Google Analytics

06/02/2018

Grand écran: "Maze Runner 3: The Death Cure": de la casse tous azimuts

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaamaze.jpgDans ce troisième volet de la saga labyrintique adaptée des livres de James Dashner, Thomas et les Blocards s’engagent dans une ultime mission, plus dangereuse que jamais. Pour sauver leurs amis, ils devront pénétrer dans la Dernière Ville, univers de verre et d’acier protégé par une muraille et contrôlé par la redoutable organisation WICKD.

Cet épisode, qui se déroule six mois après la fin de La terre brulée, clôt une franchise commencée en 2014. Elle a été  suspendue au printemps 2016 pour un an après l’accident, sur le tournage, de Dylan O’Brien. victime d’une commotion cérébrale.

Rien de bien spécial dans cette dystopie en forme de thriller, où de jeunes rebelles s’opposent logiquement à un pouvoir dictatorial détenu par d’ignobles adultes en train de concocter leur existence future. On aurait d’ailleurs bien aimé en savoir davantage sur ce mystérieux virus issu d’une éruption solaire qui transforme les humains en zombies, à l’exception d’une poignée d’individus immunisés et capables de produire des anticorps.

On en est pour nos frais. Démarrant par une scène westernienne spectaculaire, le film mise à fond sur l’action, en multipliant les cascades, les affrontements, les courses-poursuites, les tirs, les fusillades, les explosions. Bref tout casse et s’effondre dans d’assourdissants fracas. Epuisant à la longue. D’autant que ça dure quand même 2h20. Mais on suppose que les ados vont aimer, vu que cette épopée leur est destinée.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 7 février.

22:55 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.