Google Analytics

06/08/2016

Festival de Locarno: "Jason Bourne" déboule et ça déménage pendant deux heures!

abourne.jpgAprès La mort dans la peau (2004) et La vengeance dans la peau (2007) deuxième et troisième chapitre de la franchise Jason Bourne initiée par Doug Liman, Paul Greengrass revient pour revitaliser la saga avec un cinquième épisode où il retrouve Matt Damon.

Depuis près de dix ans, Jason Bourne qui a disparu de la circulation, assure son existence en participant à des combats de boxe. Jusqu’au jour où Nicky Parsons (Julia Stiles), qui a découvert un élément important du passé de l’agent amnésique, reprend contact avec lui.

Du côté de la CIA, l’analyste Heather Lee (Alicia Vikander) la repère, ainsi donc que Bourne. Elle est alors chargée par le directeur Robert Dewey (Tommy Lee Jones) de le traquer. En même temps l’agence a demandé à l’un de ses tireurs d’élite (Vincent Cassel) de l’assassiner.

On ajoute des enjeux informatiques majeurs pour un gouvernement américain hyper puissant étendant ses pouvoirs jusqu’en Islande, mais qui serait lui-même dans la ligne de mire d’une redoutable organisation avec instrumentalisation de la terreur grâce à internet et fomentation d’insurrections à la clé.

Un pur film d’action sans temps mort

Et c’est parti pour une resucée familière, on est en terrain plus que connu, mais toujours aussi efficace. Pour tout dire, ça a déménagé sec sur la Piazza Grande. Du pur film d’action mené tambour battant, ponctué de bastons sauvages et de folles poursuites entre Athènes et Las Vegas en passant par Londres. Sans le moindre temps mort, Jason Bourne tient le spectateur en haleine pendant près de deux heures.

Notamment grâce à Matt Damon, égal à lui-même. Il s’est énormément entraîné, a suivi un régime sévère et un sacré programme de musculation. Débarquant dans l’histoire, Vincent Cassel a la (sale) gueule de l’emploi. Pour mieux se glisser dans la peau du tueur impitoyable, il a dit s’être inspiré des requins dans la gestuelle, le regard et l’intention. C’est réussi.

Il pourrait, à l’image d’une autre petite nouvelle, la Suédoise d’Alicia Vikander, suivre Matt dans d’éventuels prochains volets, la fin du numéro 5 laissant augurer une suite. En revanche, plus raviné qu’un vieux parchemin, Tommy Lee Jones détone carrément dans l’affaire. Il n’y survivra pas…

Le flm sera à l'affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 10 août.

Perle bulgare dans une compétition au démarrage par ailleurs mou 

aslava.jpgOn l’a dit, un vent nouveau souffle sur la compétition où, sur les dix-sept prétendants au Léopard d’or, huit sont des femmes. Dont la Bulgare Kristina Grozeva qui, avec Peter Valchanov propose Slava (Glory). Cette tragi-comédie enlevée en forme de parabole, se moque d’un pays où tout le monde triche, dénonçant avec bonheur la corruption qui gangrène le système, la brutalité des politiques qui l’incarnent, le fossé existant entre la classe dirigeante et le peuple.

Et cela à travers la simple histoire d’un pauvre cheminot bègue, Tsanko Petrov. Trouvant une énorme somme d’agent sur lune voie ferré, il décide de la remettre à la police. S’ensuit une série de péripéties où le malheureux, promu dérisoire héros de la nation, est victime du cynisme d’une directrice des relations publiques, par ailleurs occupée à des séances de procréation assistée. Tsanko va alors entamer une dure bataille pour récupérer sa dignité bafouée, ainsi qu’un bien précieux, une montre, lui venant de son père. .

Pour le reste, le concours a démarré mollement que ce soit côté masculin ou féminin. A l’image de La prunelle de mes yeux, signé de la Française Axelle Ropert. Ses protagonistes habitent le même immeuble et se croisent sans cesse dans l’ascenseur. Elle est aveugle, lui non mais feint de l’être pour lui plaire. Une bague idiote, qui les fait se détester avant de s'aimer, à la mesure d’un mélo trop niais pour séduire.

 

 

02:35 Publié dans La griffe du léopard | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

C'est dingue, pourquoi les Français ont-ils toujours les films les plus niais?

Écrit par : Rémi Mogenet | 06/08/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.