Google Analytics

20/02/2018

Grand écran: dans "L'insulte", une querelle de rue à Beyrouth finit en procès national

cinema_-_liban_-_linsulte_-_janvier_2018.jpgUne querelle de rue a priori banale, une remarque blessante qui en provoque une autre plus triviale avant que les choses ne s’arrangent la plupart du temps, voilà qui est monnaie courante. Sauf qu’en l’occurrence nous sommes à Beyrouth et que l’altercation implique Toni (Adel Karam) un garagiste libanais chrétien et Yasser un chef de chantier palestinien (Kamel El Bacha, prix d’interprétation à la Mostra) .

Tout part d’une d’une malencontreuse histoire de gouttière qui fuit sur le balcon de Toni, gênant les travaux de rénovation du quartier entrepris par Yasser. Il veut réparer, Toni refuse, Yasser insiste.

Les deux s’énervent, le ton monte et le chrétien finit par insulter le Palestinien avec un "Sharon aurait dû tous vous exterminer". Une référence intolérable au massacre dans les camps palestiniens de Sabra et Chatila perpétré en 1982 par des milices chrétiennes. Yasser riposte en traitant Toni de "chien sioniste" pour avoir collaboré avec Israël, en lui balançant un coup de poing qui lui fracture deux côtes.

L’affaire dégénère au point que les deux hommes se retrouvent au tribunal, constituant le point de départ d’un procès national, ravivant les séquelles des plaies de la guerre civile qui a déchiré le Liban entre 1875 et 1990 et causé plus de 200 000 victimes

Avec L'insulte, film  de prétoire, genre qui contribue à rendre l'intrigue plus intéressante, le Franco-Libanais Ziad Doueiri veut désinfecter les blessures en ouvrant une voie vers la paix. Et plaide pour le rapprochement entre les deux camps comptables des souffrances endurées et infligées.

La nécessité d’une réconciliation

A travers ses deux protagonistes, il aborde sans manichéisme, sans prendre parti "chacun ayant ses raisons", le thème de la réconciliation dans un pays sans cesse en reconstruction. Selon un critique, il y a avant tout nécessité d’une réconciliation avec soi-même, sans laquelle il n’y en aura pas avec l’autre. « Il faut revenir au passé pour pouvoir en sortir. »

Malgré un traitement conformiste, le réalisateur fait preuve d’originalité en proposant un point de vue féminin et jeune en la personne de l’avocate de Yasser qui se trouve être la fille du conseil de Toni et qui, à l’image de sa génération, milite pour le renoncement à la violence et à la haine. Du coup, Ziad Doueiri, auteur on le rappelle du Baron noir sur Canal + se permet de finir sur une notre optimiste. Son œuvre politique sous tension est nommée à l’Oscar du meilleur film étranger.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 21 février.

22:24 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.