Google Analytics

11/05/2016

Festival de Cannes: Woody Allen plonge dans les années 30 entre New York et Hollywood

akristen.jpgUn nouveau Woody Allen c’est toujours excitant, en principe. Et on en a un chaque année. C’est sa cadence. De plus, pour la troisième fois, il fait l’ouverture de Cannes. Avec Café Society, il nous plonge dans l’ambiance des années 30 pour nous raconter les aventures de Bobby (Jesse Eisenberg), un jeune New-Yorkais, doux rêveur gauche et timide, qui décide de tenter sa chance à Hollywood.

Presque un crime de lèse-majesté que de prendre la direction de la Côte Ouest pour l’adorateur de Big Apple! Il faut dire que Bobby commence à en avoir ras-le- bol de sa vie entre des parents qui ne cessent de s’engueuler même si c’est leur manière de s’aimer, un avenir bouché dans la modeste bijouterie paternelle du Bronx et un frère gangster.

Par chance, il est engagé comme coursier par son oncle Phil (Steve Carrell), qui fait un peu la pluie et le beau temps dans la Mecque du cinéma. Le tonton a une assistante, Vonnie, (Kristen Stewart), canon mais différente des sulfureuses créatures qui l’entourent. Ambitieuse, elle reste lucide sur la superficialité des lieux et du monde qu’elle fait découvrir à Bobby. Rien d’étonnant donc à ce qu’il en tombe amoureux. Mais ce n’est pas réciproque. Elle en aime un autre, qui l’aime aussi. Enfin peut-être, ou finalement non…

allenwoody.jpgGlamour californien et chic new-yorkais

En attendant Woody Allen, qui assure lui-même la voix off, nous promène dans un univers où on croise une foule de personnage, de la vedette au milliardaire, en passant par le séducteur, le magouilleur le mondain, la débutante, le bandit ou le politique. On navigue ainsi entre le glamour californien et le chic new-yorkais, en compagnie de Bobby qui a fait le chemin inverse pour devenir le roi de la nuit…

Ce portrait d’une époque, mêlé à une petite saga familiale, sert évidemment de prétexte à Woody Allen pour opposer deux villes. D’un côté Los Angeles et ses stars, de l’autre New York ses célébrités et ses clubs de jazz à la mode. Le réalisateur séduit certes par son ton et son style. Sauf qu’on l’aurait souhaité nettement plus aiguisé, plus cynique, plus mordant. Vachard en somme.

En résumé, moins excitant qu'espéré le dernier-né du maestro. où la forme l’emporte sur le fond. On reste sur notre faim en dépit de la mise en scène, de la bande-son et des comédiens qui assurent. A commencer par Kristen Stewart.

A l’affiche dès ce mercredi 11 mai.

00:07 Publié dans Cannes dans Chassé-Croisette | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.