Google Analytics

Grand écran: "De Gaulle": dans l'intimité du héros, avec Lambert Wilson et Isabelle Carré

Imprimer

image-nicxxq900_dr_cinexx-040320203.jpgMai 1940. La guerre s’intensifie, l’armée française s’effondre, les Allemands sont aux portes de Paris. La panique gagne le gouvernement qui envisage d’accepter la défaite. Un homme, Charles de Gaulle (Lambert Wilson, photo) qui vient d’être promu général, est convaincu que tout espoir n’est pas perdu, qu’il faut s’opposer au maréchal Pétain et continuer le combat. Sa femme Yvonne (Isabelle Carré) est son premier soutien, mais très vite les événements les séparent. Charles rejoint Londres où il prononcera son fameux appel du 18 juin sur les ondes de la BBC.

Contrainte de fuir la maison familiale de Colombey-les-deux-Eglises tandis que le pays sombre dans le chaos, Yvonne se lance sur les routes de l’exode avec la gouvernante Mlle Potel (Catherine Mouchet), ses enfants dont Anne, la petite dernière, trisomique, qu’elle tient principalement à protéger. Ils finissent par trouver un bateau en partance pour la Grande-Bretagne où ils arrivent le lendemain du jour où le grand Charles entrait dans l’Histoire. .

Aussi curieux que cela paraisse, alors que Churchill a par exemple inspiré plusieurs biopics, c’est le premier qui s’attache à de Gaulle. Dès lors on imaginait le film événement. Mais l’idée de son auteur Gabriel le Bomin n’est pas, à l'évidence, de proposer une grandiose fresque historique ou un portrait fouillé du mythique général. Il se concentre sur un moment crucial de sa vie où son destin et celui de la France basculent, sur ces quatre semaines qui ont précédé son initiative capitale de rallier l’Angleterre pour aller faire entendre une autre voix, celle de la Résistance.

Un surprenant couple fusionnel

Le film ménage une tension dramatique même si on connaît l’enjeu. Construit autour de la décision politique de ce rebelle au regard décalé face à la situation, il en évoque plus particulièrement les implications personnelles. On peut regretter l’hagiographie classique, un côté parfois artificiel de certaines séquences. Mais au-delà de l'exaltation sans nuances de la volonté et de l'inflexibilité de son héros, Gabriel le Bomin révèle sa fragilité en nous plongeant dans son intimité. Dévoilant l'homme derrière le général. Le montrant en privé avec sa femme Yvonne, ou manifestant sa tendresse envers sa fille handicapée.

Une touche de romanesque nous laissant découvrir un couple fusionnel surprenant, émouvant, qu’un amour inconditionnel mais pudique aide à supporter les épreuves. Il est bien interprété. A commencer par Lambert Wilson. Enfilant le plus lourd des costumes, dont cette curieuse veste d'uniforme trop longue, il a l‘intelligence de ne pas tomber dans l'imitation. A ses côtés Isabelle Carré incarne une Yvonne de Gaulle comme on ne l’a en fait jamais vue. Loin de la traditionnelle image de Tante Yvonne, on découvre une charmante femme de 40 ans, touchante, amoureuse. Certes timide et humble, elle n’en est pas moins elle aussi, à sa manière, une combattante.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande depuis mercredi 4 mars.

Lien permanent Catégories : Sorties de la Semaine 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel