Google Analytics

18/01/2019

Cinéma : Black Movie fête ses vingt ans entre événement, nouveautés et rétrospectives

BnwzqdY1.pngCoup d’envoi aujourd'hui. C’est avec 106 films venus de 58 pays dont deux premières mondiales, deux premières européennes, 53 premières suisses à voir dans onze volets thématiques que le festival Black Movie vous invite à fêter ses vingt ans. Et à retrouver des habitués comme le Thaïlandais Apichatpong Weerasethakul (Blue), le Coréen du Sud Hong Sansoo (Hotel by The River), le Philippin Lav Diaz (Season Of The Devil).

De leur côté l’Ukrainien Sergei Loznitsa (Victory Day) dirigera  une masterclass et le Chinois Wang Bing fera l’événement en présentant Les âmes mortes, un documentaire de huit heures proposé en une seule fois.

Par ailleurs carte blanche est donnée à neuf cinéastes pour proposer chacun un film de leur choix tout comme au directeur du Grütli Edouard Waintrop qui partagera, avec six longs métrages, des souvenirs de la Quinzaine cannoise des réalisateurs dont il fut le délégué pendant sept ans.

Black Movie 2019 n’est évidemment pas fait que de rétrospectives. Avec Cherchez la femme sept films interrogent l’identité féminine, six se penchent, dans Nomades XXe, sur les parcours singuliers de personnages déterminés à trouver des meilleures conditions de vie et quatre autres, dans Du côté de la force évoquent des hommes en armes, le pouvoir et l’engagement individuel.

La section Les dessous de l’histoire, notamment avec le documentaire La bataille d’Alger consacré au classique de Gillo Pontecorvo (1966) permet d’explorer les liens complexes entre l’histoire et le cinéma. Des tables rondes, des conférences et la masterclass de Sergei Lonitsa reviennent sur les thématiques associées à certains opus.

Au chapitre des expositions, une rétrospective de toutes les affiches du festival, des portraits de cinéastes et une une sélection de marionnettes issues du Petit Black Movie. Ce dernier dévoilera, pour les plus jeunes, 36 métrages issus de 28 pays qui se penchent plus particulièrement sur la différence, le handicap, l’écologie.

Les cinémas du Grütli, le Spoutnik, l’Auditorium Arditi Willsdorf, le Cinélux et, pour la première fois une salle virtuelle inaugurée sur le réseau Second Life, accueillent les films. Les fêtes alias Nuits Blanches se tiennent elles au Cercle des Bains, lieu central accessible gratuitement durant tout le festival

Du 18 au 27 janvier. Programme et billetterie en ligne sur www.blackmovie.ch 

17:41 Publié dans Cinéfil | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

08/01/2019

Grand écran: "Edmond" raconte la création chaotique de "Cyrano de Bergerac"

4591857.jpgActeur, auteur, metteur en scène, Alexis Michalik signe son premier long métrage avec l’adaptation d’ Edmond, sa pièce sur l’histoire de la création chaotique de Cyrano de Bergerac, qui lui a valu cinq Molière. Le scénario, écrit à la base pour le cinéma, n’avait pas eu l’heure de plaire aux producteurs. Qui ont changé leur fusil d’épaule suite au succès remporté.

En 1897, les auteurs redoutant que le cinéma né deux ans auparavant supplante le théâtre, tentent de s’emparer de sujets contemporains. Le jeune Edmond Rostand (Thomas Solivérès), persiste dans l’inverse mais, en panne d’inspiration, se désole. Il n’a rien écrit depuis deux ans et vient de connaître un flop retentissant.

Tentant le tout pour le tout, le dramaturge d'à peine trente ans propose à la star de l’époque Constant Coquelin (Olivier Gournet), soutenu par la grande Sarah Bernhard (Clémentine Célarié), une pièce comico-romantico-héroïque, en vers.

Mais Rostand n’a pas la tâche facile. Il doit affronter la jalousie de sa femme (Alice de Lencquesaing) envers la costumière Jeanne d’Arcy (Lucie Boujenah), sa muse qui lui inspire des vers passionnés, supporter les caprices d’une actrice sur le déclin (Mathilde Seigner), les exigences de ses producteurs (Simon Abkarian et Marc Adreoni) et se heurte à son rival Georges Feydeau (Alexis Michalik).

Balayant obstinément tous les obstacles, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit et dont  il n’a que le titre: Cyrano de Bergerac. Elle deviendra l’une des plus célèbres de la littérature française et la plus jouée.

Entre théâtre filmé et cinéma

Pour cette reconstitution académique de la Belle Epoque, dans une atmosphère à la Marcel Carné où on retiendra les qualités littéraires de la pièce originale, les références culturelles liées au patrimoine, de jolis traits d’humour et une belle énergie, Alexis Michalik oscille un peu laborieusement entre cinéma et théâtre filmé.

Côté comédiens, Thomas Solivérès séduit, se coulant avec un rien de maladresse et un fol enthousiasme dans le costume d’Edmond en pleine ébullition créatrice. On n’en dira pas autant de Mathilde Seigner et Clémentine Célarié qui cabotinent à outrance. Quant à Olivier Gourmet, il s’en tire plutôt bien en Constant Coquelin. Mais, à l'image de tous ceux qui se sont frottés au mythique héros, il nous rappelle, lorsqu'il s'y mesure, l’excellence de Gérard Depardieu dans le rôle que lui avait confié Jean-Paul Rappeneau en 1990.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 9 janvier

20:26 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

01/01/2019

Grand écran: avec "L'amour flou", Romane Bohringer et Philippe Rebbot font partager leur rupture

L'amour flou.jpgRomane et Philippe décident de rompre. Après dix ans de vie commune, deux enfants et un chien, ils ne sont plus amoureux. Mais ils s’aiment quand même. Pas assez toutefois pour continuer à vivre ensemble.

Bref c’est flou. Et quand c’est flou, c‘est qu’il y a un loup, comme dirait Martine Aubry... Alors ils ont l’idée, pour que leur progéniture ne pâtisse pas de la situation, d’aménager un «sé-partement », soit deux appartements séparés, communiquant par la chambre de leurs rejetons. Une construction qu’on suit au fil du récit.

L’amour flou est l’histoire de Romane Bohringer et Philippe Rebbot, un premier film qu’ils ont écrit, mis en scène eux-mêmes et où ils font jouer leurs proches. Ces derniers voient avec enthousiasme ou circonspection la solution inédite trouvée par le couple pour tenter de refaire sa vie chacun de son côté sans la défaire, en apprenant à se réinventer après s’être séparé.

Pour pimenter un peu la chose, d’autres personnages gravitent autour des vrais parents et amis, comme Clémentine Autain, députée de la France insoumise, prétexte à une rencontre en principe impromptue et drôle avec Philippe Rebbot.

Au-delà d’un questionnement sommaire sur le couple et le moyen de sauver la cellule familiale, il y a de l’autodérision, de la tendresse, voire du charme dans cette mise en abîme en forme de farce qui se veut cocasse et touchante.

Mais également, quoiqu’en dise la critique française follement enthousiaste face à «cette fantaisie pure, ce cinéma débridé, cette autofiction qui réfute les conventions du 7e art, cette fougue d’écriture… » , un certain exhibitionnisme à vouloir absolument partager un échec conjugal avec les spectateurs dans le but de le rendre moins douloureux.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 2 janvier.

 

08:00 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |