Google Analytics

28/08/2018

Grand écran: avec "De chaque instant", Nicolas Philibert suit le difficile parcours de stagiaires infirmiers

de-chaque-instant.jpgTrès intéressé par l’apprentissage, l’auteur du célèbre Etre et avoir (2002), tourné dans une école à classe unique en milieu rural, Nicolas Philibert propose De chaque instant. Le réalisateur français a décidé de suivre, sur trois ans, les élèves d’un institut de formation en soins infirmiers.

Filles (une grande majorité) et garçons vont partager leur temps entre cours théoriques, exercices pratiques et stages sur le terrain. Un parcours difficile et intense qui leur permettra d’acquérir un grand nombre de connaissances, de maîtriser les gestes cruciaux, tout en se préparant à endosser de lourdes responsabilités.

Souvent très jeunes, ils sont confrontés tôt à la fragilité humaine, aux fêlures des corps et des âmes, à la souffrance, à la maladie, à la mort. C’est ce que retrace l’opus divisé en trois parties. Chacune d’entre elles a une tonalité différente, la troisième rassemblant les témoignages des stagiaires qui expriment leur ressenti aux formateurs.

Un film instructif, émouvant, non dénué d'un certain humour, qui vous laisse découvrir, en même temps que les protagonistes, le stress, les tensions, la réalité économique, la multiplication des tâches, l’obligation du rendement.

Nicolas Philibert pensait traiter ce sujet depuis quelque temps. «Et puis j’ai fait une embolie en 2016, qui m’a expédié aux urgences et aux soins intensifs. Ce fut le déclic et ma volonté de rendre hommage à ce métier discrédité, déconsidéré, méprisé, mal payé, à des jeunes ou moins jeunes engagés, mobilisés. Un besoin de dire qu’il y a un savoir infirmier comme il y a un savoir médical. Et que ce n’est pas le même». Voir l’entier de l’article avec l’interview de Nicolas Philibert réalisé lors du Festival de Locarno dans notre note du 4 août dernier.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 29 août.

13:16 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

22/08/2018

Grand écran: "Le poirier sauvage", une nouvelle fresque monumentale signée Nuri Bilge Ceylan

poirier_sauvage.jpgPalme d'or à Cannes en 2014 avec Winter Sleep, le Turc Nuri Bilge Ceylan, auteur d’un cinéma monumentaliste, propose sa nouvelle œuvre, une fresque familiale tournée dans Dardanelles, d’où il est originaire. Elle n'a cette fois pas eu l'heure de plaire au jury.

Son héros Sinan (Ahmet Rifat), 20 ans, vient de terminer ses études à Istanbul. Il n’a pas encore de travail et revient vivre auprès de sa famille à Canakkale, site archéologique de l'antique Troie. Passionné de littérature, il a écrit un premier roman qu'il compte faire publier, Le poirier sauvage, titre qui est aussi celui du film. Mais son livre décrivant la culture populaire n'intéresse personne. Impuissant à récolter l’argent nécessaire, il se voit bon pour le service militaire.

En attendant, c’est le temps des retrouvailles. Sinan revisite les lieux de son enfance, la ferme familiale, s’installe dans son ancienne chambre et retrouve des connaissances. Avec elles, il échange longuement autour d’une table, lors de promenades, ou d’une conversation sous un arbre avec un probable amour de jeunesse, une fille autrefois audacieuse et aujourd’hui prête à épouser un vieillard riche, quitte à être malheureuse. .

Arrogant, dédaigneux, provocateur

Suite à ce beau moment baigné de lumière, où la jeune femme ôte son foulard à l’abri des regards, Sinan s’attaque à un romancier célèbre, philosophe avec un intellectuel, croise le fer avec deux imams. Cette dernière rencontre donne lieu à un débat interminable entre un traditionnaliste et un réformiste sur l’évolution de la religion.

Arrogant, dédaigneux, insolent, impatient, sûr de lui, se fâchant sans cesse, Sinan aime provoquer ses interlocuteurs, pour lui des abrutis provinciaux qu’il prend de haut. Dont son père, qu'il doit réapprendre à connaître. un instituteur proche de la retraite, moustachu à la fois charmeur, ricanant et progressiste, que les villageois ne respectent pas.

Accro au jeu, couvert de dettes, il s’obstine à creuser un puits dans une terre sans eau. Son destin, auquel il est pourtant inexorablement lié, paraît misérable à son fils, à l’opposé de ses ambitions. Mais ce petit coq ingrat et peu sympathique, qui sera finalement ramené d’où il vient, ressemble déjà à ce géniteur qu'il méprise. 

Profond, romanesque, mélancolique, tchékovien, visuellement magnifique, prenant quelques virages fantasmatiques et oniriques comme le plan de ce visage de bébé couvert de fourmis, Le poirier sauvage séduit évidemment aussi par son élégante mise en scène contemplative.

Ce récit d’apprentissage désabusé est toutefois très bavard et on sent passer les 188 minutes. Si Nuri Bilge Ceylan livre, entre ironie et dérision, quelques ellipses fulgurantes, le service militaire de son héros est ainsi résumé en quelques secondes, il prend son temps pour nous raconter cette histoire d’initiation, de filiation et de réconciliation entre les générations. Le tout sur fond de solitude, de malaise, d’espoir perdu dans une Turquie soumise à une dérive autoritaire.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 22 août.

14:22 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Grand écran: "The Meg" veut renouer avec la peur des profondeurs. Raté pour la montée d'adrénaline

the-meg.jpgEn explorant une faille très profonde dans le Pacifique, le sous-marin d’une équipe d’océanographes américano-chinoise est attaqué par une créature gigantesque qu’on croyait disparue, le Megalodon, un requin préhistorique de 23 mètres de long.

Jonas (Jason Statham, ancien champion de natation en Angleterre) va alors risquer sa vie pour sauver les prisonniers du submersible et affronter le prédateur le plus terrible de tous les temps, une machine à tuer capable, avec ses redoutables mâchoires d’acier, de broyer et d’avaler n’importe quoi.

Si le squale n'est pas près de disparaître des écrans, Steven Spielberg n’a en revanche pas de souci à se faire, Jaws ne risquant pas d’être détrôné 43 ans après par The Meg (En eaux troubles). A part côté budget, qui se monte à 150 millions de dollars, soit le film de requin le plus cher. Dommage que le résultat soit inversement proportionnel au paquet de dollars investis.

Il est vrai que The Meg est signé John Turtletaub. Ce besogneux de la réalisation (Phénomènes, Rasta Rockett, L’amour à tout prix…). avait annoncé du surprenant et du gore pour «le deuxième meilleur film du genre». On est loin du compte avec ce blockbuster estival qui tente laborieusement de renouer de façon ludique et kitsch avec l’angoisse des profondeurs.

Cela dit, Turtletaub sort requinqué de l’affaire, cette énième variation ramollo sur le thème des Dents de la mer coproduite avec la Chine et navigant entre action et science-fiction, cartonne au box office. En dépit d’un scénario plat et sans surprise, de sous-histoires insignifiantes, de protagonistes caricaturaux et inconsistants, à commencer par Jason Statham, insipide casse-cou en principe rongé par le remord pour avoir précédemment  perdu deux hommes. .

Et surtout, c’est un comble, le monstre se révèle finalement peu menaçant, sinon amorphe. Et parfaitement inoffensif entre deux crises de colère sous formes d'attaques certes parfois spectaculaires, mais qui ne font peur à personne. Bref, c’est raté pour la montée d’adrénaline, tant les situations se voulant paroxystiques manquent de tension.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 22 août.

11:40 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

21/08/2018

Grand écran: "Alpha", l'amitié entre un humain et un chien-loup il y a... 20.000 ans

hero_Alpha-2018.jpgEn Europe, il y a 20 000 ans, le chef d’une tribu n’en peut plus d’attendre que son fils Keda devienne un homme. Mais la chose arrive et le garçon pourra enfin prouver de quoi il est capable lors de la saison de la chasse.

Mais trop émotif, Keda ne parvient pas à tuer un animal. Et puis c’est le drame. Bien peu reconnaissant, un redoutable bison l’envoie valser par-dessus une falaise. Propulsé dans un ravin, il perd connaissance et est laissé pour mort par les siens inconsolables mais obligés de rentrer avant la glaciation de la région.

Revenant à lui, Kedal devra s’armer de tout son courage pour retrouver le chemin de sa tribu. En bravant une nature inhospitalière et sa faune pour le moins redoutable. Face aux dangers, aux intempéries, à la faim, son seul allié sera Alpha, un loup blessé et abandonné (comme lui en somme) par sa meute et qu’il va apprivoiser.

Une ixième resucée initiatique sans intérêt, truffée de rebondissements improbables. Ce qu’on se demande, c’est pourquoi il était nécessaire de situer il y a 20.000 ans, cette histoire qui se résume en somme à illustrer l’amitié entre un joli garçon, par ailleurs fringué Fashion Week du Paléolitique supérieur, et une bête sauvage!

Pour info, le chien-loup utilisé est tchécoslovaque et il paraît que cinq bisons d’Amérique du nord ont été trucidés pendant le tournage. Du coup une association a appelé au boycott du film. Au cas où elle arriverait à ses fins, ce ne serait pas franchement un drame…


A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 22 août.

 

23:27 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Grand écran: "BlacKkKlansman", charge cinglante de Spike Lee contre le racisme, l'extrême-droite et Trump.

2239164.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpgDe retour en compétition à Cannes en mai dernier, 27 ans après Jungle Fever, Spike Lee, 61 ans, avait décroché le Grand Prix du jury pour BlacKkKlansman, une charge cinglante contre le racisme, l'extrême droite et le président Donald Trump. D’un humour mordant férocement militant, jubilatoire, le film est basé sur la folle et véridique histoire de Ron Stallworth, premier policier afro-américain à intégrer le Colorado Springs Police Department, avant d’infiltrer le Ku Klux Klan.

Au début des années 70, en pleine lutte pour les droits civiques, des émeutes raciales éclatent dans les grandes villes américaines. Ron Stallworth (John David Washington, le fils de Denzel), assigné au service des renseignements mais désireux de prouver ses talents de détective, découvre une petite annonce du Klan dans la gazette locale et, initiative démente, décide d’infiltrer l’organisation pour l’empêcher de prendre le contrôle de la ville.

Des conversations surréalistes

Se faisant passer au téléphone, sous son vrai nom, pour un extrémiste blanc de la pire espèce, crachant son fiel sur ces sales «nègres», il entretient rapidement un rapport privilégié avec David Duke, responsable national, avide de «rendre sa grandeur à l’Amérique»… Enchanté d’un tel déferlement de haine, le Grand Sorcier propose à son virulent interlocuteur de venir le voir pour finaliser sa demande d’adhésion.

Mais gros problème vu la couleur de l’intéressé... Son collègue juif Flip Zimmermann (Adam Driver) va alors prendre sa place. Ron est ainsi incarné par deux personnages, lui-même pour balader les pontes au téléphone, ce qui donne lieu à des conversations surréalistes et Flip pour les rencontrer en terrain truffé de mines!.

Le tandem (photo) fait merveille dans cet opus entre polar, suspense, comédie noire et politique. Plus particulièrement encore Adam Driver, absolument irrésistible dans sa mission consistant à sympathiser avec ces rétrogrades minables, violents, à la bêtise aussi crasse que dangereuse. Tout en se souvenant de sa judaïté…

Quelques écarts mineurs

On peut reprocher au réalisateur son manichéisme, un poil de redondance anti-Trump, un rien de caricature, une amourette assez peu convaincante entre Stallworth et une jolie activiste noire. De petits écarts mineurs toutefois en regard de l’ensemble, percutant, efficace, tenant remarquablement la route, dont notamment deux scènes au montage impeccable.

Tout d’abord celle montrant Alec Baldwin en orateur sudiste hypnotisant les foules sur les images de l’ouvertement raciste Naissance d’une nation (1915) de D.W.Griffith, tandis que les membres du Klan acclament la mort des esclaves. Et celle où un vieil homme (Harry Belafonte) raconte le martyre, en 1916, de Jesse Washington, torturé, lynché et pendu, avec en parallèle le discours nauséabond de David Duke.

Ne pas relâcher la pression

C’est le but de Lee, le pamphlétaire. Ne pas relâcher la pression. Evoquer sans cesse l’abomination du racisme. Ridiculiser ces Blancs violents, paranos, névrotiques qui prétendant représenter le meilleur du pays en le débarrassant des Noirs, dont il exalte au contraire la beauté et la fierté.

BlacKkKlansman se termine par la dénonciation des événements de Charlottesville, cette ville de Virginie bouleversée par des violences de groupuscules d'extrême droite le 12 août. Il montre ce moment tragique où la voiture d'un suprémaciste blanc percute volontairement 2017 des militants antiracistes, provoquant la mort d'Heather Heyer, 32 ans. Le film lui est dédié.

Lors de sa conférence de presse cannoise, Spike Lee s’était à nouveau livré à une attaque en règle contre «ce type à la Maison Blanche dont je ne prononcerai pas le nom et qui n’a pas osé dénoncer le Klan et ces salopards de nazis». Ajoutant: «Il faut réécrire l’histoire avec ce film. Je suis porteur d’espoir. J’espère qu’il sera distribué dans le monde entier, dans des pays où sévit l’extrême-droite. J’espère éveiller les consciences, secouer les gens, créer une discussion autour du racisme».

17:38 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

14/08/2018

Grand écran: Denzel Washington de retour dans "Equalizer 2"

equalizer-2-movie.jpgTournant pour la première fois une suite, Denzel Washington reprend le rôle de Robert Mc Call dans Equalizer 2. C’est sa quatrième collaboration avec Antoine Fuqua, après Training Day qui lui avait valu l’Oscar du meilleur acteur en 2002, Equalizer (2014), et Les sept mercenaires.(2016).

Rappelons qu'Equalizer est adapté de la série télévisée américaine homonyme datant des années 80. Denzel Washington incarne un agent des services secrets à la retraite. Ce qui ne l’empêche pas de se muer en redoutable justicier invincible et surhumain pour voler, sans masque ni costume, aux secours des opprimés et des désespérés.

Dans ce deuxième volet, reconverti en sombre chauffeur de taxi bougon à Boston, toujours seul contre tous, ce fan de Proust en deuil repart au combat pour venger la mort de sa meilleure amie assassinée. Du déjà vu avec moult clichés en rab pour un thriller urbain dispensable à l’intrigue inutilement emberlificotée, où on navigue sans surprise entre testostérone, violence et morale.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 15 août.

17:53 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Grand écran: "Woman At War", la drôle de croisade d'une singulière militante écolo islandaise

Screen-Shot-2018-05-15-at-10.01.37.pngHalla, professeure de chant en fin de quarantaine, est un personnage peu ordinaire dans un film pour le moins singulier, signé Benedikt Erlingsson. Tout en menant une vie bien réglée, elle a déclaré la guerre à l’industrie locale de l’aluminium qui défigure son pays, l’Islande, et prend tous les risques pour le protéger.

Woman At War repose sur les épaules de la talentueuse Halldora Geirhardsdottir (photo),transformée en mystérieuse guerrière façon Rambo, Au début on la voit, à l’évidence entraînée, déterminée, calme et précise, s’appliquer à faire sauter un pylône pour couper l’électricité dans une usine voisine. Avant de se couler tout aussi aisément dans sa routine quotidienne, en retrouvant la chorale qu'elle dirige le plus naturellement du monde.

Au cours du récit se déroulant dans de magnifiques paysages, les missions de la «femme de la montagne» sont  de plus en plus osées. Elles provoquent même l’annulation de négociations entre le gouvernement et une multinationale polluante. Désormais qualifiée de terroriste, Halla devient l’ennemi numéro 1.

Comédie d’action écolo-politico-poétique à l’irrésistible humour décalé, au cœur de laquelle le réalisateur, avouant un passé d’activiste, place la défense de belles et vierges étendues sauvages, vire ainsi à l’intrigue policière. Traquée par des drones et des hélicoptères, sa super héroïne sillonne audacieusement les collines, se dissimulant derrière des rochers, dans des fossés ou sous des peaux de bête pour leur échapper.

Un lointain cousin accepte de l’aider lorsque tombe la nouvelle qu’elle n’attendait plus. Une demande d’adoption faite quelques années plus tôt vient d’aboutir et elle apprend qu’une petite orpheline l’attend en Ukraine. Hella devra alors choisir entre sa lutte pour l’environnement et son rôle de mère.

Ce n’est pas le meilleur moment de cette croisade porteuse de message, en forme de fable loufoque. On n'est pas non plus très fan du gag lourdement répétitif de l’arrestation d’un jeune touriste étranger chaque fois soupçonné du pire. Ni des apparitions récurrentes et saugrenues d’un groupe de musiciens free jazz. Des réserves pourtant mineures.

A l'affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 15 août.

16:43 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

11/08/2018

Festival de Locarno: le Léopard d'Or au Singapourien Yeo Siew Hua pour "A Land Imagined". Sitôt vu, sitôt oublié...

20180811163807306.jpgComme d’habitude, le critique propose et le jury dispose… C’est ainsi que Le film A Land Imagined, du réalisateur singapourien Yeo Siew Hua, sitôt vu sitôt oublié étant donné son intérêt mineur, a reçu le Léopard d'or au 71e Festival de Locarno. Le film se déroule dans l'univers impitoyable des travailleurs immigrés trimant pour des clopinettes sur les gros chantiers de Singapour.

Après avoir noué une amitié virtuelle avec un mystérieux joueur, Wang, un maçon chinois est porté disparu. Un enquêteur doit découvrir la vérité pour le retrouver. On se perd rapidement et on s’ennuie aussi vite dans ce polar compliqué à l’intrigue inutilement tarabiscotée.

"M", documentaire choc primé

Heureusement, le jury a eu la bonne idée de donner un Prix spécial à M, le remarquable, bouleversant, nécessaire documentaire coup de poing de Yolande Zauberman, de retour sur grand écran. La réalisatrice française nous emmène dans un voyage en enfer en suivant un jeune homme violé dans son enfance par les rabbins et autres membres d’une communauté ultra-orthodoxe aux portes de Tel-Aviv.

Il a aussi daigné récompenser le réalisateur Sud-Coréen Hong Sang-soo par le biais du Prix d’interprétation à son acteur KI Joo bong for Gangbyun Hotel. (Voir nos notes élogieuses du 10 août pour ces deux films). Côté féminin Andra Guti, la comédienne d’Alice T. du Roumain Radu Muntean l’emporte pour un opus se penchant sur des relations mère-fille problématiques.

Le Prix de la mise en scène, a été décerné à la Chilienne Dominga Sotomayor pour Tarde para morir jueven , évoquant trois adolescents, leur premier amour et leur peur au cours de l’été 1990 au Chili. Contre toute attente La Flor, métrage fleuve de 14 heures de l’Argentin Mariano LLinas est reparti bredouille. Enfin le Prix du public est allé sans surprise à BlaKkKlansman de Spike Lee.

Succès pour Coincoin et la rétrospective McCarey

La dernière du directeur artistique Carlo Chatrian, en partance pour la Berlinale, n’a pas atteint des sommets, en euphémisme, en ce qui concerne la compétition et la programmation sur la Piazza Grande. A part ou deux films comme L’ordre des médecins de David Roux, Un nemico che ti vuole bene de Denis Rabaglia, on retiendra avant tout le plébiscité BlaKkKkansman venu de la Croisette et le magistral Seven de David Fincher datant de 1995. Ainsi que les aventures jubilatoires de Coincoin et les Z’inhumains signées Bruno Dumont, et dont la sortie annoncée en salles a malheureusement été annulée.

Cette mini-série a été bien suivie, à l'instar du point extrafort du Festival, la grande rétrospective Leo McCarey. Conçue par Roberto Turigliatto,  elle nous a permis de découvrir des joyaux dans les courts et longs métrages. Rappelons qu’elle sera accueillie en partie par la Cinémathèque suisse à Lausanne et les Cinémas du Grütli à Genève à la rentrée. A ne manquer sous aucun prétexte.

19:05 Publié dans La griffe du léopard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

10/08/2018

Festival de Locarno: avec "M", plongée noire et choc chez les ultra-orthodoxes, aux portes de Tel-Aviv

1147193-dr-dr-dr-dr-dr-dr.jpgSi la compétition ne s'est pas révélée follement emballante, on retiendra tout de même quelques œuvres. Nous en avons déjà cité trois: Gangbyun Hotel du Sud-Coréen Hong Sang-soo, Genèse, du Québecois Philippe Lesage, Sibel, cosigné par la Turque Cagla Zencirci et l’Italien Guillaume Giovanetti.

On ajoutera M, de la Française Yolande Zauberman, qui a opéré une plongée aussi noire que choc sur l’atrocité de la pédophilie à Bneï Brak, la capitale mondiale des Haredim, les ultra-orthodoxes juifs, en hébreu les "Craignant-Dieu".

C’est dans cette ville, fondée en 1920 par les Hassidiques que Menahem Lang, aujourd’hui trentenaire, a grandi, avant de la quitter à 20 ans. On le retrouve une nuit sur la plage, à Tel-Aviv où il s’est installé. Face caméra, il chante un air yiddish, avant de révéler un lourd secret.

Menahem est un homme fracassé, dont on découvre toute la souffrance au long de cet effroyable voyage dans l’indicible. Car il était un porno kid, destiné comme tant d’autres gamins au plaisir des hommes. Violé à 7 ans, dit-il, pour avouer ensuite douloureusement qu’il en avait en réalité quatre, par des membres de la communauté. Et cela à répétition, pendant des années.

Pour la réalisatrice, Menahem va faire un chemin initiatique en ouvrant la porte de sa ville natale, celle des hommes en manteaux noirs, chapeau et papillotes, celle d’une société rigide d’un autre âge, aussi hypocrite que pétrie de dogmes religieux.

Il retourne ainsi sur les lieux du crime, mais aussi sur les endroits qu’il a aimés, pour une sorte de réconciliation. Ce documentaire coup de poing d'une force incroyable contribuera peut-être à la libération d’une parole trop longtemps couverte par un silence coupable et condamnable.

Ces films se retrouveront-ils au palmarès? Réponse demain. On pourrait d'ailleurs y voir figurer sans grande surprise La Flor de l'Argentin Mariano Llinas. Rappelons que cet ovni cinématographique de 14 heures, réponse du cinéma aux séries, selon le directeur artistique Carlo Chatrian, est divisé en six épisodes, chacun correspondant à un genre. 

19:31 Publié dans La griffe du léopard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Festival de Locarno: "Gangbyun Hotel" de Hong Sang-soo a un petit air de Léopard

image-w1280.jpgIl a déjà eu un Léopard d'argent pour Sunhi en 2013 et un d’or pour Un jour avec, un jour sans en 2015. Hong Sang-soo pourrait compléter sa collection de fauves avec Gangbuyn Hotel (Hotel By The River), son 23e long-métrage. Au casting, on retrouve notamment sa muse et compagne Kim Min-hee et un de ses fidèles Kwon Hae-hyo.

Après Grass qui avait enthousiasmé la Berlinale, le grand réalisateur sud-coréen a séduit Locarno en mettant en scène un poète entre deux âges et en bonne santé, sentant pourtant inexplicablement sa fin approcher. Logé gratuitement dans un hôtel au bord d’un fleuve par le propriétaire qui admire son travail, il fait venir ses deux fils qu’il n’a pas vu depuis longtemps. Parallèlement l’hôtel abrite une jeune femme que son homme a trahie et qui a demandé à une amie de la rejoindre pour la réconforter. Les cinq personnages vont se rencontrer...

Gangbyun Hotel a été tourné en noir et blanc, sous la neige, du 29 janvier au 14 février. La marque de l’auteur qui privilégie les tournages légers et rapides. Poétique, épuré, minimaliste, singulier, non dénué d’humour à l’image de ses autres films, il se déroule sur 24 heures entre retrouvaille familiales, déception sentimentale, pensées profondes, marivaudage et rasades de soju...

HSS évoque aussi avec sérénité l’idée de la mort. «J’y pense fréquemment. Cela me rend calme et me donne une perspective sur la vie», déclare-t-il lors de sa conférence de presse. «Je n’ai pas de définition sur l’après. J’aime croire qu’il y a quelque chose qui ne doit pas m’effrayer. Il y a des éléments qui me font me sentir bien quand j’y pense. Je crois qu’il n’y aura pas beaucoup de différence entre ce qui se passe ici et ce qui arrivera quand je ne serai plus là».

Hong Sang-soo a tourné son film en noir et blanc sans trop savoir pourquoi. «Juste parce que je le souhaitais. Je le ressentais comme cela». La neige y prend une grande importance. «J’aime la neige Dans mes derniers films, elle tombe déjà. Au début j’ai lutté pour unir les deux groupes que j’avais séparés. Je ne voyais pas comment lier les hommes et les femmes. Et puis la neige est tombée en grande quantité un matin. C’était très beau, un vrai cadeau du ciel. Du coup je l’ai incorporée au scénario».

12:40 Publié dans La griffe du léopard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |