Google Analytics

Grand écran: "Deux Moi", ou la solitude de l'humain moderne vue par Cédric Klapisch

Imprimer

5929562.jpgAprès un tour dans les vignes avec Ce qui nous lie, Cédric Klapisch retrouve Paris et son effervescence pour Deux Moi, son treizième long métrage. Trentenaires, Rémy (François Civil) et Mélanie (Ana Girardot) sont voisins sans le savoir et se croisent ainsi quasi quotidiennement sans se connaître. Chercheuse, solitaire et timide, peinant à se remettre d'une ancienne histoire d'amour, elle est toujours fatiguée, dort beaucoup et multiplie les rencards ratés sur les réseaux sociaux. Esseulé lui aussi, introverti, bluesy, angoissé, travaillant pour une hot-line, il a du mal à trouver le sommeil et à rencontrer une fille.

Ce sont ces deux personnes isolées dans leur vie affective et sociale, traînant leur déprime, leur vide et leur mal-être dans l’anonymat de la capitale française, que l’humaniste Cédric Klapisch filme en parallèle chez eux, dans la rue, au travail et chez le psy que chacun va consulter pour comprendre son problème. Deux personnes qui ont des fêlures, des blessures à soigner et qui doivent d’abord régler leurs difficultés, apprendre à s’aimer elles-mêmes avant de pouvoir aimer autrui.

C’est ainsi, comme l’indique le titre Deux Moi, que l’individu prime sur le couple, loin de l’utopie communautaire et de ses vertus. Par ailleurs, contrairement à ce qu’il a développé dans sa trilogie L’Auberge espagnole, Les poupées russes et Casse-tête chinois, le cinéaste ne se penche pas sur le premier rendez-vous entre un garçon et une fille avec ce qu’il va entraîner entre séduction, crise et passion, mais à ce qui se passe avant une éventuelle histoire d’amour. Et du coup, bien qu'on s'y attende, termine son film là où en principe tout commence dans une comédie romantique classique.

Ana Girardot et François Civil, déjà frère et sœur dans Ce qui nous lie, fonctionnent bien chacun de leur côté dans ce récit à deux voies où le réalisateur, évitant de trop dramatiser, laisse parfois place à un humour qui ne fait pas toujours mouche. Dommage toutefois que l’intrigue soit parasitée par des sujets secondaires balancés à la va vite, comme les secrets familiaux menant à la psychanalyse, palliatif à l’extrême solitude de nos sociétés hyper connectées, faussement propices aux relations sociales ou amoureuses.

Enfin, cela donne l’occasion à Cédric Klapisch de se moquer de deux praticiens ridicules interprétés par François Berléand et Camille Cottin. et de leur manière plutôt particulière de concevoir leur métier. 

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 11 septembre.

Lien permanent Catégories : Sorties de la Semaine 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel