Google Analytics

04/04/2018

Grand écran: décevant "Gaston Lagaffe", avec Théo Fernandez en roi de la boulette.

ccf809ee1b6c489fba847e37b6a8d.jpegEt voilà à son tour Gaston Lagaffe sur pellicule. Hélas, bien que l'on retrouve le personnage lunaire, bricoleur et gaffeur de première, son chat, sa mouette, la vache, Prunelle, Mlle Jeanne, de Mesmeaker et ses improbables contrats, le film, signé Pierre-François Martin-Laval (alias Pef) et dont l’action se situe aujourd’hui dans une start up, se révèle bien décevant pour les fans de Franquin. A l’image, sans surprise, de la plupart des BD cultes portées sur grand écran.

Il n'est dès lors pas très étonnant qu’Isabelle, la fille du dessinateur ait violemment réagi. "J’assiste impuissante au désastre, en espérant de tout cœur que le public saura distinguer le bon grain de l’ivraie, si je puis dire…" a-t-elle déclaré au journal belge L'Avenir.

Uniquement détentrice, explique le quotidien, d’un droit moral sur l’oeuvre de son père, qui a fait l’objet d’une exposition au Centre Georges Pompidou l’an dernier pour son soixantième anniversaire, elle ne pouvait pas s'opposer à l'adaptation cinématographique. "Même si les acteurs sont mal dirigés, le scénario débile et le rythme des gags catastrophique…", accuse-t-elle sans ménagement.

Pef a certes du mal à traduire le charme et l'esprit de Franquin. On retiendra pourtant une ambiance, des éléments de décors, ainsi que quelques trouvailles carrément dignes de Gaston. A cet égard, dénicher celui qui allait avoir la lourde tâche de devenir le roi de la boulette fut un sacré challenge pour le réalisateur. Qui est finalement tombé, suite à un étonnant concours de circonstances, sur Théo Fernandez. Il l'avait pourtant recalé après avoir vu une vidéo où il apparaissait!

Incroyable mais vrai, il s'endort à l'accueil...

L’acteur de 19 ans, récemment rencontré à Genève, raconte que tout est en effet parti d’une gaffe. "J’étais venu chez UGC pour un film différent. Mais je me suis endormi à l’accueil en me disant qu’on viendrait me chercher. Mais en fait j’ai raté le casting et c’est alors que deux types sont venus me demander si cela m’intéressait d’en passer un autre. J’ai d’abord refusé avant qu’ils me précisent qu’il s’agissait du rôle de Gaston Lagaffe… "

Théo Fernandez connaissait la BD pour en avoir lu trois albums quand il avait 5 ans. "J’avais trouvé sympa, sans plus. Ensuite je me suis davantage intéressé à ce personnage complètement décalé de nature, à contre-courant. J’admire son altruisme, sa bienveillance, sa poésie, sa créativité. Je suis d'ailleurs presque aussi inventif que lui. Je bidouille les ordinateurs, j’ai voulu lancer ma marque de cigarettes électroniques. Je me passionne pour l’horlogerie, sa mécanique, ses milliers de pièces".

"Le plus dur était de tenir la position"

Incarner Gaston avec son pull vert tricoté main trop court et troué lui a demandé trois mois de préparation. Et chaque jour deux heures pour la coiffure façon pétard. "Pef m’a en outre montré beaucoup de choses. Sa manière de penser, d’incarner sa philosophie, sa gestuelle, sa posture. Il m’a fallu une fraction de seconde pour trouver la position. En revanche pour la tenir, quelle galère! J’avais mal au bassin, aux jambes. C’était aussi très difficile de rester Gaston dans différentes situations, par exemple quand il est agité, stressé".

 Théo Fernandez pensait devenir acteur à 4 ans déjà, "J’aimais jouer des choses". Au cinéma, on l’a déjà vu en Donald alias Coin Coin dans la série des Tuche et notamment dans Aux yeux des vivants, un film d’horreur ou encore dans Trois souvenirs de ma jeunesse d’Arnaud Depleschin. Changer de registre lui plaît. Il adore également le théâtre, qu’il a pratiqué en amateur pendant sept ans. "J’ai très envie d’en faire en pro, mais pour l’instant, j’ai un grand projet de comédie.

 A l’affiche dans les salles de Suisse romande dés mercredi 4 avril.

 

13:03 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.