Google Analytics

14/11/2017

Grand écran: avec "Maryline", Guillaume Galienne révèle une magnifique comédienne

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaamarilyne.jpgC’est l’histoire d’une jeune femme modeste, qui a grandi dans un petit village  où ses parents ne recevaient jamais personne. À 20 ans, mourant d'ennui, elle monte à Paris pour devenir comédienne. Mais découvrant rapidement l’envers du décor, elle doit faire face aux humiliations qu’on lui inflige dès son premier film. Incapable de s’exprimer, elle subit la cruauté d’un monde dont elle ignore les codes et la brutalité d’un réalisateur odieux, qui se comporte en véritable dictateur.

N’ayant ni les armes pour résister ni les mots pour se défendre, Maryline va se mettre à boire avant de remonter la pente. Car cette résistante fera preuve d’une grande force d’âme et de beaucoup de courage pour gravir une route qui s’apparente à un chemin de croix.

Après Les garçons et Guillaume à table! une comédie jouissive inspirée de son enfance et de sa place au sein de sa famille, Guillaume Galienne s’est attaqué au drame avec Maryline. Un sujet qu’il avait depuis longtemps en tête, comme il le confie dans ses nombreuses interviews.

«Quand j’ai rencontré la vraie Maryline il y a quinze ans, j’ai été bouleversé par cette femme, sa vie son histoire à la fois douloureuse et extraordinairement lumineuse. J’ai porté ce récit en moi pendant tout ce temps, mais ma mémoire en a fait autre chose… »

Beau parleur, Guillaume Galienne s’avoue par ailleurs impressionné par les taiseux. «Ce qui me touchait, c’était d’essayer de rendre compte et de comprendre la violence qu’ils pouvaient ressentir eux à ne pas pouvoir s’exprimer et la violence qu’ils provoquaient chez les autres qui n’arrivaient pas à les comprendre».

Bouleversante et attachante Adeline D'Hermy

Ce drame parfois pimenté d’humour vache où Guillaume Galienne dépeint la dureté du milieu du cinéma et son difficile accès aux humbles, est construit à la manière d’une chronique s’étalant sur près de 20 ans. Il est porté de bout en bout par la talentueuse Adeline D’Hermy (photo) sociétaire de la Comédie française, jolie mais enlaidie pour l'occasion. C'est une révélation. Bouleversante et attachante, elle se coule brillamment dans ce personnage complexe, blessé, mélancolique, enfermé dans le silence, au parcours pénible, chaotique. Et réussit à transmettre sans paroles ce qu’elle vit à l’intérieur.

Mais heureusement, si elle est brisée par certains, y compris par elle-même, Maryline croisera également des gens bienveilllants. Cela nous vaut des moments de grâce comme celui où elle rencontre une comédienne aussi célèbre que généreuse (belle Vanessa Paradis s’inspirant de Jeanne Moreau) qui lui donne du temps, sait trouver les mots pour la libérer, la remettre en selle. Et chantera superbement Cette blessure de Léo Ferré au générique de fin.

On peut toutefois reprocher à ce film généreux, hymne émouvant à la force des faibles, déclaration d’amour au théâtre et hommage aux actrices, un côté décousu. Comme d’ailleurs dans le premier, où Guillaume Galienne avait tendance à se disperser au fil des sketches.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 15 novembre.

18:45 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.