Google Analytics

12/12/2018

Grand écran: "Pupille" décrit le processus de l'adoption. Passionnant et émouvant

Capture d’écran 2018-10-30 à 17.46.56.pngJeanne Herrry avait déjà séduit, en dépit de quelques maladresses inhérentes à un premier long métrage, avec Elle l’adore, polar comico-psychologique évoquant l’obsession névrotique d’une fan pour son idole. La fille de Miou-Miou et Julien Clerc, à qui l’on doit aussi des épisodes de la deuxième saison de Dix pour cent, continue à s’affirmer. Changeant complètement de registre, elle s’attaque dans Pupille à l’adoption suite à un accouchement sous X.

Ce drame à la fois passionnant et émouvant, c’est l’histoire forte de la rencontre entre Alice, quadragénaire en manque d’amour qui se bat depuis dix ans pour avoir un enfant, et le petit Théo, que sa très jeune mère biologique ne souhaite pas garder. Elle a deux mois pour revenir ou non sur sa décision. Une phase pendant laquelle le service social d’aide à l’enfance et celui de l’adoption s’activent pour s’occuper du nourrisson et lui trouver une nouvelle maman.

Ce temps suspendu constitue le principal intérêt de l’opus que Jeanne Herry traite avec autant de précision que de sensibilité. Soucieuse de la chronologie des événements, respectueuse des détails, la réalisatrice, parfaitement documentée, nous emmène dans les coulisses administratives. Evitant de nous assommer en plongeant dans ses tortueux méandres, elle nous explique simplement, naturellement, le processus de l’adoption. Et propose un film réaliste, instructif, où elle décrit sans juger le parcours émotionnel de chacun, avec ses doutes, ses angoisses, ses problèmes

Excellente interprétation

On découvre ainsi les différents personnages qui gravitent autour de Théo pour assurer son bien-être A commencer par Jean, l’assistant familial incarné par un inattendu Gilles Lellouche. Dans un rôle à contre-emploi d’attendrissant père au foyer, il nous fait fondre avec ses fêlures et le lien touchant qu’il établit avec cet adorable bébé. A ses côtés, Sandrine Kiberlain se révèle toujours aussi impeccable en professionnelle consciencieuse, secrètement amoureuse de lui.

Inspirées, Elodie Bouchez, Olivia Côte et Miou-Miou sonnent également juste entre émotion, sérénité et douceur. Mais on accordera une mention spéciale à Clotilde Mollet, étonnante et singulière assistante sociale, notamment dans un premier entretien bienveillant avec la mère biologique, jamais incriminée pour le rejet de son enfant. Une belle réussite à ne pas manquer.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande depuis mercredi 5 décembre.

16:44 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.