Google Analytics

04/08/2016

Festival de Locarno: des Suisses attendus mais peu enthousiasmants

ajuif.jpgEn ouverture de cette 69e édition, le Genevois Jacob Berger présentait son film dont on attendait beaucoup, Un Juif pour l’exemple, adapté du roman éponyme de Jacques Chessex.

C’est l’histoire d’un meurtre immonde qui s’est déroulé à Payerne en 1942. Celui d’Arthur Bloch, un marchand de bétail juif sexagénaire, massacré par une bande de nazillons débiles sous l’influence du pasteur Lugrin et du «gauleiter» local, le minable garagiste Fernand Ischi.

Avec une vingtaine d’autres Payernois au front bas qui ont fait allégeance au parti nazi, il veut offrir un Juif mort en cadeau à Hitler, son idole dont on va bientôt fêter l’anniversaire.

Sous prétexte de vendre une vache à Bloch lors de la foire aux bestiaux, cinq d’entre eux l’attirent dans une grange l’assassinent, le dépècent comme un cochon, répartissent les morceaux dans des boilles qu’ils vont jeter au lac.

Enfant au moment des faits, Jacques Chessex était revenu en 2009 dans un livre sur cet événement tragique qui l’a marqué à jamais. Décrivant l’abomination en stigmatisant la ville de charcutiers «confite dans la vanité et le saindoux». La publication de l’ouvrage a déclenché une impressionnante levée de boucliers. Et une détestation dont l’auteur a beaucoup souffert. Il est pour ainsi dire mort sur scène cette année-là, vivement interpellé par un détracteur alors qu’il défendait Roman Polanski.

Un Juif pour l’exemple est un thème puissant, qui résonne avec ce qui se passe aujourd’hui, bien que Jacob Berger, dont on salue le travail de mémoire, ne cherche pas la dénonciation. Mais la grandeur du propos ne fait pas automatiquement la force d’un film et son auteur peine un peu à convaincre dans sa façon de réinventer Chessex. Il n’est pas toujours à la hauteur de son sujet dans sa réalisation, en dépit de scènes impressionnantes dans leur brutalité, heureusement contenue à l’image, comme l’effroyable équarrissage d’Arthur Bloch.

Le télescopage assumé des époques (voitures ou uniformes modernes, Chessex à la fois enfant et vieillard) n’est pas non plus dérangeant. En réalité ce qui cloche surtout, au point qu'on en souffre pour eux, c’est la mauvaise prestation des comédiens. A part peut-être André Wilms dans le rôle de l’écrivain. En tout cas n’est pas Bruno Ganz qui relève le niveau à cet égard.  

Emmanuelle Devos traque Nathalie Baye dans Moka

adevos.jpgAlors que Jacob Berger était programmé hors concours, ce qui a froissé certains, un autre Suisse, Frédéric Mermoud, a eu lui les honneurs de la Piazza Grande avec Moka, six ans après avoir été sélectionné en compétition pour Complices.

Le film qui ne m’a pas davantage emballée, met face à face Emmanuelle Devos et Nathalie Baye, réunies pour la première fois à l'écran. Emmanuelle joue Diane Kramer, une mère qui s’échappe d’une clinique lausannoise pour se rendre à Evian, munie de quelques affaires et d'un pistolet.

Ivre de vengeance, elle veut absolument retrouver le conducteur d’une Mercédès couleur moka qui a pris la fuite après avoir renversé et tué son fils. Elle va alors rencontrer et finalement traquer Marlène (Nathalie Baye), la soupçonnant d’avoir une responsabilité dans l’accident qui a bousillé sa vie. Mais les choses, on s'en doute, se révèlent plus sinueuses et compliquées qu’il n’y paraît.

Librement adapté d’un roman de Tatiana de Rosnay, Moka est un drame banalement traité, avec quelques belles images entre lac et montagne. Côté comédiens, en parka verte de chasseur, indépendante, énergique et quelque peu exaltée, Emmanuelle Devos, de tous les plans, fait bien le job.

Mieux que Nathalie Baye, blondissime et très quelconque patronne d'une parfumerie-salon de beauté. Difficile de voir la femme attachante et mystérieuse imaginée par l'auteur dans la compagne empruntée d'un homme de treize ans son cadet, maman par ailleurs d’une adolescente un rien trouble et rebelle rêvant de monter à Paris. 

L’attaque des zombies sur la Piazza

azombie.jpgEt puisqu’on en parle de la prestigieuse place à ciel ouvert, ce sont des zombies qui ont débarqué en premier. The Girl With All The Gifts, signé du Britannique Colm McCarthy met en scène un groupe d’enfants dont la petite Melanie, dotée d’un cerveau au-dessus de la moyenne. Ils sont immunisés contre le virus qui risque de détruire l’humanité.

Bien que se nourrissant de gens comme vous et moi, ils éprouvent encore quelques sentiments et sont donc essentiels aux recherches du docteur Caldwell pour trouver un vaccin salvateur. Mais hélas le camp est attaqué par les zombies.

A déconseiller à ceux que de vilaines créatures couvertes de pustules et boulottant sauvagement de l’humain dégoûtent. Les autres apprécieront sans doute. Surtout s’ils sont fans de Gemma Arterton et, pourquoi pas, de Glenn Close, même si elle promène là un look masculin des plus redoutables!

21:30 Publié dans La griffe du léopard | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

"en stigmatisant la ville de charcutiers «confite dans la vanité et le saindoux»."
Et on s'étonne que les Payernois n'ont pas trop aimé le livre...

Écrit par : Géo | 05/08/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.