Google Analytics

14/02/2018

Grand écran:"Phantom Thread", relation toxique dans un psychodrame vénéneux. Avec Daniel Day-L

deb05f2dc0334105876353271c0e8f9b_bbbf6a70db7d4b3585f72b1ab3c10f17_header.jpegEn se penchant sur l’hypocrisie, l’afftéterie et les névroses de la haute société anglaise, Paul Thomas Anderson retrouve Daniel Day-Lewis dix ans après There Will Be Blood. Le comédien prétendant à un quatrième Oscar pour son rôle dans Phantom Thread par ailleurs nommé à cinq autres statuettes, se glisse dans la peau de Reynolds Woodcock.

Aidé de sa sœur Cyril, maîtresse femme stricte lui servant de mère, ce grand cuturier règne sur le monde de la mode à Londres dans les années 1950, habillant, les stars, les aristocrates et la famille royale. Tous ces mondains nageant dans le luxe raffolent du style Woodcock.

Beau, élégant, intransigeant dans son travail auquel il est totalement dédié, maniaque du contrôle, ce séducteur au quotidien ouaté réglé comme du papier à musique, est aussi un célibataire endurci multipliant les conquêtes. Et puis un jour, dans un restaurant de campagne, il tombe sous le charme d’Alma, une jeune serveuse allemande timide mais très déterminée.

Evinçant rapidement ses éventuelles rivales, l’admiratrice devient la maîtresse, la muse du créateur, mais surtout le déstabilise en chamboulant sa routine millimétrée où pas un fil ne dépasse.

Confirmation d‘une star et révélation féminine

Le charismatique Daniel Day-Lewis est irrésistible dans le rôle de cet homme tyrannique, passionné, capricieux, colérique, exaspérant, apparemment irréprochable et rigide mais dont l’auteur dévoile peu à peu l’ambiguïté aussi confondante que déroutante.

Vickykrieps.jpgLa Luxembourgeoise méconnue Vicky Krieps, révélation trentenaire du film, n’est pas en reste dans le genre retors. Elle se montre particulièrement crédible en jeune femme apparemment modeste, effacée sinon mièvre, mais en réalité prête à tout pour mettre le grappin sur ce Dandy misanthrope.

Paul Thomas Anderson propose une mise en scène raffinée, stylisée, subtile, des images somptueuses pour ce sulfureux drame romanesque sur fond d’étude de mœurs. Entre pudeur et sensualité, froideur et incandescence, le réalisateur fouille l’intimité de ces deux êtres manipulateurs se livrant à un corps à corps psycho-sado-physique. Il explore ainsi les affres de la création, les mystères d’une relation amoureuse toxique, le piège du mariage, au fil d’une intrigue aussi minutieusement élaborée qu’une robe haute couture, où les rapports de force finissent par s’inverser.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 14 février.

 

12:44 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.