Google Analytics

06/02/2018

Grand écran: abus de pathos et de patriotisme dans "Stronger". Avec Jake Gyllenhaal

jake2.jpgLa vie est un combat. Stronger raconte celui, extrêmement dur, d’un homme à terre après un tragique accident. Une histoire vraie, portée à l’écran par David Gordon Green, poursuivant dans l’exorcisme cinématographique des attentats meurtriers qui ont traumatisé l’Amérique. Comme celui de Boston, déjà mis en scène par Peter Berg l’an dernier, et qui évoquait la traque aux responsables de l’explosion d’une bombe sur la ligne d’arrivée du marathon.

David Gordon Green s’empare du sujet mais le présente sous un autre angle. Nous sommes le 15 avril 2013. Jeff Bauman, 28 ans, est venu encourager Erin Hurley en espérant bien la reconquérir. Il attend ainsi son ex-petite amie à l’arrivée quand une bombe explose, lui arrachant les deux jambes.

Le film est adapté du propre récit de Jeff, dont le témoignage a été déterminant pour retrouver les deux ennemis publics. Du coup, on lui colle l’étiquette de héros. Mais il a de plus en plus de mal à supporter son nouveau statut emblématique d'égérie de la nation, alors qu’il va désormais passer sa vie dans un fauteuil roulant, dans un petit logement, en compagnie de sa mère alcoolique…

Il ne s’agit donc pas d’un thriller sur le terrorisme, mais de l’histoire d’un garçon immature de 28 ans, qui doit se reconstruire physiquement, psychologiquement, émotionnellement. Une guérison symbolisant celle de tout le pays. Ce n’est pas simple et Jeff, après avoir goûté à l’exaltation de la surexposition médiatique, va retomber dans ses travers. Il refuse progressivement de se battre en dépit du soutien d’Erin, qui se sent certes indirectement, mais terriblement responsable de son état. Jusqu’à un événement particulier qui va le forcer à grandir, à accepter son sort et assumer ses responsabilités. En un mot à se dépasser.

Malheureusement, à force de sublimer le courage, d’abuser du patriotisme, ce (trop) long opus panégyriste tombe forcément dans la facilité, les bons sentiments et le pathos. Une tendance regrettable à laquelle participe Jake Gyllenhaal. Avec sa prestation masochiste, il se montre moins convaincant que d’habitude dans ce personnage que l’Amérique adore, un héros fracassé de l’intérieur, mais qui saura finalement se relever envers et contre tout. 

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès le 7 février.

 

21:27 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.