Google Analytics

22/08/2017

Grand écran: avec "120 battements par minute", Robin Campillo signe un flm choc, rare et captivant

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaabattements.jpg«Melton Pharm assassins», scandent les militants d’Act Up en arrosant les bureaux du groupe pharmaceutique de faux sang… Nous sommes au début des années 90. Alors que le sida tue depuis une dizaine d’années, les activistes de l’association parisienne créée en 1989, deux ans après sa sœur américaine, multiplient les méthodes coup de poing et les mises en scènes ébouriffantes, pour lutter contre l'indifférence générale à la maladie. Nouveau venu dans le groupe, Nathan va être bouleversé par la radicalité de Sean qui consume ses dernières forces dans l’intensité de la lutte. Au cœur de l’action, les deux amants vont mener leur propre combat.

Plébiscité sur la Croisette en mai dernier, le film a décroché le Grand Prix du jury. Fort, bouleversant, captivant, Il méritait la Palme d’or. Le jury présidé par Pedro Almodovar a pourtant raté la cible en n’offrant à son auteur Robin Campillo «que» le Grand Prix. Œuvre rare, s’adressant autant au coeur qu’à l’intelligence, 120 battements par minute rend justice à ces femmes et à ces hommes qui n’hésitaient pas à payer de leur personne quand il s’agissait de monter des opérations choc. (Voire ci-dessous)

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaarobincam.jpg«J’avais peur de me confronter à mes souvenirs»

Robin Campillo, 55 ans, a mis longtemps à s’attaquer au sujet. «En 1990 déjà, j’ai eu envie de faire un film sur le sida mais je ne trouvais pas de biais », expliquait-t-il lors de la conférence de presse cannoise, où lui et ses comédiens aussi remarquables qu’engagés, dont Adèle Haenel, Nahuel Perez Biscayart, Arnaud Valois, Antoine Reinartz, ont été follement applaudis » Chaque fois je reculais parce que j’avais peur de me confronter à mes souvenirs, de ne pas être à la hauteur ». Lui-même entré à Act Up, il a vécu, comme dans le film, des drames qu’on vous laisse découvrir.

Finalement il s’est lancé. «Mais j’ai essayé d’aller dans le côté froid qui laisse mieux ressortir l’émotion J’avais envie de choses très naïves au premier degré, contrebalancées par la difficulté de vivre une histoire d’amour avec quelqu’un atteint du sida. Une histoire qu’il raconte formidablement, à l’image de tout son long métrage. A la fois trivial et pudique, mêlant l’intime et le politique, il réussit à éviter tout pathos en évoquant la mort qui ne cesse de rôder autour de ces jeunes gens animés d'une soif de vivre, mais sacrifiés pour avoir trop aimé.

Libération de la parole

120 battements par minute est le troisième long métrage de Robin Campillo après Les revenants (2004) qui a inspiré la série homonyme sur Canal + et Eastern Boys en 2013. Un grand film sur la nécessité non seulement d’alerter mais de bousculer, qui propose une mise en scène très maîtrisée où alternent les séquences d’intimité, d’action et de débats. On voit par exemple souvent le collectif rassemblé en assemblée générale discuter longuement et passionnément de ses nouvelles opérations et formes de communication.  

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaactions.jpgLe réalisateur insiste sur la libération de la parole à cette époque. Un flot de paroles après dix ans d’épidémie tragique ignorée, que traduisent les nombreuses et passionnantes discussions entre les militants. Et ça, il sait faire, Campillo, ainsi qu'il l’avait démontré dans «Entre les murs» de Laurent Cantet, Palme d’or en 2008, dont il est le coscénariste et le monteur. «Il existait une communauté sida et des gens qui ne s’en rendaient pas compte. Il fallait arrêter ce silence».

Campillo revient également sur la difficulté de créer un mouvement politique. «Les choses prennent quand ça devient une lutte. Act Up était très petite mais il y avait des réunions chaque semaine. J’ai réalisé le film pour rappeler ce qu’était ce rassemblement de personnes qui ont forgé ensemble un vrai discours et une action forte. J’ai voulu montrer ce groupe comme un cerveau qui imaginait des choses. Le collectif, c’était une façon de rester debout. Il y avait aussi quelque chose d’assez joyeux chez Act Up. Pour ne plus subir l’épidémie, sortir du cercle mortifère». En témoignent de bienvenues pointes d’humour.

Bien que l’action se déroule il y a 27 ans, il ne s’agit pas d’un film d’époque. « Je m’en méfie. J’ai toujours le sentiment qu’il faut trouver le bon vêtement. J’ai juste retiré des expressions trop actuelles. En même temps, il fallait que le spectateur soit projeté dans un présent. Je voulais qu’on soit dans un univers parallèle. C’est le côté un peu fantastique du cinéma».

Les « zaps » les plus célèbres d’Act Up

Silence=mort. C’était l’un des slogans des militants d’Act Up qui se sont démenés à coups de «zaps», défendant toutes les populations touchées par l’épidémie. Ils se sont ainsi affrontés aux lenteurs à visée commerciale des grands laboratoires pharmaceutiques, pour que les services publics se saisissent enfin de la gravité de la situation.

L’une de leur plus grande réussite médiatique reste le fameux encapotage de l’obélisque de la Concorde le 1er décembre 1993 avec la pose d’un préservatif géant rose financé par Benetton pour faire passer ce message : *sida que cesse cette hécatombe ».

Il y eut également leurs nombreux «die in», où ils s’allongeaient sur la voie publique pour symboliser les morts du HIV. Comme le 1er décembre 1994 au milieu des Champs-Elysées, ou devant la cathédrale Notre-Dame de Paris en 2009 pour protester contre les propos du pape Benoît XVI sur le préservatif.

Plus récemment, en 2013, les militants déversaient du faux sang sur la façade de la Fondation
Jérôme-Lejeune à Paris, dont la directrice de communication Ludovine de la Rochère, est également présidente de la Manif pour tous.

A l‘affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 23 août.

10:23 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.