Google Analytics

16/05/2016

Festival de Cannes "Mademoiselle" un thriller romantico-érotique titille la Croisette

amademoiselle.jpegIl avait fait une entrée tonitruante en compétition en 2004 avec Old Boy en raflant le Grand prix du jury. Cinq ans plus tard Thirst, ceci est mon sang lui permettait de remporter celui du jury. Pour la troisième fois, le Sud-Coren Park Chan-Wook vise la Palme d’or avec Mademoiselle. Une adaptation libre d’un roman britannique, transposé de l’Angleterre victorienne en Corée dans les années 30, pendant la colonisation nippone.

Une jeune femme (Sookee) est engagée comme servante d’une riche japonaise (Hideko), vivant recluse dans un immense manoir sous la coupe d’un oncle érotomane et tyrannique. Mais Sookee dissimule la noirceur de son âme sous son visage d'ange. Aidée d’un escroc se faisant passer pour un comte japonais, elle concocte un autre plan pour Hideko, peut-être pas aussi ingénue et naïve qu’elle en a l’air…

Mise en scène, cadrages, photographie tout est magnifique dans ce drame en costumes. Sublimé par l’affolante beauté des deux comédiennes Kim Min-Hee et Kim Tae-Ri qui s’exposent dans leur somptueuse nudité lors d’une scène d’amour d’un raffinement extrême.

Trop sans doute pour les fans du Park Chan-Wook violent et transgressif, qui regretteront de le voir assagi, même s’il n'hésite pas à couper sadiquement quelques doigts. On peut également lui reprocher une volonté très démonstrative dans une deuxième partie frisant le didactisme à travers un autre point de vue, comme pour être certain qu’il s’est bien fait comprendre

Mais peu importe. On est emballé par ce thriller romantico-sensuelo-érotique à rebondissements surprenants, ce suspense d’inspiration hitchcockienne ne manquant par ailleurs pas d’humour, sur fond d’arnaqueurs arnaqués, de jeu de dupes, de manipulations, de faux semblants et autres identités trompeuses.

06:00 Publié dans Cannes dans Chassé-Croisette | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.