Google Analytics

15/05/2018

Festival de Cannes: retour mordant de Spike Lee dans un pamphlet férocement militant

thumb_59326_media_image_x584.jpgSpike Lee revient à Cannes 27 ans après Jungle Fever avec BlacKkKlansman, une charge cinglante contre le racisme, l'extrême droite et le président Donald Trump. D’un humour férocement militant, jubilatoire, le film est basé sur la folle et véridique histoire de Ron Stallworth.

Ce policier afro-américain de Colorado Springs (John David Washington, le fils de Denzel ) avait infiltré le Ku Klux Klan avec un collègue juif Flip Zimmermann (Adam Driver) au début des années 70. Les deux compères (photo) font merveille dans cet opus entre polar, comédie et politique.

Il se termine par la dénonciation des événements de Charlottesville, cette ville de Virginie secouée par des violences de groupuscules d'extrême droite le 12 août 2017. Il montre ce moment tragique où la voiture d'un suprémaciste blanc percute volontairement des militants antiracistes, provoquant la mort d'Heather Heyer, 32 ans.

Coiffé d’un béret noir, Spike Lee qui ne se gêne pas dans son film pour dresser un parallèle entre David Duke et Donald Trump, lorsque le leader du Klan dit vouloir rendre sa grandeur à l’Amérique…, s'est de surcroît livré à une attaque en règle contre le président américain lors de sa conférence de presse.

Réveiller les consciences, secouer les gens

«La mort de Heather Heyer est un meurtre. Et nous avons un type à la Maison Blanche, je ne prononcerai même pas son nom, qui n'a pas osé dénoncer le Klan et ces salopards de nazis. On parle de démocratie, mais c’est de la foutaise dans un pays bâti sur l’esclavage. Et ces conneries ne se passent pas seulement aux Etats-Unis c’est partout dans le monde. On ne peut rester silencieux. J'appelle les gens à se réveiller. On a tendance à rester passif, Le monde va à l’envers, on marche sur les mains. Ce type à la Maison Blanche possède le code nucléaire. Il peut déclencher une guerre atomique… »

«Il faut réécrire l’histoire avec ce film. Je suis porteur d’espoir» dit encore Spike Lee. «J’espère qu’il sera distribué dans le monde entier, dans des pays où sévit l’extrême-droite. J’espère éveiller les consciences, secouer les gens, créer une discussion autour du racisme».

17:39 Publié dans Cannes dans Chassé-Croisette | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

C'est surtout anti-blancs!

Écrit par : Dominique Degoumois | 15/05/2018

Les commentaires sont fermés.