Google Analytics

Grand écran: #JeSuisLà, une feel good comédie avec l'irrésistible Alain Chabat

Imprimer

2610519.jpgRestaurateur du Pays basque confronté à la crise de la cinquantaine, Stéphane partage son quotidien entre ses deux grands fils, son ex-femme et son métier de chef. Une vie banale. Sauf qu’il a un secret. Via Instagram, il est tombé amoureux de Soo, une jeune Sud-Coréenne avec qui il échange plein de messages.

Un beau jour, sur un coup de tête dont il ne s’imaginait pas capable, il plaque tout et s’envole pour Seoul pour la rencontrer. Mais Soo n’est pas là à son arrivée. Comme elle tarde à se manifester, Stéphane prend ses quartiers à l’aéroport d’Inchon en attendant, l’espoir chevillé au corps, qu’elle le rejoigne…

Six ans après le succès remporté par La famille Bélier, Eric Lartigau, qui a écrit le scénario avec Thomas Bidegain, suit l’errance, agrémentée de rencontres plus ou moins singulières et improbables, d’un étonnant personnage parachuté en terre étrangère, dans une culture différente.

Tout en se livrant à une petite réflexion sur les mirages d’une société virtuelle, les illusions et paradoxes des réseaux sociaux, le temps qui passe, la solitude, l'auteur permet également à son héros de se poser des questions sur qui il est véritablement et ce qu’il veut au fond de lui.

#JeSuisLà, film original même s’il en rappelle d’autres tournés dans des aéroports, doit tout à Alain Chabat, avec qui Eric Lartigau avait déjà collaboré pour Prête-moi ta main. Séduisant avec son épaisse crinière blanche, il se révèle déconcertant de naturel, touchant, désarmant, rêveur, candide, drôle, à la fois perdu mais ne s’étonnant de rien.

Il est tellement attendrissant qu’il en est irrésistible. Et parvient, par sa seule présence, à élever cette fable certes dépaysante et divertissante, mais n’évitant ni les clichés ni les situations bancales, allant jusqu’à se muer en office du tourisme pour vanter les charmes de la Corée du Sud. Et qui, faute de substance, finit logiquement par tourner en rond. Il est vrai qu’une douzaine de jours à zoner dans un aéroport, c’est quand même longuet.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande depuis mercredi 12 février.

Lien permanent Catégories : Sorties de la Semaine 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel