Google Analytics

07/02/2018

Grand écran: dans "The 15:17 to Paris", Clint Eastwood traînasse entre patriotisme, bigoterie et morale

the-15-17-.jpgContrairement à l’habitude, il n’y a eu aucune projection de presse pour le dernier Clint Eastwood. Pas de très bon augure en général. Ce qui s’est confirmé lors de la présentation publique de la chose.

Après American Sniper, en 2014, brossant le portrait d’un tireur d’élite assassiné par un vétéran de la guerre en Irak, puis Sully, racontant l’histoire du pilote qui avait posé son avion sur l’Hudson l’année d’après, Clint Eastwood clôt sa trilogie sur l’apologie édifiante des héros ordinaires qui font battre le cœur de l’Amérique avec The 15:17 To Paris.

Le film reproduit l’attaque du Thalys Amsterdam-Paris, le 21 août 2015, par un islamiste. Il sera désarmé et maîtrisé par trois Américains dont deux militaires, Spencer Stone, Anthony Sadler et Alek Skarlatos, à qui le réalisateur a proposé de jouer leur propre rôle. Une excellente idée. Naturels et à l’aise, ils s’en sortent bien, alors qu’ils n’ont pas eu le temps de se préparer pour cette expérience qualifiée de surréaliste, et qu’ils craignaient d’être remerciés et remplacés par des professionnels. .

Un grand flash back

Cela dit, une agression de quelques minutes c’est maigre pour la durée d’un long-métrage, même si elle est minutieusement et spectaculairement reproduite à l’identique dans une fiction au plus près du réel. Utilisant des gens qui ont vécu ce drame y compris la vraie personne blessée par le tueur

Alors pour meubler le scénario après la scène d’ouverture où le terroriste monte à bord, Eastwood a eu recours au flash back. Se basant sur le livre de ses protagonistes qui a cartonné aux Etats-Unis, il revient sur leur parcours  et les événements improbables qui les ont amenés dans ce fameux train.

Enfants de parents divorcés Spencer et Alek ont grandi dans une banlieue californienne et fait connaissance d’Anthony dans leur école religieuse. L’auteur se focalise plus particulièrement sur Spencer Stone (à gauche sur la photo). Lourdaud et objet de moqueries, il rêve depuis l’enfance d’entrer dans l’armée pour sauver des vies et devient, faute d’avoir réussi comme parachutiste, infirmier militaire. Une formation qui se révèlera utile lors de l’attentat

Les héros font du tourisme et des selfies

Même s’ils ont emprunté des voies différentes, les trois hommes ne se perdront jamais de vue jusqu’au voyage qui a fait leur gloire. Mais Clint Eastwood, en panne d'inspiration, traînasse. Avant le tragique épisode, il nous  laisse encore tout loisir de visiter l’Europe, les potes ayant décidé de prendre des vacances, nous emmenant à Lisbonne, Rome, Venise, Berlin et Amsterdam. De longues séquences d’une rare banalité, où le principal intérêt du trio en goguette est de faire des selfies.

On ne peut certes que rendre hommage à ces garçons dont le sang-froid et l’expérience ont permis de justesse, au péril de leur propre vie, d’éviter un massacre. En revanche, on regrette l’absence de vision, de regard du cinéaste. Et surtout l’excès redoutable de patriotisme, de bigoterie, de morale et de pathétisme dans ce film, qui se termine par la remise de la légion d’honneur aux héros du quotidien par le président François Hollande.

Un sommet dans son quiquennat controversé! Car qui n’a pas envie de passer cinq minutes dans un Clint Eastwood, même mineur ?

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 7 février.

18:50 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

"En revanche, on regrette l’absence de vision"

Parce que c'est pas une vision de rappeler que chacun est responsable de son avenir et a un rôle actif a jouer dans la guerre contre ceux qui cherchent a détruire nos valeurs et notre liberté ? Ou est ce que ce serait une vison pas politiquement correct en Europe...

Écrit par : K. Bereit | 09/02/2018

@ K. Bereit: Merci pour votre excellent commentaire ...

C'est le texte de ce blog, tout empreint de bien-pensance et de politiquemnt correct, qui est pathétique. L'auteur aurait mérité d'être dans le train en question.

Écrit par : J. Cort | 10/02/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.