Google Analytics

11/10/2016

Grand écran: médecin et détective, Adèle Haenel porte "La fille inconnue" des Dardenne

afilleinc.jpgMédecin à Liège.Jenny Davin refuse d’ouvrir la porte de son cabinet à une patiente, l’heure de fermeture étant passée. La retardataire, une jeune fille, est retrouvée morte sur une berge le lendemain matin, à deux pas de là. Rongée par le remord, apprenant de surcroît que la police ignore son identité, Jenny se transforme en détective et va tenter de la sortir de l’anonymat pour lui permettre d’être dignement enterrée.

D’abord centrée sur les gestes et le quotidien d’une généraliste, l’intrigue bifurque ainsi vers une enquête menée avec les moyens de la médecine, au cours de laquelle Jenny découvre à la fois l’identité de la morte et le coupable.

Mais l’essentiel n’est pas vraiment là. Livrant une réflexion sur la culpabilité et la responsabilité, le film évoque, par le biais de la quête expiatoire de Jenny, une rédemption possible. En montrant par ailleurs que chacun, à son échelle, a la possibilité d’améliorer les choses face à la souffrance et à la misère.

Intéressante radiographie de notre société avec un petit côté christique, ce dernier opus des Dardenne laisse toutefois un peu sur sa faim. Eux qui visaient une troisième Palme d’or à Cannes sont repartis bredouilles avec La fille inconnue, bien que porté par une convaincante Adèle Haenel. Sorte de sainte laîque, elle enlève le morceau par sa combativité, son énergie, son obstination, son jeu simple, sobre, naturel et intense.

Les deux frères planchent sur ce film depuis 2008, tout en en réalisant d’autres. De passage à Genève, ils nous racontent qu’au départ ils l’avaient imaginé avec un médecin qui se sent coupable de la mort de quelqu’un. Mais un médecin plus âgé qu’Adèle Haenel. Il y a deux ans, ils voient la jeune femme à une soirée, lui trouvent un côté naïf qui leur plaît et sa présence s’impose. "On a pensé que son inexpérience pourrait pousser les gens à davantage se dévoiler. Sans calcul. On a alors retravaillé tout le scénario".  

Peut-on parler d’une photographie de la société à travers le travail de ce médecin confronté à la souffrance ?

En partie. Par exemple, cette fille découverte au bord de l’eau symbolise les migrants qui meurent et qu’on retrouve sur les plages. Et on s’en fout.

Mais pas Jenny. Elle refuse l’endormissement, de dire qu'on ne peut rien faire, que rien ne changera jamais. Et que donc elle s’en lave les mains.

Bien que rien ne puisse être retenu contre elle, Elle refuse en effet de ne pas se sentir coupable, elle essaye de réparer, elle change de vie. Ce n’est plus la même femme. Ce sont les plus faibles qui vont vers elle., ce qu’elle ne voulait pas au début. Elle avait l’intention de faire carrière, de s’élever vers quelque chose de mieux.

En somme le docteur remet les choses à l’endroit dans un monde qui va à l’envers.

Le film porte une forme d’optimisme. Pas dans le sens d’aimer l’humanité mais un autre individu. En même temps on n’est pas dans les bons sentiments. Jenny ne va pas s’épancher. On ne se sert pas d’elle pour dire que la rédemption est possible. On s’intéresse à un personnage sans qu’il soit un porte-parole.

Comment Adèle Haenel a-t-elle préparé son rôle?

Elle est allée pendant deux semaines chez une femme médecin qu’on connaissait pour voir comment les choses se passaient, apprendre les gestes, les prises de sang, pour que cela devienne automatique. Pour nous c’est important.

A l'affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 12 octobre. 

18:11 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.