiques et cauchemardesques.

Tourné presque entièrement en caméra subjective, ce mélodrame psychédélique qui se laisse voir bien qu’interminable raconte, à grand renfort de sexe et de drogue, la relation fusionnelle et non pas incestueuse comme certains peuvent l’imaginer, d’un frère et d’une sœur, unis par un pacte de sang après la mort de leurs parents.

Lire la suite

14:14 Publié dans Cannes dans Chassé-Croisette, Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

21/05/2009

«Inglorious Basterds»: film de guerre en forme de farce lourdingue

Face à cet ovni miraculeux - en référence à ma note précédente - tombé dans un festival tournant momentanément au bain de sang, «Inglorious Basterds» de Tarantino, tentait vainement d’écraser les herbes folles avec ses grosses bottes. On nous annonçait un long-métrage sous speed et stéroïde avec tension, frisons et violence à la clé.

Lire la suite

17:48 Publié dans Cannes dans Chassé-Croisette, Culture | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Je craque pour Alain Renais et son herbe folle

Si ça continue comme ça, il faudra se lever au milieu de la nuit, plus ou moins le moment où on se couche, pour être sûr d’entrer à Lumière. Sinon zapper carrément la projo du matin et aller directement camper devant la salle des conférences de presse. Sous l’œil goguenard des responsables de la sécurité, qui prennent sadiquement leur pied à vous laisser poireauter des plombes dans la file, en se faisant écraser un orteil ou fêler une côte…

Lire la suite

08:44 Publié dans Cannes dans Chassé-Croisette, Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

20/05/2009

J'en vomis encore

kinatay.jpgSelon les mêmes (lire ma note précédente), ce n’est pas franchement une surprise, Lars von Trier et son huis clos satanique partagent le bonnet d’âne avec «Kinatay», du Philippin Brillante Mendoza. Je n’ai pas eu l’occasion de vous en parler.

J’avoue que j’ai du mal avec cette œuvre dite expérimentale, se déroulant plus ou moins dans le noir et dont le but, pour les protagonistes, consiste à transporter une prostituée junkie en camionnette dans une maison à l’extérieur de Manille. Après l’avoir violée et battue pendant le trajet, ils la massacrent, la découpent en morceaux et la jettent sur un tas d’ordures.

Certes, on ne peut accuser le cinéaste de complaisance, contrairement au Danois, puisqu’il ne montre rien. Il n’empêche que j’ai encore envie de vomir quand j’y pense…

15:57 Publié dans Cannes dans Chassé-Croisette, Culture | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | | Pin it! |

L'Audiard toujours favori

cannes web.jpgL'irrésitible Pedro, plus bavard qu'une pie, saura-t-il convaincre le jury avec sa déclaration d’amour au cinéma? La question est évidemment venue sur le tapis. «La Palme d’or, ou rien?» L’intéressé secoue la tête, répondant qu’il part vendredi, pour ne pas laisser croire qu’il l’attend. Ajoutant que la concurrence est forte.

A ce propos, alors qu’il reste neuf films à voir et non des moindres, puisqu’on trouve dans la liste Alain Resnais, Quentin Tarantino, Michael Haneke, voire Gaspar Noé, Almodovar va-t-il s’immiscer dans le trio de tête ? Formé dans l’ordre de Jacques Audiard, Jane Campion et Ken Loach, du moins si j’en juge par les étoiles distribuées par les critiques dans Le film français et le magazine Screen.

(photo copie écran du site www.festival-cannes.com

12:56 Publié dans Cannes dans Chassé-Croisette, Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Le jury va-t-il ou non briser le cœur de Pedro Almodovar?

cannes sac.jpgIl y en a qui prédisaient un Cannes beaucoup moins paillettes que d’habitude. De quoi enfin bronzer sur un transat pour prouver en rentrant que j’y étais vraiment allée, sur la Croisette! Que dalle. Les stars se bousculent, rendant chaque jour plus dure la vie du festivalier, qui court comme un dératé.

Ce qui le fait en plus grossir, vu qu’il enfourne sur le pouce des sandwiches et autres cochonneries pleines de gras, entre les articles, les projections, les interviews et des conférences de presse plus courues que le marathon de New York.

Comme celle de Pedro Almodovar de retour à Cannes avec «Etreintes brisées». Un brillant mélodrame noir, qui navigue entre un passé vieux d’une quinzaine d’années et le présent. Révélant, au fil d’une intrigue à suspense, dans quelles circonstances un réalisateur, Mateo Blanco, tombé éperdument amoureux de son héroïne, en l’occurrence la maîtresse de son producteur millionnaire, est devenu aveugle. La punition surprême pour le cinéaste, qui vit et écrit désormais sous son pseudonyme, Harry Caine. Un personnage qui peut d’ailleurs refléter les propres angoisses d’Almodovar. (photo EPA/IAN LANGSDON)

Mais au-delà du symbole, «Etreintes brisées», porté par la lumineuse Penélope Cruz, raconte surtout l’histoire d’une folle passion, sur fond de fatalité, de jalousie, de trahison. A la manière des Sirk, Bunuel, Hitchcock ou Rossellini, des maîtres auxquels l’Espagnol rend hommage. Sans oublier de s’autociter avec un film dans le film, où il reprend une séquence entière de Femmes au bord de la crise de nerfs. Et du moment que j’en parle, j’en profite pour vous confirmer que la Fox développe actuellement un pilote pour une série autour de la chose. Et le 10 juin, Pedro part à New York pour assister à une adaptation musicale à Broadway.

Mais revenons-en aux étreintes. Les fans dont je suis adorent. Les esprits chagrins, eux, chipotent, reprochant au metteur en scène espagnol de tourner en rond dans son univers alors qu’il avait promis d’en conquérir de nouveaux. Et de continuer à trop privilégier les rôles de femmes, fortes de surcroît, au détriment de ceux des mâles, souvent faibles par ailleurs. «Cette fois-ci je trouve qu’il y a beaucoup plus de parité que dans mes autres films», a rétorqué le metteur en scène. Ajoutant que les choses allaient encore changer. «Jusqu’ici les personnages masculins m’intimidaient. Ce n’est plus le cas et vous en verrez davantage à l’avenir.»

A suivre...

10:55 Publié dans Cannes dans Chassé-Croisette, Culture | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

19/05/2009

"Je ne suis pas un homme, je suis Cantona"

looking for eric ang.jpgJe veux parler de « Looking for Eric », signé Ken Loach. C’est l’histoire d’Eric Bishop, un postier de Manchester profondément dépressif, qui pense avoir raté sa vie. Il faut dire qu’il vit un petit enfer avec ses deux beaux-fils voyous et traficoteurs, et qu’il ne se remet pas d’une séparation avec la femme qu’il adorait. Même ses collègues n’arrivent pas à le dérider. Alors un soir, le petit Eric s’adresse, par poster géant interposé, à Cantona, son idole. Et lui demande ce que ferait à sa place l’ex-coqueluche de Manchester United.

Lire la suite

23:07 Publié dans Cannes dans Chassé-Croisette, Culture, France | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | | Pin it! |