Google Analytics

29/11/2017

Grand écran: avec *M", Sara Forestier raconte une histoire d'amour entre deux écorchés vifs complexés

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaforsara.jpgLila est bègue. Complexée, maladivement timide, cible des moqueries de ses camarades de classe, elle perd même tous ses moyens face à des inconnus. Un jour Mo, un gros dur trentenaire aux allures de loubard casse-cou, qui participe à des courses de voitures clandestines lui demande son chemin. C’est le coup de foudre et le bad boy sexy et charismatique va prendre sous son aile la fille enfermée dans son mutisme. 

Lila veut sans cesse communiquer avec lui en écrivant dans son carnet, mais le problème, c’est que Mo est analphabète. Pour lui c’est une honte et comme il ne veut surtout pas que Lila découvre son handicap, il se débat pour éviter les pièges qui lui sont tendus, du texto au courrier en passant par une carte de restaurant.

Sara Forestier, 31 ans, passée pour la première fois derrière la caméra, n’a pas choisi a facilité en imaginant une grande histoire d’amour fou entre deux écorchés vifs, une jeune fille qui a du mal à dire les mots face à un homme qui ne sait pas les lire. Avec M, drame aux accents kechichiens, le réalisateur qui l’a révélée à l’écran avec L’Esquive en 2004, elle insiste à la fois sur les sentiments qui vous transforment, sur l’importance de la langue pour s’élever socialement et le blocage que provoque son absence de maîtrise.

Tendu, sincère, émouvant

Si le scénario est confus et que l’idylle un rien improbable vire au pathos, le film touche par sa sincérité, sa tension, son énergie et l’interprétation des personnages. A côté d’une Sara Forestier carrément habitée, Redouanne Harjane (photo ci-dessous) venu du stand up, s’est donné à fond, parfois excessivement d’ailleurs, pour mériter le choix de la réalisatrice. Après avoir vu plus de 600 prétendants au rôle, elle a détecté chez lui une faille intérieure, une souffrance similaire à celle de Mo.

M a été un long voyage pour Sara Forestier qui ressemble à son oeuvre, exaltée, tendue, un peu difficile à suivre, à canaliser... «Un film doit être une obsession. J’ai mis sept ans à l’écrire, mais je l’ai en moi depuis seize ans. J’étais alors en couple avec un garçon qui ne savait pas lire. Mais je ne l’ai appris qu'après l'avoir quitté. J’ai trouvé que c’était un bon sujet. Quand un sens vous est ôté, on est un étranger dans la société.»

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaredouanne.jpgCette rencontre entre une bègue et un illettré est assez singulière.

Non, ce sont des personnes pures, inadaptées, mues par une nécessité absolue de rencontrer quelqu’un comme eux. Ils étaient dans  un besoin de reconnaissance de pureté, une quête de vérité. Et c’est là qu’ils commencent à vivre. Grâce à l’amour. Mais l’amour peut vous sauver et vous détruire. Les névroses ressortent, les peurs, les défauts, tout ce qui vous constitue. Dans le film, tout vient de leurs émotions. Rien n'arrive de l'extérieur

Adèle Exarchopoulos devait jouer le rôle. Finalement c’est vous. Pourquoi ce choix?

J’ai d’abord casté de jeunes bègues, mais je n’ai pas trouvé. Puis j’ai pensé à Adèle Exarchopoulos. Mais elle n’a pas pu pour des questions d’agenda. Du coup, j’ai décidé de jouer moi-même. C’était dur, ça demande beaucoup. Bégayer est un travail de titan. Avant de tourner les scènes je m’exerçais au point que j’avais peur de devenir réellement bègue.

Dans votre vie, vous prônez le naturel, la simplicité.

J’aime parler des êtres humains qui sont vrais, qui recherchent la vérité. La société est terrible. Elle me rebute avec son excès de consommation. J’aime que la vie m’apporte des choses. Je n’achète jamais de fringues, de montre de portable. e dors sur un simple matelas. Consommer n’est pas ma vie. Ma vie c’est le bordel, rencontrer des gens, le voyage. La vraie vie c’est manger boire dormir faire l’amour, avoir des enfants.

Et le cinéma dans tout ça?

C’est mon travail, ma balise. Mais j’en ai de moins en moins envie. Quand j’aurai fondé une famille, j’arrêterai. A côté, un film ce n’est rien. Même si je suis actuellement dans un autre projet, Alpha, sur la féminité. Ce sera plus fougueux.

A propos de féminité, on rappelle que Sara Forestier a refusé d’être coiffée et maquillée pour l’émission Stupéfiant! de Léa Salamé, où elle en a notamment profité pour défendre la place des femmes dans le cinéma.

«J’adore le maquillage, j’adore la féminité, j’aime les nus, mais j’ai un problème avec l’injonction. Il y a cette injonction à être toujours sexy, glamour. Or, une femme ce n’est pas que ça.» Ajoutant: «Mon métier, ce n’est pas d’être sexy, ce n’est pas d’être glamour, mon métier c’est de créer de l’émotion.»

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 29 novembre.

17:21 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.