Google Analytics

30/01/2018

Grand écran: "Wonder Wheel", plongée nostalgique de Woody Allen dans les années 50

kate-winslet-in-wonder-wheel-di-woody-allen-prima-foto-news.jpgAlors que Woody Allen est en pleine tourmente avec les accusations réitérées d’abus sexuel de Dylan Farrow, sa fille adoptive (le cinéaste n’a cessé de démentir), sort Wonder Wheel, son 47e long-métrage. Une comédie pimentée de noir qui nous ramène à la célèbre plage new-yorkaise de Coney Island, où se déroulait la scène d’ouverture d’Annie Hall il y a 40 ans.

Pour cette nouvelle plongée nostalgique dans les années 50 en hommage à Big Apple, l’auteur met en scène quatre personnages fuyant la réalité dans l’agitation et le bruit du parc d’attraction. Ginny, la quarantaine n'a pas renoncé à ses rêves d’actrice. Mais pour l'heure elle est serveuse dans un "diner" et vit avec Humpty, un opérateur de manège peu gâté par la nature qu’elle n’aime pas.

Elle entame une liaison avec Mickey, un jeune et séduisant maître-nageur, poète et aspirant à devenir dramaturge. Débarque alors Carolina, la charmante fille de Humpty, qui ne voulait plus entendre parler de son père, mais qui se réfugie soudain chez lui pour fuir des gangsters lancés à ses trousses. La fin de l'illusion pour Ginny... 

"Une métaphore de la vie"

Avec sa mise en scène théâtrale, même très assumée, Wonder Wheel n’est pas le meilleur film de Woody Allen. Il a tendance à ronronner et, à l’image du titre de son film (en français La grande roue), tourne un peu en rond. Même si pour lui, ce mouvement reflète plutôt l’enfermement de ses personnages dans une sorte de boucle comportementale qui se répète indéfiniment. "C’est une métaphore de la vie. Passion, jalousie, haine, solitude, frustration, trahison, rien n’a changé depuis 5000 ans et ce sera pareil dans 5000 ans…", dit-il en substance au gré de ses interviews. 

A son habitude donc, il mêle tous ces sentiments dans une relation à trois compliquée, source de tension et de conflits. Pourtant, en dépit de son manque de renouvellement, on suit avec plaisir les péripéties fofolles très alléniennes de ses héros dans une intrigue qui ne l’est pas moins. Et surtout, on est séduit par la reconstitution par infographie du lieu, l’image aux couleurs éclatantes, intenses, changeantes, absolument magnifiques. On les doit au chef opérateur Vittotio Storao, qui collabore pour la deuxième fois avec le maestro après Café Society.

Bouleversante Kate Winslet

Autre motif d’aimer le film, son interprétation. A commencer par Kate Winslet pour laquelle Woody Allen a écrit le rôle et qu'il dirige pour la première fois. Elle est parfaite en quadra émouvante, jalouse, complexe, perturbée, vulnérable, angoissée, en pleine confusion. Pathétique et frustrée aussi, à l’image de Jim Belushi, ancré dans son quotidien sordide. De son côté l'inattendu Justin Timberlake, looké star de l’époque, se révèle très crédible en maître-nageur tombeur des filles sur la plage. Tout comme la ravissante et sexy Juno Temple, qui fait merveille en jolie fille du coin issue d’un milieu modeste.

Un mot encore sur A Rainy Day In New York, le successeur de Wonder Wheel achevé il y a quelques mois. En raison du scandale dans lequel Woody Allen est englué, Amazon, qui le produit, pourrait annuler sa sortie en salles aux Etats-Unis, ou la minimiser en se contentant de le rendre visible uniquement en VOD. Par ailleurs le réalisateur a été lâché par ses acteurs. Rebecca Hall et Timothée Chalamet regrettent même d’avoir travaillé avec lui au point de reverser leur cachet au mouvement Time Up.

Wonder Wheel à l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 31 janvier.

23:28 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

« Rebecca Hall et Timothée Chalamet regrettent même d’avoir travaillé avec lui au point de reverser leur cachet au mouvement Time Up »
Les comédiens son vraiment des girouettes et des faux-culs !

Écrit par : jmo | 31/01/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.