Google Analytics

05/08/2018

Festival de Locarno: "Coincoin et les Z'inhumains", la mini-série déjantée et burlesque de Bruno Dumont:

lil-quiquin-coincoin-and-the-extra-humans-1200x520.jpgSuite au triomphe inattendu il y a quatre ans de P’tit Quinquin, mini- série extravagante et burlesque mettant en scène deux gendarmes improbables enquêtant sur d’étranges crimes aux abords d’un village en proie au mal, ainsi qu’une bande de jeunes canailles emmenés par Quinquin, Bruno Dumont a tourné une deuxième saison. Intitulée Coincoin et les Z’inhumains, elle a été projetée en première mondiale à Locarno. Par la même occasion, son auteur s’est vu décerner un Léopard d’honneur sur la Piazza Grande.

Pour cette deuxième mouture, il reprend les mêmes personnages nordistes au redoutable accent ch'ti- On ne change pas une équipe qui gagne. Quinquin (Alane Delhaye) a grandi et se fait désormais appeler Coincoin. Il découvre un jour une glu immonde et nauséabonde, sorte de merde extraterrestre, qui tombe sur les habitants, les pénètre et les dédouble…

Au centre des quatre nouveaux épisodes de 52 minutes, déambulent l’hirsute, survolté, boitillant commandant Roger Van der Weyden (Bernard Pruvost) qu’on découvre aussi raciste qu’homophobe et son impayable fidèle lieutenant Rudy Carpentier (Philippe Jore, photo), fondu de cascades automobiles. Ils sont revenus mener leur enquête sur la Côte d’Opale, pendant le carnaval, et se trouvent plongés en pleine apocalypse.

De son côté Coincoin, largué par sa voisine agricultrice, drague une jolie campeuse. Quand il ne colle pas des affiches pour l’extrême-droite ou roule sans permis à tombeau ouvert au nez et à la barbe des deux pandores. Parallèlement, ils croisent des migrants qui ont installé un camp dans la région.... Tout cela donne une saison 2 encore plus loufoque, décalée, grinçante, absurde, délirante, braque, cintrée que la une.

"L'art est un travail de purge"

"J’ai eu beaucoup de plaisir à tourner P’tit Quinquin", explique Bruno Dumont, ancien professeur de philosophie et réalisateur des remarquables Flandres, L’Humanité ou Ma Loute. "A la fin, j’ai demandé aux acteurs s’ils étaient partants pour une deuxième saison. Ils m’ont tous dit oui. Mais j’ai attendu quatre ans pour écrire la suite".

Ce qui plaisait au cinéaste, c’était l’idée de retrouver un Coincoin ado. Sans oublier tous les autres. "Au départ j’avais travaillé avec des chômeurs. Certains étaient intéressés d’autres pas. Par exemple, le commandant Van der Weyden était un second choix, alors qu’il s’est littéralement mué en génie burlesque. Tous amateurs, ils sont devenus pros, improvisent, jouent avec la caméra".

L’idée incroyable, abracadabrante, de cette mystification cosmique sous forme de bouse extraterrestre est venue de l’envie de Bruno Dumont de quitter la terre. "Cela a immédiatement propulsé l’histoire ailleurs, tout comme l’écriture, Il fallait aller plus loin, être encore plus baroque, saugrenu, dément. Le côté fou permet d’explorer des zones interdites, des inconvenances".

"Aujourd’hui il y a des choses qu’on n’ose plus dire", remarque le réalisateur. « Le cinéma l’autorise. Il n’est pas seulement là pour nous divertir. Il doit poser des questions graves, existentielles, philosophiques en riant. Il y a une nécessité cathartique d’affronter le mal, de le traiter par le mal. La proximité du comique et du tragique, c’est tout simplement la nature humaine. L’art est un travail de purge, Il faut nous libérer de notre méchanceté, s’occuper de la bête qui sommeille en nous".

Bruno Dumont aime les séries, plus particulièrement Game Of Thrones. "Elles ont réussi à aller là où le cinéma ne va pas. Avec des héros parfois épouvantables» Alors qu’il prépare un film sur le journalisme, il n’exclut pas de tourner une troisième saison. "Mais pas tout de suite. Peut-être dans cinq ans… "

*Coincoin et les Z'inhumains" à découvrir à Genève aux Cinémas du Grütli du 15 au 28 août. 

13:51 Publié dans La griffe du léopard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.