Google Analytics

14/09/2016

Grand écran: "Un juif pour l'exemple" revisite le livre polémique de Jacques Chessex

ajuifec.jpgEn 1942, Payerne est le théâtre d’un meurtre immonde. Celui d’Arthur Bloch (Bruno Ganz, photo), un marchand de bétail juif sexagénaire, massacré par une bande de nazillons débiles sous l’influence du pasteur Lugrin et du «gauleiter» local, le minable garagiste Fernand Ischi.

Avec une vingtaine d’autres Payernois au front bas qui ont fait allégeance au parti nazi, il veut offrir un juif mort en cadeau à Hitler, son idole dont on va bientôt fêter l’anniversaire. Sous prétexte de vendre une vache à Bloch lors de la foire aux bestiaux, cinq d’entre eux l’attirent dans une grange l’assassinent, le dépècent comme un cochon, répartissent les morceaux dans des boilles qu’ils vont jeter au lac.

Le film du Genevois Jacob Berger est adapté du livre éponyme de Jacques Chessex. Enfant au moment des faits, l’écrivain était revenu en 2009 sur cet événement tragique qui l’a marqué à jamais, décrivant l’abomination en stigmatisant la ville de charcutiers «confite dans la vanité et le saindoux». La publication de l’ouvrage a déclenché une impressionnante levée de boucliers. Et une détestation dont l’auteur a beaucoup souffert. Il est pour ainsi dire mort sur scène cette année-là, vivement interpelé par un détracteur alors qu’il défendait Roman Polanski.

Un Juif pour l’exemple est un thème puissant, qui résonne avec ce qui se passe aujourd’hui, bien que Jacob Berger, dont on salue le travail de mémoire, ne cherche pas la dénonciation. Mais la grandeur du propos ne fait pas automatiquement la force d’un film et son auteur peine un peu à convaincre dans sa façon de réinventer Chessex. Il n’est pas toujours à la hauteur de son sujet dans sa réalisation, en dépit de scènes impressionnantes dans leur brutalité, heureusement contenue à l’image, comme l’effroyable équarrissage d’Arthur Bloch.

Un bémol par ailleurs sur le télescopage certes assumé des époques, voitures ou uniformes modernes, ou Chessex à la fois enfant et vieillard. Mais ce qui cloche surtout c’est la mauvaise prestation des comédiens. A part peut-être André Wilms dans le rôle de l’écrivain.

A l’affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 14 septembre.

 

11:11 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.