Google Analytics

Grand écran: "L'adieu à la nuit" réunit Catherine Deneuve et Kacey Mottet Klein. Poignant

Imprimer

deneuve.jpgAprès Les cowboys de Thomas Bidegain ou Le ciel attendra de Marie-Castille Mention-Schaar, André Téchiné s’empare à son tour du sujet brûlant du djihadisme  L’adieu à la Nuit, son 26ème long-métrage, où il réunit son égérie Catherine Deneuve (Muriel) qui a tourné huit fois avec lui et le jeune Vaudois Kacey Mottet Klein (Alex), qu’il avait déjà casté dans Quand on a 17 ans.

On est au printemps 2015. Il y a du soleil. Muriel, qui tient un centre équestre avec son ami Youssef est ravie de la visite d’Alex qui vient passer quelques jours chez elle avant de partir pour le Canada. Mais très vite, elle est intriguée par le comportement de son petit-fils, découvre qu’il lui ment et se prépare à une autre vie.

Le film ne tarde d’ailleurs pas à révéler de quoi il s’agit quand Alex retrouve Lila, son amie d’enfance (Oulaya Amamara). Comme d’autres jeunes en peine d’idéaux, ils mijotent le funeste voyage en Syrie pour aller se battre aux côtés du djihad. Face à cette réalité inimaginable, Muriel bouleversée va tout faire pour empêcher Alex de partir vers la mort.

Deux univers, deux générations, deux tragédies

Sans jugement, compatissant, porté par le désir de comprendre, André Téchiné traite son sujet avec délicatesse, sensibilité, subtilité et une rare justesse. Suivant un jeune homme manipulable, en manque de repères, cherchant une place qu’il croit enfin trouver, et une grand-mère désespérant de pouvoir sauver ce petit-fils en proie à un mal-être existentiel, le réalisateur oppose deux univers, deux générations. Ainsi que eux tragédies, l’une familiale, l’autre sociétale.

Ce récit poignant est porté par deux comédiens formidables, la grande Catherine, bien sûr, mais aussi dont Kacey Mottet Klein, 20 ans, garçon un peu fragile, un peu timide, révélé par Ursula Meier en 2008 dans Home. Depuis, on l'a beaucoup vu sur les écrans dans notamment Gainsbourg (Vie héroïque), L'enfant d'en-haut, Keeper.

0397035.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpgLe cinéma est devenu sa vie

Récemment rencontré à Genève, il parle de son dernier film, évoquant l’extraordinaire honneur que lui a fait André Téchiné de le rappeler, et raconte son rapport au cinéma. "Il m’a offert des choses que je n’aurais pas dû recevoir et privé de certaines autres. Il m’a enlevé ma liberté d’enfant, mais en même temps m’a permis de me responsabiliser plus vite, de rencontrer l’amour, d‘avoir des amis, un cheval, de voyager… "

Lorsqu’on lui propose un rôle, d’un côté ça le réjouit de participer à une nouvelle expérience. Mais il faut qu’il soit touché émotionnellement. De l’autre ça lui fait peur. "Je me demande si je vais être à la hauteur. Par ailleurs, je suis angoissé à l’idée qu’on ne me propose rien. Parce que le cinéma est devenu ma vie. Mais peut-être aurais-je besoin de divaguer. Je devrais peut-être changer. Devenir pompier. Je ne sais pas, Quelque chose de rationnel, de pragmatique. Qui aide vraiment les gens". 

"Les jeunes s’approprient la violence sans émotion"

Ce qui a plu à Kacey dans le personnage d’Alex, c’est qu’il soit sauvable, qu’il puisse être sensible. "C’est un être obstiné, qui veut être considéré comme un mec. Mais aussi un enfant innocent. Il n’a pas commis de crimes. Il est paumé comme tant d’autres jeunes, attiré par les islamistes qui à leurs yeux représentent quelque chose de fort. J’aurais pu être comme lui".

Il ne cache pas qu’à 14 ans, il s’est converti à l’Islam et réalisé au bout de deux jours que c’était incompatible avec le mode de vie dont il avait envie. Fumer, boire, faire des trucs d’ado. Il dit aborder cette religion avec des pincettes. "Ce que je sais c’est que la base est moderne, a permis la liberté des femmes, la liberté d’expression".

"Actuellement elle n’est plus adaptée. Je suis complètement athée, mais cet ailleurs mortifère qui peut tant séduire m’interpelle. Avec Internet il faut faire attention. On vit dans une ère très violente. Mais la violence est acceptée. Les jeunes se l’approprient sans émotion".

Les rôles d’enfant terrible ont tendance à se répéter. S’y sent-il enfermé ? "On me pose souvent la question, mais je n’y pense jamais. Je me laisse emporter. C’est vrai que j’aimerais quelque chose de plus conventionnel, un médecin, un flic. Surtout je souhaite interpréter la grâce, l’élégance, la beauté".

Généreuse Catherine Deneuve

Se retrouver face à Catherine Deneuve, a été une vraie chance. "Elle sait tellement qui elle est. Elle ne pense pas à elle, mais aux autres. Elle est généreuse, laisse de l’espace à ses partenaires. En plus, elle se permet de fumer n’importe où. Du coup, on peut en griller une en toute impunité".

S’il panique à l’idée qu’on l’oublie, ce n’est pas encore pour demain. Alors qu’il a terminé il y a cinq mois Just Kids, un road trip dramatique de Christophe Blanc, Kacey Mottet Klein va entreprendre en août le tournage d’un film d’Audrey Diwan qui se déroule dans les années 60 et où Il est amoureux d’une femme enceinte qui veut avorter.

L'adieu à la nuit à l'affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 24 avril.

Lien permanent Catégories : Sorties de la Semaine 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel