Google Analytics

Grand écran: "Les éblouis" montre l'embrigadement et les dérives sectaires. Intelligent, émouvant, pudique

Imprimer

les-éblouis-7-620x407.jpgCamille Lourmel, 12 ans (Céleste Brunnquell), passionnée de cirque, est l’aînée d’une famille de quatre enfants. Un jour ses parents (Camille Cottin et Eric Caravaca), traversant une période difficile,  lui annoncent qu’ils vont intégrer une communauté religieuse basée sur le partage et la solidarité, menée par un prêtre surnommé "le berger" par ses membres.

Ils s’y s’investissent au point que leur vie change radicalement.  A contrecœur, Camille est contrainte de se sacrifier, en acceptant un nouveau mode de vie remettant en cause ses projets, ses aspirations, ses envies.

Privée de ses cours de cirque, cette activité étant incompatible avec la relation que ses fidèles doivent avoir avec le Christ selon le "berger", elle ne tarde pas à découvrir que la communauté en question est en réalité une secte.  

La question du libre arbitre

Dans un conflit de loyauté envers ses parents, l’adolescente va devoir lutter pour se retourner contre eux, affirmer sa liberté, protéger ses frères et sœur de leurs mauvais choix et les sauver seule d’une dérive à connotation sexuelle. La question du libre arbitre est ainsi au cœur du film.

Coécrit avec le réalisateur Nicolas Silhol, Les éblouis, premier long métrage de Sarah Suco, est un film de combat intelligent, critique, émouvant, pudique. La cinéaste analyse parfaitement, à travers le regard d’une ado  forcée d'agir, les rouages des sectes, leurs techniques d’embrigadement, d’enfermement d'êtres souvent fragiles.

B9721639057Z.1_20191119125712_000+GDMEU7HN5.1-0.jpgOn voit les Lourmel, parents vulnérables, manipulés, mettre en danger leurs enfants, prêts à suivre aveuglément ce "berger" avide de pouvoir et d'argent, brillamment interprété par un Jean-Pierre Darroussin colérique et faussement bienveillant.

Les autres comédiens participent aussi largement à la réussite du film. A commencer par la jeune Céleste Brunnquell, saisissante dans le rôle de Camille. Eric Caravaca très convaincant en père aimant mais trop ébloui pour voir ce qui se passe, tout comme Camille Cottin, à contre-emploi en mère fragile et instable.

Les éblouis, c’est l’histoire de Sarah Suco, actrice de théâtre et de cinéma née à Montpellier en 1981. Elle a vécu avec sa famille dans une communauté charismatique pendant dix ans et rappelle qu’il y a quelque 80.000 enfants victimes chaque année de dérives sectaires en France. Raconter cette expérience était devenu un besoin, comme elle nous le dit lors d’une interview.

"Je voulais que le spectateur réalise ce que cela signifie que de tomber dans une secte. Mais en prenant de la distance, en transcendant le sujet. J’ai choisi de l’enrober dans du romanesque, en évitant le côté sensationnaliste, en montrant aussi que malgré les dérapages, tout n’est pas entièrement négatif. J’en ai même quelques bons souvenirs."

Vous décrivez en effet une emprise qui se manifeste petit à petit, par étapes. Il y a une sorte de glissement.

Oui. C’est d’ailleurs ce qui fait la complexité de la chose. On ne se rend pas compte de la dérive. Les sectes fonctionnent toutes de la même manière. Les règles deviennent de plus en plus strictes. Au début par exemple, les Lourmel sont déroutés par les rituels, mais ils s’y plient rapidement sans broncher. Sans voir la folie.

La folie et le ridicule. On pense à ces scènes d’exorcisme, et surtout celles où les fidèles bêlent comme des agneaux pour appeler le berger. On a de la peine à y croire.

Et pourtant c’est en-dessous de la réalité. A l’image de tout ce que je montre dans le film. Nous n’avions pas de radio, de télévision ou de portable. Je pourrais vous donner une foule d’autres exemples dont j’ai décidé de ne pas parler et qui n’empêchent pas les personnes de rester dans la communauté. On pourrait croire qu’ils sont stupides, ignorants. Ce n’est de loin pas le cas. La plupart sont cultivés, à l’image de mes parents, des gens brillants. Mais ils ont des fêlures et les responsables savent justement répondre à leurs manques, valoriser leurs compétences.

Comment avez-vous choisi la jeune Céleste Brunnquell pour incarner votre héroïne?

J’ai eu une immense chance de la trouver. J’ai auditionné quelques perles, mais elle était spéciale. Elle devait grandir de 12 à 15 ans et elle s'est révélée toujours juste. Elle a la grâce, l’intelligence, la force, l’écoute. Elle est à la fois enfantine et déjà femme, belle, étrange, mystérieuse et intuitive.

Et en ce qui concerne ses parents et le "berger"?

Pour le "berger", j’ai tout de suite pensé à Jean-Pierre Darroussin en écrivant. Il me fallait quelqu’un de charismatique et a priori sympathique. Eric Caravaca m’a tout simplement bouleversée et je l’imaginais bien en père gentil et affectueux, dont on espère qu’il va finir par ouvrir les yeux. Quant à Camille Cottin, on ne l’avait jamais vue dans ce genre de rôle, mais j’ai trouvé qu’elle était à la fois joyeuse, douce et délicate. Pourtant, quand elle a lu le scénario, elle disait qu'elle ne pourrait pas jouer cette femme car elle ne la comprenait pas. 

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 20 novembre.

Lien permanent Catégories : Sorties de la Semaine 1 commentaire

Commentaires

  • Né dans une famille croyante, enfant, j'ai été contraint contre ma volonté d'aller à l'église, de subir un endoctrinement sans respect avec mes propres idées, c'est une violence inacceptable..

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel