Google Analytics

20/02/2018

Grand écran: dans "Jusqu'à la garde", thriller familial, le divorce bascule dans l'horreur.

garde_a.jpgPremier long métrage du Français Xavier Legrand, Jusqu’à la garde est une perle noire coup de poing qui prend aux tripes. Son auteur s’était fait remarquer par un court, Avant que de tout perdre, qui traitait de la violence conjugale. Ici, c’est plus précisément de divorce qu’il s’agit. Celui du couple Besson, Antoine et Miriam (Denis Ménochet et Léa Drucker déjà présents dans le métrage de trente minutes.

Le divorce, un thème en soi banal. Mais l’important réside dans la manière de le traiter. Evitant l’aspect dossier, l'auteur autopsie la séparation en optant carrément pour le thriller psychologico-familial. L’histoire se met véritablement en place après un premier quart d’heure assez déroutant et inhabituel dans le bureau de la juge. Les avocates de chacun des ex en conflit plaident par le menu, quasiment en temps réel (un pari de cinéma audacieux), l’exactitude de leur version respective, en vue d’obtenir la garde de Julien, 11 ans.

Pour le protéger d’Antoine qu’elle accuse de brutalité, Miriam demande la garde exclusive. Mais la magistrate, estimant le père bafoué, décide l’alternance et, en dépit du refus de l’adolescent qui prend le parti de sa mère, l’oblige à passer un week-end sur deux avec lui. La moindre des choses estime l’intéressé, bien décidé à récupérer le bien qu’on lui a volé et à le manipuler.

Le malaise s’installe

Dès lors le gamin devient un otage, un bouclier. Et il suffit qu’il grimpe pour la première fois dans la voiture paternelle, le malaise s’installe, palpable. Sans le moindre sentimentalisme, oscillant entre folie et violence tout en privilégiant une mise en scène austère, sobre, subtile, où il met tour à tour le spectateur à la place de la juge, de l’enfant et de la mère, le talentueux Xavier Legrand nous plonge dans l’ambiance étouffante, angoissante de cette famille qui se déchire et où le pire peut arriver.

Permanente, la tension ne cesse de monter dangereusement entre les personnages exacerbés, au fil d’une intrigue haletante, singulière, efficace, éprouvante, aussi dramatique qu’explosive, basculant dans une horreur à la Shining. Une influence parfaitement assumée par le réalisateur.

La grande réussite de l’œuvre tient également à ses comédiens, tous excellents. l’imposant Denis Ménochet impressionne dans son rôle de père hargneux, possessif, sous pression. on le sent constamment à deux doigts de craquer. Tout comme la bouleversante Léa Drucker, les nerfs à vif, mais dont la force vient de sa détermination farouche à empêcher Antoine de nuire. Et on n’oubliera évidemment pas Thomas Gioria qui devient plutôt qu’il n’incarne le jeune Julien. Une vraie révélation

legrand.jpgVenu du théâtre, Xavier Legrand, 40 ans, admirateur d’Hitchcock, d’Haneke et de Chabrol, a été deux fois primé à la Mostra (meilleure mise en scène et meilleure première œuvre). Jusqu’à la garde s’inscrit dans la continuité de son court métrage Au risque de tout perdre, comme il nous l’explique lors d’une récente rencontre à Genève. « Au départ je voulais faire une trilogie de courts. Et puis je me suis décidé pour un seul long en reliant les deux thématiques de la violence conjugale et du divorce. 

Comment vous y êtes-vous pris ?

Je me suis livré à de nombreuses recherches pendant trois ans. J’ai rencontré , rencontré des avocats, des policiers, des psychologues, une juge aux affaires conjugales, assisté à des groupes de parole pour hommes violents, rencontré des femmes qui m’ont parlé de ce qu’elles ont subi.

Pourquoi avoir choisi le thriller pour raconter l’histoire de ce divorce qui bascule dans l’horreur?

Le genre est Induit par les témoignages des victimes. Mais il est surtout là pour donner une dimension cinématographique, faire éprouver les choses d’une autre manière, sensibiliser le public, le faire participer en jouant avec son intelligence, avec ses nerfs. J’ai toutefois veillé à ne pas tomber dans le spectaculaire.

Votre film montre le combat d’une femme tentant de protéger son enfant en échappant à un mari violent. Pour vous est-ce un acte politique ?

Je me suis basé sur des chiffres terribles. Une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son compagnon. Alors si le film peut nourrir le débat en apportant une conscience supplémentaire pour la parole des, femmes, j’en serais très heureux.

La justice reste sourde aux appels de la mère. Ne fait-elle pas son travail ?

Elle est humaine. Je ne suis pas là pour dénoncer le travail de la juge. C’est très difficile de trancher. En général, la violence est dirigée vers le conjoint. L’enfant n’est pas en danger, dans la mesure où un mauvais mari peut faire un bon père.

Léa Drucker et Denis Ménochet, qui jouaient déjà dans le court métrage sont à nouveau formidables.

En effet. Denis incarne parfaitement pervers narcissique jaloux, dépressif, détruit, manipulateur prêt à tout, menace permanente pour ses proches qu’il met sans cesse sous tension. Quant à Léa, elle devient véritablement cette femme battue, toujours en alerte, à l’affût du drame qui peut se produire à chaque instant.

Il y a aussi le jeune Thomas Gioria. Une révélation. 

C’est difficile de choisir un enfant. Cela commence par le casting des vrais parents qui sont là pendant le tournage. En l’occurrence la maman de Thomas était prodigieuse. Quant à lui à lui, c’est un acteur né. Il a un vrai talent, un vrai désir de cinéma.

Vous avez dit que le sujet des violences conjugales était clos pour vous. Autre chose en préparation ?

Oui mais cela reste un secret. Pour l‘instant, je vais jouer dan un film d’Emmanuel Hamon, Dans la gueule du requin. Le titre peut changer.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 21 février.

16:09 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.