Google Analytics

15/05/2016

Festival de Cannes: "L'économie du couple", une pépite à la Quinzaine des réalisateurs

lafosse.jpgIl y a des films qui vous attrapent dès la première image. Comme  L’économie du couple, présenté à la Quinzaine des réalisateurs. Il suffit que de voir Marie rentrer à la maison et y découvrir, très contrariée, Boris qui ne devait pas s’y trouver ce jour-là, pour savoir que le réalisateur Joachim Lafosse ne nous lâchera plus. Les longs applaudissements nourris qui ont salué la présence sur scène du talentueux Belge, accompagné de ses deux comédiens Bérénice Bejo et Cédric Kahn étaient là pour prouver à quel point il a tapé juste tout au long de son étude de comportement d’une subtilité à rendre un psy jaloux.

Après 15 ans de vie commune, c’est le désamour. Marie et Boris ont décidé de se séparer. Problème, c’est elle qui a payé la maison et lui qui l’a rénovée. Dans l’impossibilité de se loger ailleurs faute de moyens financiers, Boris est obligé de cohabiter avec son ex-compagne et leurs jumelles. Mais Marie ne le supporte plus et veut qu’il parte. Elle déteste tout chez lui et se demande comment elle a pu l’aimer.

Même si toute la suite du film tend en montrer la raison c’est, sous les yeux des deux fillettes qui évidemment en souffrent, l’heure des reproches, des engueulades monstres et des règlements de compte impitoyables. Tout tourne autour de l’argent, de qui a amené quoi, payé quoi. Pour Joachim Lafosse, reconnaissant le côté autobiographique de l’œuvre où il parle aussi de sa génération, celle des quadras, l’argent dans un couple c’est souvent plus un symptôme qu’une cause permettant et justifiant la dispute. Un symptôme qui cache aussi des choses émouvantes, tristes, la manière dont on est reconnu ou pas pour ce qu’on a fait ou pas.

L’économie du couple » est une vraie réussite à laquelle les acteurs, étonnants de sobriété et de réalisme contribuent largement. Cédric Kahn, généralement plus connu comme cinéaste et scénariste, se révèle formidable. A l’instar de l’excellentissime Bérénice Bejo. La lumineuse partenaire de Jean Dujardin dans The Artist en 2011, est également à l’affiche du romanesque et tragique Fais de beaux rêves de Marco Bellochio, qui a ouvert la Quinzaine. Et on ne manquera pas de signaler la présence de Marthe Keller, présidente en outre du jury de la section Un certain regard.

23:46 Publié dans Cannes dans Chassé-Croisette | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.