Google Analytics

Festival de Cannes: des valeurs sûres, huit nouveaux et quatre femmes en compétition

Imprimer

4615055-l-affiche-officielle-de-la-72e-edition-d-article_media_image-2.pngC’est parti pour la 72e édition de la grand-messe cannoise de la pellicule, sous l'oeil d'Agnès Varda (affiche). Entre romantisme et politique, privilégiant la diversité de styles et de genres, ce cru 2019 s’annonce particulièrement prometteur. Et tout d’abord en compétition, où on persiste évidemment à miser sur les valeurs sûres, mais où le vent du renouvellement continue à souffler pour le plus grand plaisir des cinéphiles avides de découvertes.

Le jury présidé par le Mexicain Alejandro González Iñárritu  verra 21 concurrents de 11 pays s’aligner dans la course. L’Europe domine largement avec dix représentants dont quatre Français, un Espagnol, un Italien, un Anglais, un duo belge, un Roumain et une Autrichienne. Elle est suivie de cinq Américains, trois Asiatiques, un Latino-Américain et un Africain. Quatre femmes figurent dans le concours, qui met par ailleurs en valeur des thématiques LGBT dans sept films.

Chez les habitués, on trouve cinq lauréats de la Palme d’or, dont deux l’ont déjà décrochée à deux reprises, le Britannique Ken Loach (2006 et 2016), qui revient pour sa quatorzième participation avec Sorry We Missed You, ainsi que les Belges Jean-Pierre et Luc Dardenne (1999 et 2005), présents pour leur huitième fois avec Le jeune Ahmed.

Le Français Abdellatif Kechiche, dont La vie d’Adèle avait raflé en 2013, fait historique, trois Palmes d’or (le film et les deux actrices), propose Mektoub My Love : Intermezzo, la suite d’Uno Canto. De son côté Quentin Tarantino, palmé en 1994, fait déjà saliver la Croisette avec Once Upon A Time… in Hollywood, réunissant notamment Brad Pitt et Leonardo DiCaprio. Terrence Malick, décoré lui en 2011, débarque avec Une vie cachée.

Face à ces monstres sacrés, huit petit nouveaux entrent dans la bataille : les Françaises Céline Sciamma (Portrait de la jeune fille en feu) et Justine Triet (Sibyl ), le Franco-Malien Ladj Ly (Les Misérables), la Franco-Sénégalaise Mati Diop (Atlantique), l’Autrichienne Jessica Hausner (Little Joe), le Roumain Corneliu Porumboiu (La Gomera), l’Américain Ira Sachs (Frankie), et le Chinois Diao Yinan (Le lac aux oies sauvages). Ce dernier fera-t-il aussi bien qu’à Berlin où il avait remporté l’Ours d’or en 2014 ?

5063055.jpg-c_120_120_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpgEn mal de trophée suprême

Déjà récompensés directement ou par le biais de leurs interprètes mais en mal de trophée suprême, on trouve cinq fidèles parmi les fidèles qui piaffent d’impatience: l’Américain Jim Jarmush, huitième participation, qui fait l’ouverture avec The Dead Don’t Die, l’Espagnol Pedro Almodovar (Douleur et gloire,  photo), également là pour la huitième fois, le Français Arnaud Depleschin (Roubaix, une lumière) ,le Québécois Xavier Dolan (Matthias et Maxime), le Palestinien Elia Suleiman (It Must Be Heaven).

Sont également de retour l’Italien Marco Bellochio (Le traître), le Sud-Coréen Bong Joon-Ho (Parasite) et le Brésilien Kleber Mendonça Filho (Bacurau), qui a coréalisé le film avec Juliano Dornelles, un débutant dans la chasse à la Palme.

Hors-compétition Rocketman de Dexter Fletcher promet une ambiance rock'n'roll sur la Croisette avec la présentation, en première mondiale, du biopic consacré au chanteur Elton John. Le légendaire interprète sera présent sur les marches en compagnie du jeune comédien Taron Egerton, qui l'incarne à l’écran.

A découvrir également Les plus belles années d’une vie du Français Claude Lelouch, La belle époque de son compatriote Nicolas Bedos, Diego Maradona du Britannique Asif Kapadia, Too Old To Die Young, la série télé du Danois Nicolas Winding Refn. Sans oublier Alain Cavalier, Abel Ferrara, Werner Herzog ou Pippa Bianco en séances spéciales et Gaspar Noé en séance de minuit avec Lux Aeterna.

Un Certain Regard

Volet parallèle, Un Certain Regard propose, sous la houlette de la Libanaise Nadine Labaki, quinze longs métrages, dont La femme de mon frère de la Québécoise Monia Chokri, qui fait l’ouverture. Les Français Bruno Dumont (Jeanne) Christophe Honorél (Chambre 212) et Zabou Breitman (Les hirondelles de Kaboul) s’alignent aux côtés notamment d’Olivier Laxe (Viendra le feu), représentant de la jeune génération espagnole et son compatriote, l'expérimenté Albert Serra (Liberté)

La Semaine de la critique

Consacrée à la découverte de nouveaux talents, cette autre section présidée par le Colombien Ciro Guerrane présente des premiers (huit cette année) et deuxièmes films. Sur les onze sélectionnés, sept sont en compétition et quatre en séance spéciale comme Les héros ne meurent jamais d’Aude Léa Rapin avec Adèle Haenel qui évoque la guerre en Bosnie par des voies détournées. .

A retenir Tu mérites un amour, le premier long-métrage de l’actrice Hafsia Herzi qui explore des relations amoureuses de jeunes En clôture, on retrouvera le premier film du Chinois Gu Xiaogang (Dwelling in the Fuchun Mountains), début d’une trilogie qui évoque une saga familiale.

Le jury remettra trois prix dont le Grand Prix Nespresso et un prix pour un acteur considéré comme une révélation.

vf_alice_et_le_maire_4838.jpeg_north_1323x718_transparent.jpgLa Quinzaine des réalisateurs

Petit festival dans le grand, la Quinzaine comme on l’appelle, c’est une des sections mythiques du Festival, née il y a cinquante ans et cultivant une tradition cinématographique visant à l’audace et à l’ouverture.

Le nouveau délégué général Paolo Moretti a mis cette année au programme comprenant 24 longs métrages et dix courts métrages de cinéastes comme les Français Nicolas Pariser (Alice et le maire, photo), Bertrand Bonello et Quentin Dupieux, le Philippin Lav Diaz ou le Tunisien Ala Eddine Slim. Mais il a aussi privilégié la nouveauté avec la venue sur la Croisette de seize cinéastes qui font leurs premiers pas sur la Croisette.

On aura l’occasion d’en reparler, comme de l’exposition-installation en réalité virtuelle conçue par la chanteuse et performeuse multimédia américaine Laurie Anderson.

Cannes, du mardi 14 mai au samedi 25 mai.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel