Google Analytics

25/06/2018

Grand écran: avec "Love, Simon", comédie romantique gay ado, Hollywood élargit son horizon

lovesimon.jpgPas facile de faire son coming out. Surtout lorsqu’on a dix-sept ans. Comme Simon (Nick Robinson) qui cache son secret à ses potes et à sa famille. Son seul confident c’est «Blue», un mystérieux camarade de classe avec qui il entretient une correspondance en ligne sous pseudonyme et dont il tombe amoureux. Mais un autre élève découvre leurs messages et fait chanter Simon, menaçant de révéler sa vraie orientation s’il ne l’aide pas à conquérir l’une de ses amies.

Signé Greg Berlanti, ouvertement homosexuel, marié et papa d’un petit garçon, Love, Simon est adapté du roman à succès de Becky Albertalli. Il s’agit de la première comédie romantique gay adolescente produite par un grand studio avec diffusion massive. Contrairement par exemple au récent Call Me By Your Name, destiné à un public de niche.

D’où son côté unique. Elargissant l’horizon hollywoodien, Love, Simon représente une étape aussi importante pour l’inclusion LGBT que l’a été Black Panther pour la diversité raciale. Xavier Dolan a dit tout le bien qu’il en pensait sur Instagram. Non pas tellement pour la qualité cinématographique de l’opus que pour son important message à l’égard des jeunes gays dans le monde, hésitant à se dévoiler.

Brassant les thèmes de l’amour, de l’amitié de la trahison, ce feel good movie attendrissant et amusant, avec notamment quelques caractères irrésistibles, reste ultra classique et consensuel dans sa forme. Mais c’est justement l’idée. Traiter cette histoire en banalisant l’homosexualité d’une manière presque subversive.

Contrairement à ce qui se passe dans d’autres films sur le sujet, Simon n’a pas à vivre des drames dans un milieu hostile. Il évolue au contraire dans un univers ouaté, idéalisé ,où non seulement la pluralité culturelle, religieuse, raciale, sexuelle va de soi, mais où tous les personnages lui manifestent une profonde sympathie.

Nick Robinson sidérant de naturel

Et pourtant l’adolescent a du mal à sortir du placard, sachant que son existence ne sera plus pareille après. En dépit de parents et d’amis compréhensifs, prêt à l’aider à en vivre une nouvelle. Cela montre que malgré l’évolution des mentalités, tous les combats pour l’égalité ne sont pas gagnés.

Certes l’auteur refuse à l’évidence de choquer, évoquant des sujets graves comme la peur du rejet, le chantage, l’intimidation en les édulcorant, gommant par ailleurs la violence homophobe. Du coup son film manque d’intensité et de piquant, mais il n’en fait pas moins œuvre utile. Et les interprètes sont excellents, à commencer par l’atout majeur, le joli et adorable Nick Robinson, sidérant de naturel.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 27 juin.

08:00 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Hollywood n'élargit pas du tout son horizon étant donné que la propagande pro-gay est leur fonds de commerce et qu'on en trouve presque dans tous leurs films et films d'animation (comme par exemple, La Belle et la Bête, Finding Dory, etc.). Ce n'est rien de moins qu'un programme politique.

On veut convaincre les enfants que c'est ça la normalité. C'est comme la théorie du genre: dans certaines écoles en France on force de petits garçons à jouer à la poupée et des petites filles à jouer avec des camions, et tout ca par délire idéologique.

Il y a une différence entre respecter et forcer:

https://www.youtube.com/watch?v=FyX4F7y2RFM

Écrit par : AnnaB. | 26/06/2018

A écouter jusqu'au bout et vous comprendrez mieux. Je ne suis pas d'accord sur tout ce qui est dit MAIS les faits présentés sont vrais, vérifiables et alarmants. Il faut tout écouter pour comprendre:

https://www.youtube.com/watch?v=tzt_GBlFh6c

Écrit par : Allan | 27/06/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.