Google Analytics

05/08/2018

Festival de Locarno: d'un cinglant Spike Lee à une compétition poussive. Avec une exception québécoise

2239164.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpgAprès avoir séduit le jury de Cannes qui lui a décerné son Grand Prix en mai dernier, Spike Lee a fait le bonheur de la Piazza à Locarno avec BlacKkKlansman, une charge cinglante contre le racisme, l'extrême droite et le président Trump. D’un humour férocement militant, jubilatoire, le film est basé sur la folle et véridique histoire de Ron Stallworth.

Premier policier afro-américain de Colorado Springs, Stallworth (John David Washington, le fils de Denzel) , avait infiltré le Ku Klux Klan avec un collègue juif Flip Zimmermann (Adam Driver) au début des années 70. Excellents, les deux compères (photo) enchantent dans cet opus entre polar, comédie et politique. On y reviendra lors de sa sortie sur les écrans romands le 22 août.

On ne boude pas non plus son plaisir devant les perles de la rétrospective McCarey, qu'il s'agisse d'irrésistibles courts ou longs métrages. Ce n'est pas le cas côté compétition... A mi-parcours, on peine en effet à s’enthousiasmer, récurrence locarnaise, pour les œuvres proposées en provenance jusqu’ici de Taïwan, du Brésil, des Etats-Unis, d’Italie ou de Roumanie.

1561826-genese-nouveau-long-metrage-philippe.jpgEn revanche, on a carrément aimé Genèse, du Québécois Philippe Lesage. Trois ans après Les démons évoquant les peurs d’un gamin de 10 ans imaginant sans cesse les pires catastrophes liées à la sexualité, le cinéaste s’intéresse aux premières passions adolescentes.

Dans un collège de garçons, Guillaume (photo) tombe amoureux de son meilleur ami, tandis que sa soeur Charlotte, terriblement déçue, se voit proposer une relation plus libre par son copain. Enfin le film nous emmène dans un camp de vacances pour un flirt entre Félix et Béatrice.

Philippe Lesage avoue avoir mis une partie de lui dans tous ses personnages avec l’idée de retourner dans un monde séparé de celui des adultes, dans une période où tout bouge, tout bouillonne avec la promesse de quelque chose, dans un moment où on aime sans peur et sans défense. Même lorsqu’on est parfois entouré de mauvaises personnes.

Un mot encore sur Sibel, film franco-germano-turc signé Cagla Zencirci et Guillaume Giovanetti, notamment centré sur l'exclusion. Il suit une femme de 25 ans vivant avec son père et sa sœur dans un village isolé des montagnes de la mer noire en Turquie. Muette, s’exprimant dans l’ancestral langage sifflé de la région, elle est rejetée par les autres habitants en raison de son handicap.

Mais en même temps, il lui a permis d'être élevée plus librement et de vivre de manière plus indépendante que les autres femmes sous domination mâle. Elle achèvera en quelque sorte de s’affranchir en traquant un loup, objet de craintes et de fantasmes. On ajoutera que la beauté de l’interprète principale Damia Sönmez sert plutôt bien l’opus.

20:30 Publié dans La griffe du léopard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.