Google Analytics

03/08/2016

Grand écran: "Sieranevada", un huis-clos roumain racontant la famille et le monde

apuiu.jpgNous sommes à Bucarest, un samedi, trois jours après l'attentat contre Charlie Hebdo et un an après la mort du père de Lary, issu de la moyenne bourgeoisie. Brillant neurologiste de 40 ans de retour de Paris, il doit se rendre avec sa femme chez sa mère où, selon une vieille tradition, la famille se réunit pour une veillée et un repas en l’honneur du défunt.

Suite à l’office du prêtre orthodoxe et aux chants religieux, enfants et proches se retrouvent ensemble pour se mettre à table. Au propre et au figuré, car les choses dégénèrent rapidement. Les discussions font place aux disputes, règlements de compte et autres conflits de générations.

Le tout sur fond de passé communiste qui traverse l’œuvre du réalisateur Cristi Puiu, comme il continue d’alimenter la plupart des films roumains. Mais si certains regrettent le régime de Ceaucescu, d’autres sont obnubilés par les théories du complot et se lancent dans un débat passionné sur les attentats du 11 septembre 2001 à New York. Tout cela retarde le moment du dîner, allongeant d’autant la durée du film, qui s’étale du coup sur près de trois heures

Sieranevada est signé Cristi Puiu, à qui l’on doit La mort de Dante Larazarescu et Aurora. Chaque fois sélectionné à Cannes dans Un certain regard, il se retrouvait en mai dernier pour la première fois en compétition, en compagne de son compatriote Christian Mungiu, Palme d’or en 2007 pour 4 mois, 3 semaines, 2 jours, et qui proposait, lui, Baccalauréat. Tous deux forment la nouvelle vague du cinéma de leur pays.

Inspiré de sa propre expérience

Pour le réalisateur qui s’inspire de sa propre expérience de deuil, Sieranevada est prétexte à explorer les tensions, les passions, les rancoeurs, les névroses, les non-dits qui existent au sein d’une famille et la place que chacun y occupe, mais sert également à évoquer le monde avec ses enjeux socio-politiques. Et tout cela dans un espace fermé.

En effet, outre le début où Lary et sa femme s’engueulent dans une voiture pour une banale histoire de courses, ce drame mâtiné de cynisme, surfant parfois sur le burlesque, se déroule exclusivement dans un petit appartement. Cela place Cristi Puiu face à une redoutable gestion de ce huis-clos exigu, des mouvements et des déplacements de ses personnages.

Ce qu’il exécute de façon magistrale. Toutefois, en dépit de sa mise en scène virtuose, Sieranevada aurait gagné à être plus court. Car les 173 minutes, on les sent quand même bien passer…

A l'affiche dans les salles de Suisse romande dès mercredi 3 août.

18:36 Publié dans Sorties de la Semaine | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.