Google Analytics

21/06/2017

Grand écran: "Le Grand Méchant Renard et autres contes", irrésistiblement drôle et émouvant

aaaaaaaaaarenard.jpgBenjamin Renner avait fait un carton, en remportant le César du meilleur film d’animation en 2013 avec Ernest et Célestine, tiré du livre de Gabrielle Vincent et coréalisé avec le duo belge Patar et Aubier. Il récidive en adaptant de sa propre BD Le Grand Méchant Renard et autres contes,qui lui avait valu le Fauve d’or en 2016 à Angoulême.

Drôlerie, émotion, humour et tendresse, inversion des rôles et détournement des genres, délicatesse du dessin sont au rendez-vous dans cette irrésistible comédie animalière patticulièrement bien écrite, composée de trois actes. Le premier met en scène une cigogne futile et sans-coeur, chargée de livrer un bébé. Mais la paresseuse s’en débarrasse en le confiant à un lapin, un canard et un cochon. Un trio d’andouilles certes sympathiques, mais qui aura toutes les peines à mener à bien sa précieuse et délicate mission.

Le second acte s’articule autour d’un renard qui donne son titre au film mais qui a bien du mal à l’assumer. Il n’a de grand méchant que le nom et du coup sa réputation de prédateur carnivore en prend un drôle de coup. Le malheureux ne sait qu'inventer pour effrayer les poules. Il se fait même copieusement injurier et rosser dès qu'il pénètre dans le poulailler

Il se rabat alors sur les œufs destinés à devenir de petits poussins délectables. Héla pour lui, sortis de leur coquille, ceux-ci l’appellent maman et ne cessent de lui prouver leur amour. Moralité de cette fable qui rappellet La Fontaine, tout le monde peut dans le fond être mère.

Le troisième conte reprend le trio lapin-canard-cochon qui, craignant d’en avoir tué le père, tente de sauver Noël. Il est un peu faible comparé aux deux premiers, mais les enfants n’en bouderont pas leur plaisir pour autant. Les adultes non plus.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 21 juin.

18:32 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

15/06/2017

Grand écran: avec "Ce qui nous lie", l'urbain Cédric Klapisch se frotte à la ruralité

aaaaaaaaaaaaaaaaavignes.jpgNotamment auteur du désopilant Un air de famille (1996), de la fameuse trilogie débutant par L’Auberge espagnole (2002), du choral Paris (2008) et producteur de la série Dix pour cent, le Parisien Cédric Klapisch nous transporte cette fois en milieu rural pour un film tourné sur quatre saisons.

Dix ans après avoir quitté sa famille pour faire le tour du monde, Jean (Pio Marmaï) revient chez lui en apprenant la mort imminente de son père, propriétaire d’un vignoble au cœur de la Bourgogne.

Le trentenaire prodigue retrouve sa sœur Juliette (Ana Girardot) et son frère Jérémie (François Civil) pour faire les vendanges, repenser l’avenir du domaine et retisser des liens familiaux distendus par l’absence de Jean. Il n’avait pas donné de nouvelles depuis quatre ans, ni même daigné se manifester lors du décès de leur mère.

Si Jérémie un brin rancunier lui garde un chien de sa chienne, Juliette est trop émue de le revoir pour rester fâchée. Les sentiments fraternels l’emportent sur des conflits d’enfance remontant à la surface et les choses finissent rapidement par s’arranger.

Contrairement à l'opus. Il déçoit avec une intrigue tournicotant autour de divers thèmes mal exploités comme la transmission, un sujet de prédilection pour l’auteur, l’héritage, l’attachement à la terre, le temps qui passe.et les problèmes de couple.

Ce qui noie l’enjeu principal de la chose. Du coup, en dépit de deux ou trois bonnes idées, Klapisch livre un film paresseux, sans surprise, peu inspiré, manquant d’incarnation et de rythme, écrit avec le scénariste Santiago Amigorena. Il souffre par exemple de la comparaison avec Tu seras mon fils de Gilles Legrand qui décrivait la mauvaise volonté crasse d’un père à faire confiance à son fils pour fa reprise du domaine familial.

Côté comédiens, Pio Marmaï s’en sort plutôt bien avec son indéniable charme. En revanche on n’est pas bouleversé par la prestation des deux autres. François Civil, l’Hippolyte de Dix pour cent est transparent et Ana Girardot a du mal à convaincre en patronne dans ses vignes. Bref, à consommer avec modération…

A l’affiche dans les salles de Suisse romande depuis mercredi 14 juin.

19:56 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

14/06/2017

Le retour de Federer à Stuttgart: une sacrée douche glacée!

aaaaaaaaaaaaafed.jpgEh bien, pour moi qui me posais la question de la forme de Rodgeur, la réponse n’est guère encourageante. Un euphémisme. Zapper la terre pour dompter le  gazon, je ne vous raconte pas le ratage!

Pour sa grande rentrée qui devait être une promenade de santé comme on n’a cessé de nous le crier sur les toits depuis deux semaines, le roi de l’entraînement a tenu un premier set de 23 minutes qu’il a même largement remporté, avant de s’effondrer lamentablement à Stuttgart.

Non seulement dans un tournoi de campagne, en plus sur herbe, censée être la surface de prédilection de Federer, mais face au …302e à l’ATP. Certes il s’agit de l’Allemand Tommy Haas, qui a de sacrés beaux restes pour ses 39 ans et s’est montré impitoyable du fond du court, prouvant par là qu’il mériterait carrément une place parmi les trente premiers mondiaux.

Mais quand même, ça la fiche drôlement mal cette défaite prématurée. La douche glacée. Un échec d’autant plus douloureux et préoccupant que le maestro ne pouvait pas se permettre de perdre le moindre point sans risquer d’en subir de désastreuses conséquences. Alors un service, vous imaginez la condamnation définitive!

Bref, c’est à désespérer. Pire. Si les choses ne s’arrangent pas à Halle, où il doit batailler la semaine prochaine, cela risque d’être la bérézina à Wimbledon pour le maestro. Comment en effet pourrait-il oser prétendre y décrocher un huitième titre, synonyme de dix-neuvième Grand Chelem. Surtout avec une meute de jeunes loups genre Kyrgios, Zverev, Thiem et autres Pouille dans les pattes.

Sans oublier Murray et Djokovic. Voire Wawrinka ou Tsonga, sait-on jamais. Et évidemment, le plus dangereux de tous, Sa Majesté Nadal, qui a dû se frotter les mains en constatant les redoutables dégâts provoqués par le toujours si joli Tommy sur le jeu balbutiant de son meilleur ennemi. De quoi non seulement monter les doigts dans le nez sur le trône british, mais encore récupérer illico presto la couronne de numéro Un mondial. J'en ai déjà des sueurs froides!

20:24 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

11/06/2017

Roland Garros: et de dix pour le Martien Nadal, trop fort pour le terrestre Stan

aaaaaaaaaaanadal.jpgFabuleux, monumental, prodigieux, phénoménal, somptueux, en un mot, historique. D’accord, si on considère le fait exceptionnel que Nadal ait réussi à décrocher sa décima qui va sans doute lui valoir une statue à Roland Garros, aux côtés des fameux Mousquetaires.

Cela ne m’empêche pourtant pas d’être franchement super déçue. Non seulement il n’y a eu aucun suspense, mais dès le troisième jeu du premier set, j’ai ressenti l’absolue affreuse certitude que les carottes étaient cuites pour le malheureux Suisse.

Il suffisait pour cela de regarder l’Ibère de choc, plus monstrueux et stupéfiant que jamais, galoper inéluctablement vers le trône. Moralité, deux heures d'intense frustration. 

Normal me rétorquerez-vous Après tout ce que les spécialistes n’ont cessé de nous dire depuis vendredi sur cette future formidable finale de rêve, que la planète entière attendait en salivant, ce combat fabuleux dont la victoire était certes plutôt promise au pitbull de Manacor, mais que l’extraordinairement puissant Stan The Man avait la capacité de remporter, vu qu’il était le seul, pour l’heure, à espérer battre l’ogre de l’ocre. Ou du moins lui résister pendant cinq manches ultra-serrées.

Nos experts allaient jusqu'à évoquer un duel entre l'invaincu et l'invincible... Stan n’avait d'ailleurs pas trop de mal à s'imaginer au sommet, déclarant qu’il pouvait sortir un super match en finale, dans la mesure où il avait réussi à le faire dans les trois autres jouées ces trois dernières années. Mon œil! Quel fossé entre les désirs, aspirations, attentes, ou illusions des uns et des autres et la triste réalité du terrain.

aaaaaaaaaaaawaw.jpgLe pauvre Vaudois a en effet été atomisé en trois maigres sets, à l’image de Dominic Thiem. Il a même marqué un jeu de moins que l’Autrichien, qualifié pour l'occasion de petit garçon et dont on a répété à l’envi qu’il n’avait pas existé sur le court. A se demander ce qu’il y a en-dessous de l'absence d'existence…

Mais bon, inutile de s’appesantir sur cet échec tellement cuisant que Wawrinka doit être cramé de partout. Moi, ce qui m’embête le plus, c’est que le redoutable Espagnol a remporté son quinzième Grand Chelem et se retrouve à nouveau à trois petites longueurs de Federer.

Il reste donc à souhaiter que notre orchidée noire parviendra à se remettre un peu à l’abri à Wimbledon. Sauf qu'à considérer la façon dont Nadal a impitoyablement marché sur ses adversaires pour les bouffer tout cru du premier au dernier lors de cette quinzaine parisienne, c’est loin d’être gagné! A moins que la légende soit en forme aussi olympique qu’en Australie. Premier élément de réponse dès mercredi prochain au tournoi de Stuttgart.

 

19:19 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | | Pin it! |

07/06/2017

Roland Garros: caramba, encore raté pour les Bleus, domptés par les Suisses

aaaaaaaaarg.jpgDécidément plus ça va et plus ça craint pour nos chers voisins en Grand Chelem, tandis que nos Helvètes Wawrinka et Bacsinszky font des miracles Porte d’Auteuil. Même en l’absence du roi Federer, voici nos deux intraitables Vaudois dans le dernier carré.

Au contraire, victimes d’un démarrage catastrophique, les Bleus ont vécu le pire depuis 2005. Sur l’armada à nouveau engagée (trente joueurs, dont dix-neuf garçons et onze filles), figurez-vous qu’il n’en restait plus que douze (six de chaque côté) à l’issue du premier tour.

Parmi les naufragés, le cador (du moins pour ses compatriotes) Jo-Wilfried Tsonga. Bref la Bérézina. Ce que ne semblaient absolument pas réaliser la bande à Leconte et autres spécialistes français de la petite balle jaune, toujours prêts à blablater sans relâche pour distiller leur ineffable science avant, pendant et après les matches.

Selon eux en effet, le meilleur était à venir. Et quel radieux futur hexagonal ils nous faisaient miroiter! Avec les prestigieux rescapés Lucas Pouille, Richard Gasquet et Gaël Monfils, sans oublier les rescapées de choc dont Kiristina Mladenovic et Caroline Garcia, la crème de la crème du gotha tennistique mondial pour nos fins connaisseurs, c’était bien le diable si l’un ou l’une de ces génies made in France ne réussissait pas enfin à succéder à Yannick Noah suite à … 35 ans de cruelles déconvenues. Voire à Mary Pierce, 17 ans après.

Et de nous le répéter en boucle depuis le désastre initial. Incantations inutiles hélas. Leur grand favori Pouille cédait au troisième tour déjà à l’image de Gasquet, tandis que Monfils rendait, lui, les armes en huitièmes de finale sous les coups de l'impitoyable Stan The Man. Pour la première fois depuis 2010, il n’y avait ainsi aucun Tricolore mâle à franchir victorieusement la quatrième étape.

aaaaaaaabac.jpgQu’à cela ne tienne. L’espoir toujours chevillé au corps, nos commentateurs d’opérette persistaient à croire aux chances de leurs idoles. Misant du coup tout sur ces dames, allant jusqu’à parier leur chemise sur une finale Garcia-Mladenovic.

Mais caramba, encore raté. Ils se retrouvent torse nu, les prunelles de leurs yeux s’effondrant prématurément elles aussi, en dépit de leur extraordinaire potentiel.

Opposée à l'imperturbable Tchèque Karolina Pliskova, la formidable Garcia mordait tristement l’ocre, tandis que l’exceptionnelle Mladenovic se laissait  piteusement terrasser par la valeureuse Timea Baczinszky. A laquelle l'amer Jean-Paul Loth n’hésitait pas à reprocher acrimonieusement un service et un coup droit mollassons…

Cela me pousse irrésistiblement à cette remarque. Trente Français au départ à Paris, aucun au-delà des quarts, trois Suisses en lice, deux en demi-finale. Certes, ils en resteront peut-être là. Il n'empêche, cherchez l’erreur!!!

 

19:13 Publié dans Les pieds dans le plat | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |